Aïd el-Fitr: le respect par les commerçants du programme de permanence salué    Aïd El-Fitr: Belhimer adresse ses vœux au personnel du secteur    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Un intérêt de Lyon pour Ghezzal ? L'intéressé répond    Liverpool : Mané refuse de serrer la main de Klopp (Vidéo)    Juventus : Ronaldo donne un indice sur son avenir    Fédération internationale de rugby: l'Algérie obtient le statut de membre permanent    Sahara occidental: des organisations internationales condamnent la campagne répressive marocaines    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Jouets contrefaits: nécessité de la mise en place d'"un laboratoire de contrôle"    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Finances: nécessité d'accélérer la cadence de numérisation du secteur    Djerad félicite la Oumma Islamique à l'occasion de l'Aid El Fitr    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    ElQods vaincra !    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    Foot/ Ligue des champions : le CRB et le MCA pour prendre option à domicile    Maturité et montée en gamme    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Khawa-khawa, benti-oulidi !    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Le flou persiste    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    Rebiaï suspendu quatre matches    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    La désignation de Houasnia fait polémique    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Le Cnese en phase de propositions    Réactions mitigées des partis politiques    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«10 000 patients sont en attente d'une greffe»
Pr Tahar Rayane :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 04 - 2021

Le professeur est longuement revenu sur la pratique de greffe d'organes plombée par de nombreux facteurs, en plus du Covid-19. Par ailleurs, il a déploré le manque en spécialistes qui se fait sentir un peu plus chaque année. Il qualifie la tenue de fichiers nationaux des greffés, des donneurs, et des receveurs d'organes d'«impératif », espérant que la spécialité de greffe d'organes soit supervisée et contrôlée par l'Etat. Entre autres statistiques données par le professeur : 10 000 patients qui sont en attente de greffe rénale, dont un tiers ont des donneurs. 300 greffes de foie effectuées en 2018, seulement 20 en 2019 et 50 en 2021. 225 centres de dialyses privés existent à travers le territoire national.
Ahmed Kessi - (Le Soir) - La transplantation d'organes a connu un net recul durant de longues années pour diverses raisons « Ces facteurs ont une influence négative sur cette pratique et donc le nombre de greffes est très réduit, tenant compte de la demande », a estimé le professeur Tahar Rayane sur les ondes de la Radio nationale.
10 000 patients sont en attente d'un greffon qu'ils n'arrivent pas à avoir depuis des années. Cette année, il y a « une reprise mais timide, car la pandémie du Covid-19 ne nous permet pas de pratiquer l'opération de greffe d'une façon régulière », expliquant le « risque de faire des victimes chez les patients à faible immunité », et faisant part dans la foulée du décès de 100 greffés du Covid-19. Sans oublier les patients dialysés, en attente de greffe, contaminés et qui sont décédés.
Plusieurs autres facteurs, autres que Covid-19, ont impacté l'activité, selon le professeur Rayane, qui cite entre autres : l'instabilité des équipes chirurgicales et médicales. À titre d'exemple, Batna où l'on pratiquait plus de 100 greffes par an a vu le chirurgien néphrologue partir à l'étranger, et la greffe a fortement diminué.
Le transfert des spécialistes d'un service à un autre suite à des concours de chefferie empêche le déroulement des interventions de greffe dans les nouveaux services où ils sont affectés. «C'est purement administratif et bureaucratique », estime-t-il, tout en insistant sur la nécessité de « lever ces contraintes au plus vite ». D'ailleurs, les mêmes problèmes entravent la greffe du foie qui s'est carrément arrêtée.
« Il faut réfléchir à lever toutes ses contraintes de concours, de transferts, en intégrant certains paramètres qui favoriserait la continuité de la greffe », insiste le Pr Rayane, qui affirme à l'occasion que le projet de création de services spécialisés en greffe est « dévié » de ce qu'il devait faire et que, maintenant, même l'équipe urologique de l'Institut du rein de Blida ne fait plus de greffe rénale. « On lui a interdit de le faire et de laisser d'autres le faire à sa place », précisera-t-il.
Interrogé sur l'avenir du Conseil scientifique, remis en cause, du fait qu'il ne s'est pas réuni depuis deux ans, alors que statutairement il doit se réunir trois fois par an, le Pr Rayane a avoué qu'« effectivements, il existe des dysfonctionnements qui n'ont pas permis au conseil scientifique de l'Agence nationale de greffe du rein de se réunir ». Il a « un pouvoir consultatif mais prépondérant, puisque de par sa composante de 25 experts, il peut conseiller le directeur général et surtout réfléchir à des solutions quand des problèmes se posent », comme le cas de cette pandémie.
A. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.