Juventus : Ronaldo n'ira pas au Sporting    Real Madrid: Zidane aurait pris sa décision    Oran: les traditionnelles photos de l'Aïd indétrônables    Délégation nationale aux risques majeurs: Promulgation d'un décret exécutif    Exactions au temps du Hirak : Affaire d'Oran, la fabrication de l'ennemi    Inondations à M'sila: la PC découvre un cadavre    Vendredi 117 : Marche empêchée et des interpellations y compris de journalistes    Mali: démission du gouvernement, Ouane reconduit    Coronavirus: 170 nouveaux cas, 134 guérisons et 5 décès    Palestine: Session publique du Conseil de sécurité dimanche    Aïd el-Fitr: le respect par les commerçants du programme de permanence salué    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Aïd El-Fitr: Belhimer adresse ses vœux au personnel du secteur    Un intérêt de Lyon pour Ghezzal ? L'intéressé répond    Fédération internationale de rugby: l'Algérie obtient le statut de membre permanent    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    ElQods vaincra !    Maturité et montée en gamme    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Le flou persiste    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    CRB-EST, maintenu pour le 15 mai à 17h    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Rebiaï suspendu quatre matches    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Le Cnese en phase de propositions    Réactions mitigées des partis politiques    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les «ratés» de l'ancienne feuille de route
Agriculture
Publié dans Le Soir d'Algérie le 14 - 04 - 2021

Le Forum sur l'investissement agricole et agroalimentaire, tenu lundi au Centre international des conférences, a permis de voir dans une certaine mesure où on en est avec la fameuse feuille de route dont s'est doté le secteur de l'agriculture, révélée en grande pompe l'année dernière, afin de participer à garantir la sécurité alimentaire du pays et contribuer à réduire la facture des importations, entre autres objectifs.
À l'ouverture du Forum, tenu lundi donc, le Premier ministre a rappelé en expliquant que le gouvernement a élaboré un plan pour moderniser l'agriculture et atteindre un certain nombre d'objectifs urgents, notamment la rationalisation des dépenses publiques et la réduction de la facture d'importation. Un plan pour moderniser l'agriculture et qui se décline en plusieurs actions programmées entre l'année dernière et 2024, comme révélé dans Le Soir d'Algérie du 23 août 2020 et où il était fait état des huit axes de développement sur lesquels repose le programme quinquennal 2020-2024 pour l'agriculture.
En effet, le développement de la production agricole à travers l'extension des superficies irriguées, l'accroissement de la production et de la productivité, l'exploitation rationnelle du foncier agricole, le développement agricole et rural dans les zones de montagne, la préservation, le développement et la valorisation du patrimoine forestier, le développement agricole et rural dans les zones steppiques et agropastorales, le développement et la valorisation dans les territoires sahariens, l'intégration de la connaissance et la numérisation dans les programmes de développement, constituent les huit axes sur lesquels est fondée la feuille de route dont s'est doté le secteur l'agriculture. Des axes qui se déclinent dans cette feuille de route selon une structuration en deux parties : un programme prioritaire pour une réalisation à très court terme, et un programme d'actions à caractère continu à moyen terme.
Malheureusement, il se trouve que le plan connaît quelques couacs, indépendamment de l'impact de la pandémie, tel c'est le cas pour le foncier agricole, avec comme objectif la rationalisation de l'exploitation des terres. Il était dit dans la fameuse feuille de route que la partie à réaliser en priorité, à partir du deuxième semestre de l'année dernière et celui de cette année, concerne le développement de l'agriculture saharienne, l'extension des superficies à potentiel avéré, le développement des cultures industrielles dans le Sud (maïs, soja, betterave sucrière...) et la création et la mise en action effective de l'Office national de développement de l'agriculture industrielle en terres sahariennes (Odas).
Selon le ministre de l'Agriculture, Abdelhamid Hemdani, qui s'exprimait lors du Forum tenu lundi, l'Odas a attribué jusque-là 136 000 hectares au profit des opérateurs, en précisant que ces surfaces mises à la disposition des investisseurs font partie des 500 000 hectares non exploités récupérés par l'Etat. Tout en indiquant que le secteur agricole dispose de plus d'un million d'hectares exploitables, le ministre a mis l'accent sur la nécessité d'adopter une agriculture «intelligente», le problème d'espace ne se posant pas. Entre autres objectifs déclarés, il s'agira pour la filière transformation des produits agricoles d'assurer au moins 50% de nos besoins.
Une perspective pas évidente à atteindre dans l'immédiat si l'on se fie aux propos mêmes du ministre de l'Agriculture, Abdelhamid Hemdani, qui a soulevé les difficultés auxquelles font face les potentiels petits investisseurs en agriculture pour le financement de leurs projets. Ils seraient plus d'un million dans ce cas alors que les questions de ce genre étaient censées être prises en charge prioritairement dans le plan quinquennal à travers notamment les mesures arrêtées pour le développement des zones de montagne par des actions permettant l'amélioration des conditions de vie des populations et le renforcement des actions de désenclavement par l'ouverture et l'aménagement de pistes agricoles, la mobilisation de la ressource en eau, la plantation arboricole et la création de petites unités d'élevage, notamment à destination des jeunes. Des ratés, donc, dans le dispositif mis en branle à partir de la deuxième moitié de l'année dernière malgré les aléas générés par la crise sanitaire.
Azedine Maktour


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.