Djerad salue le rôle des agriculteurs pendant la pandémie: «Ils ont été à la hauteur du défi»    Des experts pour la révision des subventions: Soutenir le pouvoir d'achat et non les produits    Sabotage d'un centre nucléaire: Téhéran accuse Israël et crie «vengeance»    «Petits pas» et grand bruit    Ligue des champions d'Europe: PSG, Real et City en pole position    Ligue 2 - Groupe Ouest: Le bilan à mi-parcours    En perspective de la distribution des logements de la formule «à points»: Près de 6.000 dossiers rejetés par la daïra d'Oran    Grève à l'Education: «Un taux de suivi appréciable»    Sétif: Plus de 10 millions d'euros en faux billets saisis    Les frustrations du billettiste    Le maire d'Aïn Bouchekif décède dans son bureau    22 partis et quatre indépendants en lice    Les indépendants en «conquérants»    Le décryptage du journal Le Monde    La Russie pays des prouesses scientifiques    Les Houthis affirment avoir lancé 17 drones et missiles    Forte odeur de campagne électorale    Les opérateurs s'expliquent    Klopp apprécierait Pedri    Flick appelle au calme    Falcao sérieusement blessé    129 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Guerre virtuelle aux spéculateurs    Le baril desserre l'étau    Saïda Neghza accuse la CAPC (ex-FCE)    Les producteurs renouent avec les consommateurs    Des usagers, à la veille du Ramadhan    6000 morsures d'animaux sauvages chaque année    Le programme horaire du mois de Ramadhan dévoilé    Le P.-dg de Cagex met en garde    Chems-Eddine Chitour explique la stratégie du gouvernement    Les Editions Frantz-Fanon rebondissent    «La littérature exerce une influence sur la société»    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupations marocaines    Le Président Tebboune adresse ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'avènement du mois de Ramadhan    Des députés français réclament la publication des données sur les déchets nucléaires enterrés en Algérie    Le procès d'Abou Dahdah reporté au 9 mai    Incident sur le site nucléaire    La CAF «va voir»    290 millions DA dépensés depuis août dernier    Soufiane Djillali ne sera pas candidat    Actuculte    Le rapport à l'écriture littéraire présenté par des auteurs algériens    C'est la frénésie !    Fractures et manœuvres répugnantes    Les monarchies et les bibelots comme dieux    Le piège de la mémoire    Paris réagit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le «verrou des 4%» abandonné ?
PROJET D'ORDONNANCE PORTANT REGIME ELECTORAL
Publié dans Le Soir d'Algérie le 09 - 03 - 2021

Le fameux «verrou» des 4% des suffrages exprimés lors du précédent scrutin pour prétendre prendre part aux élections suivantes, aurait sauté de la mouture finale du projet d'ordonnance portant loi organique relative au régime électoral, adopté avant-hier dimanche, en Conseil des ministres.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - Dans sa série d'orientations émises à l'occasion, le président de la République a, notamment, invité à la prise en compte de la condition des signatures en faveur des candidats indépendants et des partis politiques.
Ce qui signifie, qu'aussi bien les postulants indépendants ou dans un cadre partisan seront soumis à la condition préalable de réunir un certain nombre de parrainages d'électeurs de leurs circonscriptions électorales. D'où, comme le soulignait, hier lundi, le chargé à la communication au sein du Front el Moustakbal, la suppression du fameux seuil des 4% des suffrages exprimés lors du précédent scrutin, pour prétendre prendre part aux élections suivantes. Ce que plus d'un, parmi notamment les petits et nouveaux partis, dénonçait et criait à la discrimination et à l'entrave à l'acte politique.
Invité à jouer «l'arbitre» concernant ce contentieux, le chef de l'Etat a préféré couper la poire en deux en supprimant ce seuil des 4%, mais en généralisant les parrainages des électeurs à tous les candidats, que ceux-ci soient indépendants ou partisans.
Cependant, on ignore la proportion de ces parrainages des électeurs exigés des uns et des autres, et si ce seuil était commun aux deux catégories de postulants. Ou encore si, pour la même catégorie de candidats, le nombre de parrainages des électeurs exigé différait d'une circonscription électorale à une autre, selon la consistance de leurs fichiers électoraux. Il faudra attendre la promulgation de cette ordonnance portant loi organique relative au régime électoral pour être fixé sur ces détails.
Un amendement qui ne ferait pas l'affaire des petits partis dont la problématique de la collecte de ces fameux parrainages d'électeurs reste entière, eux qui espéraient d'en être exemptés.
Autre «zone d'ombre», l'âge pour les candidats parmi les jeunes, puisque le chef de l'Etat s'est limité à inviter à sa «révision», sans autre détail sur ce seuil.
Pour rappel, et après examen et approbation du projet d'ordonnance, présenté par le ministre de la Justice et garde des Sceaux, le président de la République a apporté d'autres orientations.
Dont le bannissement dans toutes les étapes du processus électoral de l'argent, sous toutes ses formes, notamment l'argent sale, en concrétisation du principe d'égalité des chances entre candidats, la moralisation de la vie politique en barrant la route à toute tentative de manipulation consacrée par l'ancien code électoral, le recours impératif aux commissaires aux comptes et comptables agréés issus des wilayas mêmes des candidats, pour le contrôle minutieux des sources de financement. De même que la définition, avec précision, de la notion des éléments et étapes de la campagne électorale avec bannissement de l'exploitation de la situation sociale des citoyens durant les campagnes électorales, à travers des scènes dont le citoyen a pris conscience aujourd'hui.
Tebboune a ordonné aussi le relèvement, à la moitié au lieu du tiers, du quota des jeunes sur les listes électorales, l'augmentation au tiers du quota des jeunes universitaires sur les listes électorales, en appui aux compétences nationales et diplômés des universités à travers tout le pays, l'encouragement de la représentation de la femme, en parité et en égalité sur les listes électorales afin d'abroger le système des quotas, la prise en compte du nouveau découpage administratif dans la répartition des sièges électoraux aux niveaux local et national, ainsi que la condition des signatures en faveur des candidats indépendants et des partis politiques.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.