ENCORE UN PAS À FRANCHIR...    La Ligue arabe, l'ONU et l'UE réclament leur retrait    Une période d'incertitude s'ouvre au Tchad    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    "L'EN doit continuer à apporter de la joie aux Algériens"    C'EST DEJÀ LA FIN !    ECUEILS REGLEMENTAIRES ET COLÈRE DES SUPPORTERS    Six personnes arrêtées lors des manifestations    De fausses licences de moudjahidine pour importer des voitures    Lancement de "Lawhati" pour la vente d'œuvres d'art en ligne    CONSTANTINEREND HOMMAGE AU SOUVERAIN DU MALOUF    Le salon du livre amazigh est né    Le challenge de deux présidents    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    La sanglante guerre d'usure des Houthis    Une enquête choquante    Les inconnues d'un scrutin    346 Containers abandonnés    768 Logements sociaux électrifiés    Victoire du CRB devant le CABBA    Brèves    Les Africains connaissent leurs adversaires    182 nouveaux cas, 129 guérisons et 7 décès en 24h    Des milliers de travailleurs investissent la rue    Les raisons de la 2e vague de la hausse des prix    15 quintaux de kif marocain saisis    Le ministère du Commerce sensibilise    Déprime ramadhanesque    Les islamistes rêvent de victoire    L'Algérie ne tombera pas    Dernière ligne droite avant la campagne    «Les centres d'archives sont une vitrine»    Projection de Hassan Terro    Expo «Quelques choses d'Alger»    Coupe de la Confédération (Gr. B / 5e J): victoire de la JS Kabylie devant Coton Sport (2-1)    Gouvernement: examen d'un projet de création d'une autorité de régulation du marché du tabac    Décès d'Idris Deby : la communauté internationale appelle à préserver la paix    Perturbation dans l'approvisionnement en huile de table    Grandiose marche nocturne à Akbou    Le marché dans tous ses états    Bechar: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Les appels à la libération de Rabah Karèche se multiplient    «Le sondage doit devenir un réflexe»    la liste des membres sélectionnés approuvée    Hausse au premier trimestre 2021    Lutte contre la criminalité : Démantèlement de groupes criminels    A partir de la citadelle d'Alger : Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine    La fièvre des stèles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Entre optimisme et prudence chez les défenseurs des droits de l'Homme
Ouverture d'une enquête préliminaire sur l'affaire Walid Nekkiche
Publié dans Liberté le 09 - 02 - 2021

Le parquet a, en effet, annoncé avoir "ordonné au procureur de la République près le tribunal de Bir Mourad-Raïs d'instruire une enquête préliminaire sur les faits avancés par le citoyen Walid Nekkiche et chargé la police judiciaire compétente de cette mission". Eu égard à l'indignation soulevée auprès de l'opinion par les révélations du jeune étudiant, les réactions à l'annonce du parquet sont "prudentes", parfois "méfiantes".
C'est le cas de Saïd Salhi, vice-président d'une aile de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'Homme (Laddh), qui note avoir pris "acte" et annonce que l'ONG "continuera à suivre de près ce dossier, jusqu'à ce que la vérité soit établie et que justice soit faite".
Mais dans l'ensemble, l'ouverture de cette enquête est plutôt bien accueillie, malgré des réserves. Sur les réseaux sociaux, beaucoup rappellent qu'il s'agit là d'une première du genre, tandis que d'autres n'hésitent pas à soutenir que les autorités avaient déjà annoncé, par le passé, l'ouverture de plusieurs enquêtes, administratives ou judiciaires, mais dont les résultats sont restés pour la plupart dans les tiroirs.
Et parfois jamais divulgués. C'est pour cela d'ailleurs, que l'avocat Abdelghani Badi, qui a enregistré une vidéo où il explique notamment les détails des sévices subis par Walid Nekkiche, évoque la nécessité de "constituer une commission d'enquête indépendante" pour élucider ce genre d'affaires car "il n'y a pas que Walid Nekkiche", selon lui.
Le juriste raconte que plusieurs cas de torture sont signalés par des personnes arrêtées dans plusieurs régions du pays. Cela "touche toutes les catégories" et concerne "même les jeunes arrêtés pour trafic de drogue". D'après lui, les accusations concernent également tous "les corps de sécurité" et pense que "cela est devenu systématique pour certains agents". Mais "le plus inquiétant" est que "des plaintes ne sont pas enregistrées", a-t-il indiqué.
D'ailleurs, les avocats de Walid Nekkiche ont déjà introduit une demande d'expertise médicale refusée par le parquet tout comme la plainte pour "tortures et sévices" corporels déposée en juillet 2020 et qui a été rejetée par le juge d'instruction. "Les faits remontant à 14 mois, il est probablement difficile de retrouver des traces", indique l'avocat. Beaucoup de détenus dénoncent régulièrement des cas de torture ou de maltraitance.
Souvent, les concernés témoignent devant des juges lesquels n'en tiennent même pas compte. Pourtant, l'article 2 de la Convention mondiale contre la torture, paraphée par l'Algérie, oblige les responsables à "ouvrir obligatoirement une enquête" dès que l'information portant sur des actes de torture "leur parvient".
Mais cela se fait très rarement, dénoncent souvent les avocats et défenseurs des droits de l'Homme. Pour éviter de tels cas, des avocats et activistes préparent la constitution d'un comité national contre la torture et les maltraitances. L'annonce interviendra dans les prochains jours, apprend-on de différentes sources.

Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.