Coupe de France: Monaco met fin au rêve de Rumilly Vallières et rejoint le PSG en finale    Aid el-Fitr: activité commerciale raisonnable dans la capitale    Fédération internationale de rugby: l'Algérie obtient le statut de membre permanent    Sahara occidental: des organisations internationales condamnent la campagne répressive marocaines    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Espagne : CEAS-Sahara appelle la communauté internationale à protéger la population sahraouie    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Jouets contrefaits: nécessité de la mise en place d'"un laboratoire de contrôle"    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Finances: nécessité d'accélérer la cadence de numérisation du secteur    Djerad félicite la Oumma Islamique à l'occasion de l'Aid El Fitr    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Montpellier : Delort buteur face au PSG (Vidéo)    Montpellier : Delort envoie une pique à Mbappé et au PSG    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    Législatives: Charfi rencontre les représentants des listes indépendantes    ElQods vaincra !    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    Foot/ Ligue des champions : le CRB et le MCA pour prendre option à domicile    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Khawa-khawa, benti-oulidi !    Maturité et montée en gamme    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Rebiaï suspendu quatre matches    La désignation de Houasnia fait polémique    "Qu'on m'explique ce que sont les réserves sécuritaires privatives"    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Le Cnese en phase de propositions    Réactions mitigées des partis politiques    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le président de la société algérienne de néphrologie: «10.000 Algériens attendent une greffe de rein»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 04 - 2021

C'est un véritable cri d'alarme que vient de pousser le professeur Tahar Ayane, président de la société algérienne de néphrologie, dialyse et transplantation rénale.
En effet, intervenant, hier mercredi, sur les ondes de la Radio nationale, le Pr Tahar Ayane a déclaré que «l'activité de greffe des organes patine ces dernières années après des prouesses enregistrées depuis sa création en Algérie», a-t-il indiqué. L'invité de la rédaction a estimé que «ce recul» est dû à plusieurs facteurs inhérents à la spécialité : « à cause de ces facteurs intrinsèques, la spécialité de transplantation rénale n'a pas avancé dans notre pays», a encore affirmé le président de la société algérienne de néphrologie, dialyse et transplantation rénale, ajoutant que «le nombre d'interventions demeure réduit par rapport aux moyens matériels, humains et expérimentaux disponibles».
«On patine vu que l'on fait du surplace depuis un bon moment déjà», a expliqué le Pr Tahar Ayane, «même si l'on assiste à une reprise progressive mais timide», a-t-il souligné, révélant que «d'une moyenne annuelle de 300 greffes, seulement 20 opérations ont été effectuées en 2019", a-t-il déclaré. Parmi les facteurs qui ont gravement freiné l'activité à travers tous les services en la matière au niveau des hôpitaux respectifs, le Pr Tahar Rayane a cité en premier la pandémie du coronavirus. « Le Covid-19 ne permet pas de pratiquer pour des raisons évidentes, telle la réticence des patients devant la contagion ou les suites d'un tel acte sur un organe noble comme le rein qui est étroitement lié à l'immunité de l'être humain», a-t-il dit. « D'ailleurs on a eu pas mal de pertes de sujets en post-greffe », a révélé l'hôte de la Radio, tout en déplorant « une centaine de patients morts à cause du Covid dont des dialysés après des opérations chirurgicales ».
Entre autres facteurs à l'origine du recul des greffes rénales en Algérie, le professeur Rayane a cité « l'instabilité du personnel qui frappe les équipes spécialisées», a-t-il affirmé, précisant, au passage, que «même si elle est basée nécessairement sur les néphrologues, l'activité chirurgicale médicale est multidisciplinaire et si les équipes chargées de cette activité sont réduites par le départ dans les rangs de néphrologues, elles vont être obligatoirement handicapées, voire empêchées d'activité», a-t-il déclaré. Dressant un constat peu reluisant, le président de la société algérienne de néphrologie a également expliqué que « le départ des chirurgiens, pour une raison ou une autre, impacte négativement la chaîne des intervenants, et cela est valable pour les auxiliaires paramédicaux », a-t-il affirmé.
«Cette instabilité», a-t-il ajouté, «est due aussi au départ des spécialistes de rang professoral à l'issue des concours de chefferie qui détournent immanquablement les spécialistes de leur première vocation vers une activité managériale», a-t-il révélé. « Il y a eu beaucoup de départs de néphrologues, de chirurgiens et des paramédicaux à l'étranger et là on y peut rien », s'est lamenté le Pr Tahar Rayane, eu égard «aux nombreux spécialistes formés, jusque-là, pour promouvoir la spécialité; le problème est beaucoup plus bureaucratique que médical », a-t-il martelé. «Il est urgent de mettre certains paramètres en pratique pour réorganiser la discipline et bien gérer le personnel médical nécessaire en fonction des besoins par wilaya », a-t-il suggéré pour améliorer une situation qu'il qualifié de «désastreuse». Car, a-t-il poursuivi, «le départ d'un spécialiste de cette activité vers d'autres services (administratifs) nuit profondément aux équipes formées à cet effet», a-t-il déploré. «Il faut repenser totalement l'activité de greffe et mettre à profit le capital expérience très estimable dont jouissent les médecins algériens, pour faire de la greffe d'organes en Algérie un bastion au secours des souffrants qui attendent avec l'espoir d'un soulagement définitif au lieu d'attendre la mort», a encore suggéré le Pr Tahar Rayane, avant de révéler que «pas moins de 10.000 patients attendent un greffon depuis des années », non sans constater que le déficit reste encore énorme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.