Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    Coupe de la CAF : Ca passe pour la JS Saoura et la JS Kabylie    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Pain et imaginaire populaire    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Feu vert pour le projet fou de Laporta    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



On prend les mêmes et on recommence ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 06 - 2021

On prend les mêmes et on refait le match ? Voilà de nouveau le FLN, le MSP, le RND et leurs alliés en première ligne. Deux ans après, qui aurait pensé un instant revoir les mêmes partis, voire les mêmes figures siéger à l'APN ? Elus avec un score moindre qu'en 2017, où le taux de participation était de 35,70% ? Les mêmes, ceux qui ont voté durant 20 ans toutes les lois du pouvoir de Bouteflika et qui, pour se racheter, ont voté les dispositions durcissant le code pénal ? Et dans tout ça, le Hirak est-il fini ?
Bien que les listes indépendantes (78 sièges) arrivent en seconde position, derrière le FLN (105 sièges) en tête du scrutin, le MSP (64 sièges) bon troisième, le RND (57 sièges) quatrième, suivi par le Front El Moustakbal (48 sièges), le Mouvement El Binaa (40 sièges), on ne peut pas dire que ces législatives aient accouché d'une Algérie nouvelle. C'est plutôt l'Algérie ancienne, traditionnelle et conservatrice, symbolisée par les partis cités plus haut, déjà frappés de discrédit par le Hirak « initial » d'avant le 12 décembre 2019, qui est reconduite.
Quant au taux de participation, il tourne autour de 23,03% et non de 30,20% comme annoncé samedi passé, trois heures après la fermeture des bureaux de vote. Il est presque identique à celui enregistré lors du référendum constitutionnel du 1er novembre 2020. Et il ne pouvait en être autrement au regard d'une campagne électorale qui a peu mobilisé. Qu'il soit de 30,20% ou depuis mardi de 23,03%, on notera que personne n'a contesté ce chiffre. Seul le chef du MSP, Abderrezak Makri, qui s'est empressé de revendiquer la victoire et qui se voyait Premier ministre avant l'heure, a mis en garde contre une possible manipulation des urnes qui aurait privé son parti de la première place ! Et qui, sûr de lui, avait alors demandé au chef de l'Etat de «protéger la volonté populaire qui s'est exprimée sur le terrain» ! Elle le sera sauf que cette «volonté populaire» ne s'est pas exprimée en faveur du MSP.
Cela étant, il n'en reste pas moins que cette faiblesse de la participation électorale est une nouvelle fois l'expression d'un signe de désaffection populaire. Laquelle a fait des déçus, le parti Jil Jadid entre autres, qui espérait un taux supérieur à 30%, beaucoup d'élus et qui, finalement, aura été le grand perdant de ce scrutin !
Au final, cette Assemblée populaire nationale (APN) élue par 23% d'électeurs ressemblera à s'y méprendre à celle des années 80 : ce sera une APN à forte connotation islamo-conservatrice, sans doute plus que dans les législatures précédentes, et en l'absence d'une vraie opposition. En effet, aucun des partis, ni ceux figurant dans le peloton de tête, ni les autres formations – il y en a une flopée —, ni les listes indépendantes, ne sont dans une logique oppositionnelle au programme du chef de l'Etat mais plutôt dans une logique d'intégration et d'accompagnement du système politique !
Le Président Tebboune devrait logiquement nommer un Premier ministre issu du parti arrivé en tête des élections pour diriger le nouvel exécutif dont la composition, excepté pour les ministères stratégiques, devrait refléter les résultats du scrutin. Un gouvernement qui sera chargé, selon l'article 105 de la Constitution, «d'élaborer un plan d'action pour la mise en œuvre du programme présidentiel qu'il présente au Conseil des ministres».
De ce côté-ci, il n'y aura donc pas de surprise. Reste, cependant, qu'ils sont près de 77% à avoir boudé ces élections et ne pas en tenir compte serait une erreur politique.
Sur les conditions de déroulement de cette campagne électorale – je renvoie à ma chronique de jeudi dernier – il n'y a rien à ajouter. En revanche, sur le Hirak, il y a beaucoup à dire. Ceux, parmi les activistes en vue du Hirak et les partis d'opposition, qui mettent la fin du mouvement populaire au compte de la seule répression, devraient s'interroger sur ce qui n'a pas fonctionné et sur les raisons ayant poussé une grande partie des élites et des couches moyennes à déserter le mouvement populaire, sans pour autant adhérer à la feuille de route du pouvoir ni souscrire à la répression qui s'en est suivie. La seule chose dont on est certain, c'est que les conditions à l'origine du Hirak sont encore présentes.
H. Z.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.