Un jeudi apocalyptique à M'sila    Real Madrid: Zidane vers la sortie ?    Ligue des champions: Mahrez dans l'équipe type de la semaine    Congé de maternité: Une campagne d'information sur les demandes en ligne    EN: deux à trois matchs amicaux au menu des Verts en juin    AADL2 : Près de 4.600 souscripteurs ont retiré les ordres de versement de la 1ère tranche    Coopération : lancement officiel du projet de création d'un Conseil d'affaires algéro-mozambicain    Ligue des champions (1/4 de finale - aller) : CRB-EST décalé au samedi 15 mai    La position française par rapport à ce qui se passe au Tchad est anti-démocratique    Coronavirus: 201 nouveaux cas, 138 guérisons et 8 décès    Espagne: la justice dément avoir convoqué le président sahraoui Brahim Ghali    La recherche de solutions aux différentes revendications doit se faire dans le cadre d'une approche progressive    Le général Medjahed débat avec Anouar Haddam    Algérie-Libye : une position ferme et réaliste (1re partie)    Le Parlement adopte l'amendement de la loi sur la Cour constitutionnelle    Nous sommes fiers de l'acquis démocratique polonais    Six mois de prison avec sursis pour Bendiar Maamar    «Le FLN est en décadence»    Les prix se consolident    L'ouverture de bureaux de change n'est pas envisageable    Sonatrach évoque une reprise de ses activités en Libye    Messaoudi (JSS) maintient le cap    Les finances et la fin de saison au menu    «Ce n'est pas évident de mettre toujours un onze compétitif»    Renflouage du barrage de Taksebt depuis l'oued Sebaou    Cap sur le 6e congrès    2 personnes trouvent la mort sur la RN 47    Tajine de poulet sucré-salé    Les pompiers exigent la réintégration de leurs collègues    Relâchement généralisé et persistant    Algérie-France : la question de la mémoire doit être traitée dans le cadre d'un dialogue d'Etat à Etat    Bac artistique : la musique et la danse seront-elles enfin licites ?    Les artistes rendent hommage à Sid Ahmed Agoumi    "Certains de nos comédiens ont du mal à incarner leur personnage"    Inexistant au centre-ouest du pays : Le projet de CHU relancé à Chlef    Le parcours du combattant    La néo-théorie du «bon cercle» !    Eric Zemmour, visé par des accusations d'agressions sexuelles    L'armée hausse le ton    Les démarches de sa prise en charge engagées    Les candidats retiennent leur souffle    Les mises en garde de l'Armée    Les agents agréés de l'Otan aux abois    L'UA condamne les attaques terroristes au Burkina-Faso, Mali et Niger    Un policier tué dans une attaque jihadiste sur des puits de pétrole    Huit auteurs du meurtre des trois expatriés ont été abattus    Appel à l'exploitation économique du patrimoine culturel    Le roman de Salim Bachi parait aujourd'hui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouvelles révélations du parquet d'Alger
ALLEGATIONS DE SEVICES CONTRE UN JEUNE MINEUR
Publié dans Le Soir d'Algérie le 10 - 04 - 2021

La justice continue à communiquer au sujet de l'affaire de la vidéo montrant un mineur de quinze ans entouré de personnes l'incitant à évoquer des actes immoraux subis durant son interpellation samedi dernier. Jeudi, le procureur de la République de la cour d'Alger est de nouveau intervenu et accusé nommément le mouvement terroriste Rachad d'être à l'origine d'une manipulation.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - C'est la seconde conférence de presse que le représentant du ministère public organise ainsi en l'espace de deux jours seulement. Le dossier sensible a conduit, comme on le sait, à l'ouverture d'une enquête judiciaire dont les premiers éléments ont été fournis mardi en fin de journée. Vers 19 h, le procureur général s'est exprimé face à des médias informant que le mineur avait été conduit auprès de deux médecins légistes de l'hôpital Mustapha.
Le premier médecin avait rédigé un rapport établissant que l'adolescent ne montrait aucune trace d'actes immoraux mais qu'il avait refusé de se soumettre à un examen approfondi (par le second médecin). Il déclare également que « les éléments des services de sécurité ignoraient qu'il s'agissait d'un mineur au moment de son interpellation », et que ce dernier, habitant à Blida, « avait été conduit à Alger par un groupe de personnes dont une partie avait déjà été arrêtée ». Parmi ces personnes, des activistes bien connus du Hirak qui étaient apparus sur la vidéo entourant le mineur à sa sortie d'un commissariat d'Alger (dans la nuit) et l'incitant à raconter ce qui lui était arrivé.
Le procureur général promet de dévoiler, dans les jours à venir, les nouveaux éléments d'enquête. Il l'a fait ce jeudi donc accusant cette fois directement le mouvement islamiste Rachad d'avoir monté toute cette affaire. « Les investigations, dit-il, ont dévoilé des faits dangereux, car parmi des éléments du groupe qui entouraient le mineur, se trouvent des personnes et des entités porteurs de projets soutenus par des parties étrangères ainsi que le mouvement Rachad qui agit pour la planification et le financement ». La même source met l'accent sur l'existence de « preuves établissant que l'un des activistes arrêtés, dénommé Riahi, était en contact avec des membres d'une organisation constituée de Marocains qui se disent victimes d'expulsions arbitraires d'Algérie », «c'est son voisin dans la région d'Aïn-Témouchent », ajoute-t-il. Le procureur général fait également état de « financements suspects entre les membres du groupe qui entouraient le mineur » et que ces derniers entretenaient « des contacts avec des parties connues pour leurs activités destructrices ». Il cite les noms Benhalima Mohamed Azouz, Rebiaa Sofiane, Boukhors Amir (dit Amir DZ) et Ahmed Ismaïl.
« Nous avons les preuves que ces personnes ont planifié ces faits, des dossiers criminels ont été constitués à leur encontre, le groupe est poursuivi pour complot, incitation des citoyens à se rebeller contre l'autorité de l'Etat, atteinte à l'unité nationale et réception de financements de l'intérieur et de l'extérieur du pays en vue de commettre des actes pouvant porter atteinte à la sûreté de l'Etat, à la stabilité de ses institutions et leur bon fonctionnement, à l'unité nationale et à l'intégrité territoriale .»
Quelques heures avant la tenue de cette conférence de presse, quatre activistes arrêtés dans le cadre de l'enquête qui se mène dans l'affaire du mineur, ont comparu devant le tribunal de Sidi-M'hamed où ils ont été placés sous mandat de dépôt.
Parmi eux, Mohamed Tadjaadit, activiste plusieurs fois détenus, et Malik Riahi (son nom a été cité par le procureur), tous deux ont été arrêtés dans un appartement à Aïn Benian quelques heures après la diffusion de la fameuse vidéo.
Jeudi, les avocats des mis en cause ont dénoncé le fait que leurs clients aient été présentés devant la justice à 8h30 du matin, et donc sans défense, alors que les procédures de ce genre s'effectuent habituellement en milieu de matinée.
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.