Le Real remercie Varane pour son professionnalisme    Le montant évoqué pour son transfert fait peur à Haaland    "C'EST UN PUTSCH DE PALAIS"    Critiques de l'étranger, soutien de la classe politique    Le Président limoge le ministre de la Défense    GOUDJIL ET BOUGHALI TIRENT À BOULETS ROUGES SUR LE MAROC    L'espoir d'une libération pour Rabah Karèche    Les perspectives de la coopération commerciale algéro-américaine passées en revue    Tunisie : la 2e République à l'agonie et l'armée valeur refuge    28 morts et plus de 12 580 sinistrés suite aux fortes précipitations    L'Irak enregistre plus de 12 000 cas en 24h, record depuis le début de la pandémie    Simple oubli ?    L'Algérie face à ses risques majeurs : que faire ?    Histoire du jour    2 morts et 4 blessés à Aïn-Séfra    Le droit d'avoir des droits, comme l'Homme    Cinq nouveaux sites culturels inscrits au Patrimoine mondial    Actuculte    Ligue des champions féminine : Affak Relizane à un succès de la phase finale    Nemouchi troisième boxeur qualifié aux huitièmes    Université Oran 2 : Plus de 4500 nouveaux étudiants    La réforme du système fiscal mondial a l'ère du numérique    A quelles nouveautés s'attendre ?    Un barbecue abandonné à l'origine du sinistre: Le pire évité de justesse au mont du Murdjadjou    Jijel: Trois ans de prison pour avoir animé un mariage durant le confinement    Le président de la Société algérienne d'infectiologie: «Les mesures de confinement ne sont pas assez strictes»    Tribunal de Sidi M'hamed: Le procès de l'ancien wali de Tipasa reporté    Athlétisme: Taoufik Makhloufi n'ira pas à Tokyo    Football - Ligue 1: Journée favorable au CRB    Haniched remplace Dékimèche    Kaïs Saïed suspend le parlement et limoge le premier ministre    Sale temps pour les islamistes    Goudjil et Boughali ripostent    Du pain sur la planche pour les députés    L'Onra est née    Le virus redouble de férocité    Le professeur Mansouri emporté par la Covid    2021 : l'année de tous les dangers    Tebboune réitère son "niet"    Washington appuie l'approche d'Alger    Moi, Tonya à l'affiche    Sean Penn refuse de tourner sa nouvelle série    Vu à Mohammadia (Alger)    Le bilan des activités de l'exercice 2020 au peigne fin    Les élus fustigent l'attitude du représentant du FLN    Poésie sur tous les fronts aux éditions Apic    M'hamed Ammar Khodja signe son retour avec deux albums    Cheikh H'ssissen, Un grand maître du chaâbi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Vers l'extradition d'El Wafi Ould-Abbès
IL A ETE ARRÊTE JEUDI AU VENEZUELA
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 06 - 2021

L'interpellation d'El Wafi Ould-Abbès par des agents d'Interpol à Caracas a fait grand bruit en Algérie. Le fait survient surtout à l'heure où la justice algérienne fait le forcing pour tenter d'obtenir l'extradition des personnes condamnées dans des affaires de corruption et la récupération des fonds transférés à l'étranger.
Ce jeudi 10 juin, une information se répand comme une traînée de poudre : El Wafi Bachir Ould-Abbès, fils de Djamel Ould-Abbès, ancien secrétaire général du FLN, se trouve depuis la veille (mercredi) entre les mains des agents d'Interpol au Venezuela. Ces derniers sont d'ailleurs à l'origine de la diffusion d'une publication parue dans un média local, El Carabobeno, qui a fourni le numéro de la carte d'identité, du passeport, et a fourni des indications effectuées par ces agents à travers un système international qui a permis d'établir la véritable identité du mis en cause.
On apprend ainsi qu'il circulait sous le nom de Blanco Ould-Abbès et qu'il était ciblé depuis le 15 janvier 2020 par un mandat d'arrêt international émis par la justice algérienne. À cette date, il avait été condamné successivement à vingt ans puis à dix ans de prison dans l'affaire de Baha-Eddine Tliba, puis dans l'affaire pour laquelle ont été jugés son père Djamel Ould-Abbès et Saïd Barkat, son prédécesseur au ministère de la Solidarité.
Les faits pour lesquels a été condamné El Wafi Ould-Abbès remontent cependant à 2017, date à laquelle l'Algérie, alors en pleine crise de gouvernance, tente d'organiser des élections législatives sur lesquelles pèse lourdement la main de la «chkara», appellation désigant l'intrusion de l'argent sale en politique.
Le fils Ould-Abbès en est un symbole, car il effectue à cette époque une opération «commerciale» d'un genre nouveau qui consiste à vendre des places à la députation à de riches hommes d'affaires sur les listes qui se dressent au sein du parti que gère son père. Tliba en fait partie. Durant son procès, il affirme que les fils Ould-Abbès lui ont demandé 70 millions de DA pour accéder à une place de député.
L'affaire est éventée en 2017, El Wafi quitte précipitemment le territoire national. Des informations persistantes laissent entendre qu'il s'est réfugié au Venezuela où séjourne sa mère, première épouse de Djamel Ould-Abbès. Des sources proches de son entourage font aussi savoir que son père entre dans une colère noire et le renie. Ses avocats tiennent également à informer les journalistes que leur client (condamné à huit ans pour mauvaise gestion) n'a aucun lien avec la vente des places à la députation. Plusieurs sources qui suivent de près l'évolution de l'affaire s'attendent à une probable extradition du mis en cause (sauf surprise).
Ce qui est sûr, c'est que cette affaire intervient au moment où l'Algérie fait preuve d'une grande insistance pour l'extradition des personnes recherchées pour leur implication dans des affaires de corruption mais aussi la récupération des fonds issus de cette corruption transférés à l'étranger et des biens générés par ce crime.
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.