[Vidéo] Scène héroïque des sapeurs-pompiers à M'sila    Real Madrid: Zidane vers la sortie ?    Ligue des champions: Mahrez dans l'équipe type de la semaine    Congé de maternité: Une campagne d'information sur les demandes en ligne    EN: deux à trois matchs amicaux au menu des Verts en juin    AADL2 : Près de 4.600 souscripteurs ont retiré les ordres de versement de la 1ère tranche    Coopération : lancement officiel du projet de création d'un Conseil d'affaires algéro-mozambicain    Ligue des champions (1/4 de finale - aller) : CRB-EST décalé au samedi 15 mai    La position française par rapport à ce qui se passe au Tchad est anti-démocratique    Coronavirus: 201 nouveaux cas, 138 guérisons et 8 décès    Espagne: la justice dément avoir convoqué le président sahraoui Brahim Ghali    La recherche de solutions aux différentes revendications doit se faire dans le cadre d'une approche progressive    Le général Medjahed débat avec Anouar Haddam    Algérie-Libye : une position ferme et réaliste (1re partie)    Le Parlement adopte l'amendement de la loi sur la Cour constitutionnelle    Nous sommes fiers de l'acquis démocratique polonais    Six mois de prison avec sursis pour Bendiar Maamar    «Le FLN est en décadence»    Les prix se consolident    L'ouverture de bureaux de change n'est pas envisageable    Sonatrach évoque une reprise de ses activités en Libye    Messaoudi (JSS) maintient le cap    Les finances et la fin de saison au menu    «Ce n'est pas évident de mettre toujours un onze compétitif»    Renflouage du barrage de Taksebt depuis l'oued Sebaou    Cap sur le 6e congrès    2 personnes trouvent la mort sur la RN 47    Tajine de poulet sucré-salé    Les pompiers exigent la réintégration de leurs collègues    Relâchement généralisé et persistant    Algérie-France : la question de la mémoire doit être traitée dans le cadre d'un dialogue d'Etat à Etat    Bac artistique : la musique et la danse seront-elles enfin licites ?    Les artistes rendent hommage à Sid Ahmed Agoumi    "Certains de nos comédiens ont du mal à incarner leur personnage"    Inexistant au centre-ouest du pays : Le projet de CHU relancé à Chlef    Le parcours du combattant    La néo-théorie du «bon cercle» !    Eric Zemmour, visé par des accusations d'agressions sexuelles    L'armée hausse le ton    Les démarches de sa prise en charge engagées    Les candidats retiennent leur souffle    Les mises en garde de l'Armée    Les agents agréés de l'Otan aux abois    L'UA condamne les attaques terroristes au Burkina-Faso, Mali et Niger    Un policier tué dans une attaque jihadiste sur des puits de pétrole    Huit auteurs du meurtre des trois expatriés ont été abattus    Appel à l'exploitation économique du patrimoine culturel    Le roman de Salim Bachi parait aujourd'hui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'option du rationnement écartée ?
Alimentation en eau potable
Publié dans Le Soir d'Algérie le 10 - 04 - 2021

Les conséquences redoutées de la faible pluviométrie que connaît l'Algérie depuis maintenant quelques années se révèlent, aujourd'hui, préjudiciables pour la population. Les perturbations en termes d'alimentation en eau potable deviennent de plus en plus prononcées dans quasiment toutes les wilayas. Face à cette situation, les responsables du secteur semblent évasifs sur la question des restrictions en matière d'approvisionnement en eau potable. Le recours au rationnement de l'eau s'est invité plusieurs fois dans le débat, comme seule alternative pour économiser de l'eau. Or cette « option » est, semble-t-il, exclue, du moins pendant le mois de Ramadhan.
Massiva Zehraoui - Alger (Le Soir) - D'ailleurs, après en avoir évoqué la nécessité, les représentants du secteur optent finalement pour un dispositif moins drastique.
Le premier responsable des ressources en eau, Mustapha Kamel Mihoubi, a assuré à ce propos, jeudi dernier, que le programme d'alimentation ininterrompue en eau potable de la capitale et des wilayas limitrophes sera maintenu pendant le mois de Ramadhan.
Ces propos contredisent, ainsi, les déclarations du directeur général de l'Algérienne des eaux, Hocine Zair, qui avait déclaré, peu de temps avant, qu'un «programme de distribution allait probablement être mis en place après la fin du mois sacré ». Il a justifié le recours à cette option par « le taux de remplissage des barrages dont le niveau national a baissé à 44% des capacités d'exploitation».
Un état de fait qu'il a qualifié « d'inquiétant ». Compte tenu du stress hydrique qui marque le pays, le DG de l'ADE avait parlé de la nouvelle politique du secteur visant à faire de l'économie d'eau, « de sorte à la distribuer de manière plus ou moins équitable à travers tout le territoire ».
Les raisons de ce revirement semblent liées à « des études d'évaluation des potentialités hydriques disponibles, et des résultats des rapports élaborés par des cadres du secteur concernant les travaux de consolidation des eaux superficielles et d'extension de quatre stations de dessalement de l'eau de mer », a souligné Mustapha Kamel Mihoubi.
Au lieu de mettre en place des restrictions draconiennes en matière de distribution d'eau potable, les responsables du secteur choisissent d'accélérer les programmes inhérents à l'exploitation des eaux non conventionnelles issues du dessalement de l'eau de mer. Les 73 forages hydrauliques réalisés depuis l'été dernier et le programme complémentaire d'urgence pour la réalisation de 100 autres forages entrent également en compte dans l'optique de pallier le stress hydrique.
Le département des ressources en eau tente, à travers cette décision, de rationaliser l'offre et la demande.
Chose qui, selon plusieurs spécialistes, deviendra de plus en plus difficile à réaliser compte tenu du fait que l'Algérie est de plus en plus affectée par des cycles de sécheresse.
Plusieurs localités de la capitale et des autres wilayas souffrent, depuis plusieurs mois, de coupures de façon répétée.
Certaines régions ont été privées d'eau potable pendant des jours, tandis que pour d'autres, les coupures se faisaient à intervalle régulier. Beaucoup de ménages ont alors été obligés de ressortir les vieilles citernes.
M. Z.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.