De la surfacturation à la sous-facturation !    Entreprises: La dépénalisation de l'acte de gestion en question    Assainissement du foncier industriel: 307 actes de concession annulés pour non concrétisation des projets    Football - Ligue 1: Une étape pour y voir plus clair    Assises nationales de la santé: Des participants et des boycotteurs    Pour la plantation de 50.000 arbustes avant la fin de l'année: Lancement hier de la grande campagne de reboisement    Plus de 374 kg de viande blanche impropre à la consommation saisis    Aïn El Kerma: Exhumation des restes de trois corps de martyrs    Reportage - Tiaret Sur les pas d'Ibn Khaldoun    La Baraka du baril    Un marché pour les produits fabriqués par les femmes    Christopher Ross: «je persiste et je signe»    Quand les Algériens s'en mêlent    Gifles au Roi    Ce que propose Lamamra pour protéger les migrants    Le nouveau procès en appel de Hamel reporté    Un ultimatum fixé à Solskjaer    Inauguration imminente    Lorsque Rabah Madjer était «Mustapha»    Les choses sérieuses commencent    Tebboune présente ses condoléances    Le MDN organise un colloque historique    5 décès et 79 nouveaux cas en 24 heures    Le corps de l'avocat Zitouni retrouvé    Enfin des logements pour les sinistrés    Le Makhzen joue ses dernières cartes    L'artisanat des idées    «Préservons notre mémoire!»    «La vie d'après» en route    Ecrivain algérien Youssef Bendekhis lauréat    Journées de formation sur la gestion des risques biologiques    La distribution d'essence peine à redémarrer    "COMME UN MIROIR BRISE"    Campagne de sensibilisation dans le milieu estudiantin    MERIEM    Le rêve d'Ali Zamoum et de Kateb Yacine revisité    Un studio de cinéma en plein air à Oultem !    Abbas Righi chante le malouf à Montréal    Cour de Boumerdès : Le nouveau procès en appel de Hamel reporté au 24 novembre    La JS Saoura affrontera les Ghanéens de Hearts Of Oak    La CAF reporte le match Soudan-Algérie    Deux organisations plaident en faveur d'un mécanisme de surveillance des droits humains    Des offres chez Peugeot Algérie    Les putschistes isolés    Les députés adoptent des ordonnances déjà appliquées    Forcing pour l'arrivée d'une filiale de Sonatrach    Sûreté de wilaya: La police honore la presse    Les dernières cartouches des imposteurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le projet d'un barrage géant en Chine qui angoisse l'Inde
Syndrome éthiopien
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 04 - 2021

Un barrage géant qui produirait trois fois plus d'électricité que celui des Trois-Gorges, l'actuel record du monde...
La Chine envisage d'édifier au Tibet une mégastructure en travers du Brahmapoutre, laquelle inquiète les écologistes ainsi que le voisin indien. La scène se passe à plus de 1500 m d'altitude, dans le canyon qui est à la fois le plus long et le plus profond du monde.
Contournant un imposant massif himalayen, le fleuve dessine un coude avant de s'orienter au sud-ouest en direction de l'Inde puis du Bangladesh, où il se jette dans le Gange et enfin dans la mer. C'est en travers ce coude, dans le comté de Medog, que la Chine prévoit d'édifier un colossal ouvrage d'art qui ridiculiserait son propre record du monde, le barrage des Trois-Gorges du Yangtsé, d'une capacité de «seulement» 22,5 millions de kilowatts. Le plan quinquennal (2021-2025) adopté début mars par le Parlement chinois prévoit de «construire une base hydroélectrique dans le cours inférieur du Yarlung Tsangpo», nom tibétain du Brahmapoutre. Fin novembre, le patron de Power China, Yan Zhiyong, dévoilait une partie du projet à la Ligue des jeunesses communistes. S'enthousiasmant pour «la région la plus riche du monde en ressources hydroélectriques», il expliquait que le coude du Brahmapoutre disposait de capacités théoriques de près de 70 millions de kilowatts — plus de trois fois les capacités des Trois-Gorges.
Même si pour Pékin le projet se justifiait au nom de la lutte contre les énergies fossiles, il risque de susciter une forte opposition des mouvements écologistes, à l'instar du barrage des Trois-Gorges, construit entre 1994 et 2012 dans le centre du pays.
L'ouvrage a engendré la création d'un immense lac de retenue et le déplacement de 1,4 million de personnes en amont.
Mais moins d'un an après un affrontement meurtrier dans l'Himalaya entre soldats indiens et chinois, c'est à New Delhi que le projet inquiète le plus.
Réagissant au projet chinois, le gouvernement indien a émis l'idée de construire à son tour un barrage sur le Brahmapoutre, afin de constituer sa propre réserve d'eau.
R. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.