L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Boumala victime de son paradoxe    La dernière ligne droite    Les nouvelles instructions du Président Tebboune    Le baril fait du yoyo    L'UGTA se fâche    Les chantiers de Khaldi    Sabri Boukadoum à la tête d'une délégation de haut niveau    Macron pointe la volonté de réconciliation malgré des «résistances»    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Boukadoum et Beldjoud en visite de travail en Libye    La grande menace des riches    Brèves    Une AGE à refaire    Révolution dans le football européen    L'Ave Marie . . . m    L'absentéisme ou le fléau ramadhanesque    Le feu vert de Tebboune    163 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    La Confédération des syndicats algériens tire la sonnette d'alarme    Le spectacle vivant réclame des aides    Le patrimoine musical algérien en deuil    «Chaque rôle apporte un plus...»    Déstockage d'importantes quantités pour faire baisser les prix    Vers la mise en place d'une charte    Une grande voix du style assimi s'éteint    Macron commente les propos de Djâaboub    Commémoré sous le signe de «la consolidation des acquis»    Installation du nouveau chef de Sûreté de la wilaya de Tipasa    L'AC Milan, la Juventus et l'Inter se sont prononcés pour la Serie A    « Liberté » réagit au placement sous mandat de dépôt de son journaliste Rabah Karèche    Sahara occidental: le Polisario demande "un cadre plus sérieux" pour les négociations    Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine 2021    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    Justice : Procès de Tabou reporté, Boumala relaxé    FAF : La passation de consignes entre Zetchi et Amara demain    Coupe de la Ligue: derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    C'est l'escalade !    Barça - Piqué : "C'est comme recommencer à zéro"    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Kafteji    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    6 ans de prison pour deux anciens DG    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les libérations des détenus d'opinion se poursuivent
MESURES D'APAISEMENT
Publié dans Le Soir d'Algérie le 21 - 02 - 2021

La libération des détenus, dans le cadre des mesures d'apaisement décidées par le Président Tebboune, s'est poursuivie hier. Elle s'effectue de manière progressive depuis vendredi matin et pourrait encore s'étaler jusqu'au début de cette semaine en raison du nombre de dossiers et des procédures judiciaires nécessaires requises dans cette opération.
La première libération survenue ce samedi a eu lieu en fin de matinée à Mascara suivie presque simultanément d'autres sorties de prisonniers à M'sila, Tébessa, Skikda, Tiaret, Timimoun et Adrar. En début d'après-midi, le CNLD (Comité national pour la libération des détenus), qui tient une comptabilité régulièrement mise à jour de l'opération, annonce la libération de Brahim Laalami, figure connue du Hirak à Bordj-Bou-Arréridj. Sa sortie de prison est suivie de celle de trois autres personnes arrêtées elles aussi pour leurs activités en faveur du mouvement populaire. Au même moment, les portes de la prison de Koléa se sont également ouvertes pour laisser passer un détenu. A 15h30, vingt détenus avaient été déjà libérés, portant ainsi à trente et un le nombre total de libérations survenues depuis vendredi.
Toutes ces libérations passent naturellement par des procédures judiciaires, ce qui implique que le statut des personnes élargies diffère en fonction des verdicts dont elles ont fait l'objet. Dalila Touat, enseignante à Mascara libérée vendredi soir, a été ainsi placée en liberté provisoire car ayant été condamnée à dix-huit mois de prison lors de son procès en première instance. Les détenus condamnés définitivement ou en deuxième instance (ils sont dix-sept) ont été, eux, relaxés. Vendredi, le ministère de la Justice annonçait que les deux chambres, pénale et d'accusation, de la cour d'Alger s'étaient réunies autour de ces dossiers. L'annonce, faite en fin de journée, a été suivie, comme on le sait, de la libération du journaliste Khaled Drareni et de Rachid Nekkaz.
L'étude de leur dossier avait été programmée pour le 25 février au niveau de la Cour suprême. L'annonce du président de la République a impliqué une accélération des procédures qui se poursuivra jusqu'à la libération de tous les détenus. Lors de son allocution télévisée, Abdelmadjid Tebboune a évoqué une soixantaine de personnes poursuivies pour des posts sur les réseaux sociaux ou pour rassemblement illégal.
Cette annonce a suscité l'espoir de détenus poursuivis pour des faits qui n'ont pas été cités par le Président. L'épouse et les enfants du lanceur d'alerte Tounsi Mohamed se sont réunis devant la prison d'Oran à la recherche d'une bonne nouvelle. Dans une vidéo poignante diffusée sur les réseaux sociaux, la mère et les enfants ont appelé le président de la République à la libération de ce détenu. La décision de Abdelmadjid Tebboune a donné lieu à une série de réactions. L'ancien ministre de la Communication Abdelaziz Rahabi considère que «la libération des détenus d'opinion du Hirak est un geste d'apaisement attendu du président de la République et donne l'espoir d'une perspective d'ouverture plus large.
Les pouvoirs publics doivent saisir cette opportunité pour mettre en place toutes les conditions légales pour que la privation de liberté pour l'expression d'une opinion ne se reproduise plus dans notre pays». Dans un communiqué qui dresse un sévère constat de la situation qui s'est mise en place depuis le 22 février 2019, le Parti des travailleurs dit «prendre acte de cette mesure qui met fin au calvaire de dizaines de détenus et leur famille» et se pose la question de savoir «si les libertés démocratiques et le libre exercice politique et de la presse allaient être consacrés». Le PAD (Pacte pour l'alternative démocratique) réclame, lui, la «réhabilitation des détenus et le rétablissement des libertés publiques».
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.