ENCORE UN PAS À FRANCHIR...    La Ligue arabe, l'ONU et l'UE réclament leur retrait    Une période d'incertitude s'ouvre au Tchad    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    "L'EN doit continuer à apporter de la joie aux Algériens"    C'EST DEJÀ LA FIN !    ECUEILS REGLEMENTAIRES ET COLÈRE DES SUPPORTERS    Six personnes arrêtées lors des manifestations    De fausses licences de moudjahidine pour importer des voitures    Lancement de "Lawhati" pour la vente d'œuvres d'art en ligne    CONSTANTINEREND HOMMAGE AU SOUVERAIN DU MALOUF    Le salon du livre amazigh est né    Le challenge de deux présidents    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    La sanglante guerre d'usure des Houthis    Une enquête choquante    Les inconnues d'un scrutin    346 Containers abandonnés    768 Logements sociaux électrifiés    Victoire du CRB devant le CABBA    Brèves    Les Africains connaissent leurs adversaires    182 nouveaux cas, 129 guérisons et 7 décès en 24h    Des milliers de travailleurs investissent la rue    Les raisons de la 2e vague de la hausse des prix    15 quintaux de kif marocain saisis    Le ministère du Commerce sensibilise    Déprime ramadhanesque    Les islamistes rêvent de victoire    L'Algérie ne tombera pas    Dernière ligne droite avant la campagne    «Les centres d'archives sont une vitrine»    Projection de Hassan Terro    Expo «Quelques choses d'Alger»    Coupe de la Confédération (Gr. B / 5e J): victoire de la JS Kabylie devant Coton Sport (2-1)    Gouvernement: examen d'un projet de création d'une autorité de régulation du marché du tabac    Décès d'Idris Deby : la communauté internationale appelle à préserver la paix    Perturbation dans l'approvisionnement en huile de table    Grandiose marche nocturne à Akbou    Le marché dans tous ses états    Bechar: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Les appels à la libération de Rabah Karèche se multiplient    «Le sondage doit devenir un réflexe»    la liste des membres sélectionnés approuvée    Hausse au premier trimestre 2021    Lutte contre la criminalité : Démantèlement de groupes criminels    A partir de la citadelle d'Alger : Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine    La fièvre des stèles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dans «commission», il y a «com» !
Publié dans Le Soir d'Algérie le 15 - 02 - 2021

Bon ! On est le 15 ! Vous pouvez reprendre le cours «normal» de vos vies :
... Ya m'raâ ! Kahwa, fissa !
En quelques heures ont été créées des commissions. Plusieurs commissions. J'en cite au moins deux. Une commission pour lutter contre les actes de torture en détention et les mauvais traitements. Et une commission pour une meilleure prise en charge des conditions de vie des étudiants en résidence universitaire. Je sais qu'il est devenu bateau, commun et même cliché de répéter l'adage «pour noyer un problème, créez-lui une commission». Mais ceux qui comme moi ont vu leurs cheveux blanchir, puis partir, délaissant définitivement leur crâne, ont un rapport «historique» avec ces commissions. C'est une vieille connaissance que la commission. Une vieille garce - passez-moi cette familiarité - qui nous accompagne depuis 1962. On la sait belle, pulpeuse et aguichante à souhait à sa naissance. Entourée de tous les égards, bordée et bardée de petits gâteaux, de gazouz et de congratulations. On la sait aussi langoureuse d'inaction désespérante une fois installée dans de beaux bureaux et fonctionnarisée. Mais tout comme la commission est une vieille compagne d'infidélités, la question qui s'y accole est toujours la même, elle aussi depuis la même période, 1962 : les personnes en charge des secteurs incriminés ne savaient-elles pas qu'à l'origine, elles avaient été désignées à ce poste pour faire en sorte que les détenus ne soient pas torturés en cellule, et les étudiants promis à un autre avenir que de mourir d'électrocution, du gaz ou d'intoxication alimentaire en cité universitaire ? Quelle est la garantie que dans quelques semaines ou mois, les noms de Walid Nekkiche et de Nacéra Bekkouche ne soient pas enfouis d'oubli dans les douves et caves des commissions ? Dit plus crûment, par quels travers, ce qui devait être une exception, la commission d'enquête, est devenu une sorte de norme de gestion ? Un habitus mortifère ? Avec cette crainte, pas aussi incongrue, que celle de voir la perversion administrative nous faire admettre dans un avenir proche la mise en place de commissions enquêtant sur les ... commissions d'enquête elles-mêmes ?!! Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.