Covid 19 : L'Algérie projette l'exportation du vaccin « CoronaVac » vers les pays africains    Corruption : Hamid Melzi condamné à 5 ans de prison ferme    Bendjemil à la tête d'un directoire    Alex Ferguson compare Ronaldo à une grande figure historique    Tlemcen : La Cacobatph prend des mesures au profit des opérateurs économiques    Le départ de Messi ne passe toujours pas pour Tebas    Bientôt un recensement démographique et économique    Bekkaï veut une révision des prix des billets d'avion pour le Sud    Perspectives prometteuses dans la culture du colza    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle pour plus de 1 000 jeunes    Libye et Mali au menu des discussions de Lamamra avec le SG de l'ONU    L'ultimatum de Mahmoud Abbas à l'Etat d'Israël    Le Premier ministre accuse la France d'un «abandon en plein vol»    Une majorité de femmes au Parlement en Islande    La gauche radicale lance sa campagne à Johannesburg    Le procès en appel ajourné pour absence de certains témoins    L'épreuve des signatures    Le sort du RAJ connu ce mercredi    Le Malien Yacouba Doumbia débarque à Tizi    Les Académiciens en stage à Annaba    Lancement prochain de la réalisation d'une première gazonnière en Algérie    Khellaf directeur de cabinet de la présidence, Aggoune porte-parole    La distribution du livre scolaire pose problème    Les comités de quartiers expriment leurs préoccupations    Il frappe son père à coups de couteau, l'agresseur écroué    Drame en haute mer    Un monodrame algérien sélectionné    Débat avec Saïd Boutadjine    Actuculte    Vaste campagne de nettoiement des sites touristiques à Djanet    Tournoi de Toulon : La sélection algérienne des U20 présente    Forêt de Coca: Un jeune découvert pendu à un arbre    Prises de conscience    Faute de pain, nous mangerons des gâteaux !    L'Algérie crée un dispositif d'information passagers    Les locales de toutes les interprétations    Mohamed Loukal, placé sous mandat de dépôt    La recette du Président    La réhabilitation du palais du Bey relancée    Les « solutions » du ministère    "Une priorité" pour Aïmene Benabderrahmane    Faut-il une nouvelle loi?    Au moins 50 morts dans des combats près de Marib    Belmadi en mode mondial    Législatives à suspense pour la succession de Merkel    Appel à la participation au dialogue inclusif    «Ma ville, ma vie, ma bataille...»    Le casting du futur film d'animation se dévoile enfin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Akli D., barde itinérant
Publié dans Le Soir d'Algérie le 08 - 04 - 2021

J'ai tenté une première incartade en 1979. Avec une autorisation de sortie en poche, je suis venu sur la trace de mes frères et de mon père à Paris.
Mes frangins étaient eux-mêmes musiciens amateurs. L'un harmoniciste, l'autre guitariste.
Pareil, mon père était aussi mordu de la gratte...
Au bout de trois mois, Akli D., qui jouait de la guitare avec un bidon d'huile trafiqué par un voisin, quitte Paris. Il retourne en Algérie.
«Paris ne m'a pas plu. Il y avait beaucoup de monde dans ce 13e arrondissement où j'ai atterri, mais il n'y avait pas d'âme.»
À 17 ans, il passait ses journées à papoter avec les vieux sur les bancs publics du quartier Tolbiac à nourrir les pigeons qui squattaient les squares.
«J'ai été élevé par les bandes dessinées et la curiosité.» Retour à Paris au printemps 80. «En ce temps-là, j'étais un leader du mouvement dans ma région, Draâ-el-Mizan. Mon père et mon frère ont été embarqués par la police. Je passais mon temps sur le campus de Oued-Aïssi.»
Paris. Akli D. dort deux ans et demi dans les rues et reçoit trente injonctions de quitter le territoire français !
Après le bidon d'huile, Akli, aujourd'hui brillant guitariste, s'est mis au banjo et a épousé le rêve.
Il a commencé à animer les après-midi du parvis du Centre Pompidou et de Notre-Dame avant de gagner son ticket pour la scène du Café de la Gare à Paris. Un vrai tremplin !
Entre-temps, il fait des études de cinéma où il soutient une thèse sur la «mémoire sensorielle». Tout un programme !
Sur son chemin, il croise Catleen Nesly, la compagne de Robert de Niro à l'époque.
Elle l'embarque à New York, puis à San Francisco.
Début de carrière dans un pub branché, «Mad Dog in the Fog».
La fulgurance et l'envie arrivent. L'élan est coupé par deux mauvaises nouvelles : le décès de la maman qui avait, elle-même, perdu quatre enfants, les aînés de Akli qu'il n'a jamais connus, et une maladie grave et dégénérative du père.
Akli rentre en urgence en Algérie pour saluer la mémoire de ses géniteurs. À son retour, il fait une escale à Paris et produit un tube : Anfass i-Larbi tranquille, une chanson qui a cartonné et qui l'a scotchée en France, en Europe.
Depuis, il est noyé dans sa musique, son itinérance, ses songes. Depuis quelques mois, il s'est dissous dans le Hirak. Il est toujours là, il observe et il écoute les râles et les coups de gueule des jeunes qui lui ont succédé. Il y croit. Il tient la route et il pense que malgré toutes les tentatives de récupération de cette révolution spontanée, le pouvoir va chuter et les libertés finiront par triompher.
M. O.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.