GOUDJIL ET BOUGHALI TIRENT À BOULETS ROUGES SUR LE MAROC    L'espoir d'une libération pour Rabah Karèche    "C'EST UN PUTSCH DE PALAIS"    Critiques de l'étranger, soutien de la classe politique    Le Président limoge le ministre de la Défense    Simple oubli ?    L'Algérie face à ses risques majeurs : que faire ?    Les perspectives de la coopération commerciale algéro-américaine passées en revue    Tunisie : la 2e République à l'agonie et l'armée valeur refuge    28 morts et plus de 12 580 sinistrés suite aux fortes précipitations    L'Irak enregistre plus de 12 000 cas en 24h, record depuis le début de la pandémie    Histoire du jour    2 morts et 4 blessés à Aïn-Séfra    Le droit d'avoir des droits, comme l'Homme    Cinq nouveaux sites culturels inscrits au Patrimoine mondial    Actuculte    Ligue des champions féminine : Affak Relizane à un succès de la phase finale    Nemouchi troisième boxeur qualifié aux huitièmes    Université Oran 2 : Plus de 4500 nouveaux étudiants    A quelles nouveautés s'attendre ?    Tribunal de Sidi M'hamed: Le procès de l'ancien wali de Tipasa reporté    Un barbecue abandonné à l'origine du sinistre: Le pire évité de justesse au mont du Murdjadjou    Jijel: Trois ans de prison pour avoir animé un mariage durant le confinement    Le président de la Société algérienne d'infectiologie: «Les mesures de confinement ne sont pas assez strictes»    La réforme du système fiscal mondial a l'ère du numérique    Athlétisme: Taoufik Makhloufi n'ira pas à Tokyo    Football - Ligue 1: Journée favorable au CRB    Haniched remplace Dékimèche    Tebboune réitère son "niet"    Washington appuie l'approche d'Alger    Kaïs Saïed suspend le parlement et limoge le premier ministre    Sale temps pour les islamistes    Goudjil et Boughali ripostent    Le virus redouble de férocité    Le professeur Mansouri emporté par la Covid    Du pain sur la planche pour les députés    L'Onra est née    2021 : l'année de tous les dangers    Moi, Tonya à l'affiche    Sean Penn refuse de tourner sa nouvelle série    Le MCO recroise Cherif El-Ouazzani    Les élus fustigent l'attitude du représentant du FLN    Vu à Mohammadia (Alger)    Le bilan des activités de l'exercice 2020 au peigne fin    Poésie sur tous les fronts aux éditions Apic    M'hamed Ammar Khodja signe son retour avec deux albums    Cheikh H'ssissen, Un grand maître du chaâbi    "LE SERMENT"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le record mondial de l'association Errakim de Médéa
Calligraphie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 14 - 06 - 2021

L'association Errakim de Médéa, dédiée à la promotion de l'artisanat et des arts plastiques, a réalisé pas moins de six km de calligraphie arabe au niveau de Djamaâ El-Djazaïr (la Grande Mosquée d'Alger), ce qui constitue un record dans cette discipline à travers les lieux cultuels de par le monde, a appris l'APS auprès de cette association.
«Avec six km de calligraphie arabe réalisés au niveau de Djamaâ El-Djazaïr, nous avons réussi à battre un record jamais enregistré dans aucune mosquée dans le monde», a indiqué à l'APS Kara Bernou Abderazzak, un des membres de l'association chargée des travaux d'ornement et d'enluminure à la Grande Mosquée d'Alger, en marge de la participation de cette association au Salon national des arts plastiques «Baya-Mahieddine», organisé cette semaine à Blida.
Ce travail méticuleux a été réalisé par quatre calligraphes algériens relevant de l'association Errakim, «en un temps record: pas plus d'une année, au lieu des deux ans initialement programmés pour cette tâche», a expliqué Kara, ce membre de cette association qui a été chargée des travaux d'ornement et d'enluminure de Djamaâ El-Djazaïr.
Les enluminures réalisées au niveau de Djamaâ El-Djazaïr sont à «100% algériennes», a assuré, en outre, M. Kara Bernou, soulignant l'opportunité offerte, au titre de ce travail, à des calligraphes de l'est et de l'ouest du pays, pour «apposer leur propre touche» avec un encadrement assuré par l'association. Il a totalement réfuté les rumeurs prétendant que ces œuvres «sont l'œuvre de mains étrangères». Cet artiste a, aussi, déploré l'absence «de publicité pour faire la promotion» de cette œuvre artistique, qui a «conféré une grande beauté et apporté une touche esthétique certaine à la Grande Mosquée d'Alger, à nulle autre pareille», notamment grâce au «mariage harmonieux de la calligraphie koufi, avec le thuluth (ou soulouci), et l'enluminure».
M. Kara Bernou a notamment cité les belles bandes de calligraphie koufi ornant l'extérieur de la mosquée, son hall et la salle de prière, outre les grands tableaux sculptés dans la pierre calcaire à l'extérieur de la mosquée, et dans le marbre pour l'intérieur, au moment où d'autres sont sculptés dans le bois et le plâtre.
Les modèles de ces sculptures calligraphiques ont été faits à la main avant leur numérisation tandis que les sculptures sur marbre ont été réalisées en Chine, et celles sur pierre calcaire en Italie.
Toujours selon les explications fournies par M. Kara Bernou, ces calligraphies représentent des Hadiths, des poèmes et des proverbes, mais surtout des versets du Saint Coran, dont l'emplacement a été minutieusement réfléchi, conformément aux instructions de la commission du ministère des Affaires religieuses et des Wakfs. A titre indicatif, les versets et Hadiths relatifs à la propreté et à la pureté sont placés dans la salle des ablutions, au moment où ceux liés à la prière sont placés à l'intérieur de la mosquée.
La calligraphie koufi réalisée à l'extérieur de la mosquée se taille la part du lion de cette œuvre artistique, eu égard à l'étendue de l'espace qui lui a été réservé, tandis que le style thuluth est concentré au niveau des salles de prière et du périmètre de la mosquée, reflétant la majesté des lieux et la piété. L'association Errakim confère une grande importance à la calligraphie arabe, à travers sa participation à de nombreuses manifestations nationales et étrangères, a fait savoir M. Kara Bernou.
Il a fait part de sa participation, en compagnie des calligraphes Bentorkia Amine et Doukh Abdelghani, à de nombreux festivals internationaux, en Inde, Turquie, égypte, Arabie saoudite, Jordanie, et émirats arabes unis, où leurs œuvres, tant collectives qu'individuelles, ont été récompensées par les premières places du podium, s'est-il félicité.
Cette association œuvre, également, en vue de valoriser davantage cet art, à travers l'organisation, chaque année, d'ateliers nationaux réunissant des calligraphes de tout le pays, et même de pays arabes et musulmans.
«Ce travail constant de notre association a porté ses fruits, puisque de nombreux débutants dans cet art ont réussi (grâce à elle) à devenir des professionnels en la matière, dont le travail est reconnu dans de nombreux événements et festivals mondiaux.»
Des ateliers pour enfants sont, également, animés annuellement par l'association à travers différentes wilayas du pays, en vue d'ancrer l'amour de cet art chez les générations futures et assurer sa pérennité.
L'association Errakim a exploité l'opportunité de ce Salon national des arts plastiques dédié à la mémoire de Baya Mahieddine pour se faire connaître et faire la promotion de ses activités. Des ateliers ont été animés, à l'occasion, au profit des enfants, au niveau du hall du centre de loisirs scientifiques de Beb Dzaïr, abritant cette manifestation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.