Les élections locales en novembre    Ould Kaddour extradé vers Alger    Logements promotionnels libres: Début des souscriptions à partir d'aujourd'hui    Exporter des médecins ou importer des malades ?    Biden publie une carte délimitant la RASD; Nouveau revers pour le Makhzen    Abominable Delta    Enseignements tunisiens    Records et hiérarchies: Les impitoyables circonvolutions des compétitions sportives    Jeux Olympiques de Tokyo: L'Algérien Boughera El Ouafi, médaille d'or du marathon des Jeux olympiques d'Amsterdam en 1928 : qui s'en souvient ?    Chlef: Jusqu'à la perpétuité pour les incendies volontaires    Covid-19: Les contaminations en hausse chez les enfants    Résumer le présent et reconstruire le futur    A l'origine de tout, il y a d'abord la transgression: Covid-19 et Démence(s) humaines    Les oasis au fil de l'eau - de la foggara au pivot, un livre pas comme les autres    Suspension pour «désinformation» des activités de deux ONG internationales    7 pays africains, dont l'Algérie, s'y opposent    L'activité touristique sombre    Un levier pour la sécurité nationale    L'Italie Championne olympique    Pas de demi-finale pour Kheris    Espagne - Brésil en finale    Baâdji passe à l'action    «L'Algérie ne se soumettra jamais!»    La diaspora au rendez-vous    Le gang d'Ali Mendjeli tombe    Le confinement partiel se précise    Plusieurs opérations menées en une semaine    Le FFS demande la levée des contraintes    34 décès et 1.495 nouveaux cas en 24 heures    Le paiement électronique effectif    L'hommage de Lamamra à la diaspora    Lamamra au bout du fil    Saïd Hilmi emporté par la pandémie    Les divas arabes à l'honneur    La scène artistique kabyle en deuil    ELLE AURA LIEU LE 10 AOÛT AU STADE DU 5-JUILLET    «Nous sommes dans l'attente de la réponse de Sayoud»    Cette diplomatie dézédienne qui dérange furieusement son altesse Pegasus 6 !    Des mesures pour stabiliser le marché    LES PRECISIONS DES DOUANES ALGERIENNES    LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Triki : "Objectif : offrir une médaille à l'Algérie"    C'est plus pire !    Le CADC lance son programme virtuel    Washington décide de reconsidérer la vente de drones et d'autres armes au Maroc    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    La date bientôt fixée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'utopie, c'est fou, c'est bien
Publié dans Le Soir d'Algérie le 24 - 06 - 2021

Controverses, polémiques ont toujours entouré les rêves taxés de fous, d'irréalisables : d'utopiques. Par les tenants de la raison ! Cependant, les rêves de grandeurs n'ont jamais quitté l'Homme, toujours en quête des meilleurs moyens d'asseoir son prolongement dans son milieu de vie qui portera sa marque jusqu'à la fin des temps. Qu'importent les échecs et les désillusions des projets grandiloquents, qu'il s'agisse du domaine des idées ou de construction. Aux jeunes nationalistes venus le voir afin de lui annoncer la décision de déclencher la lutte armée le 1er Novembre 1954, Messali Hadj s'offusqua que la pérennité de l'initiative lui échappe, il les traita de fous ! 1984, les membres de l'APW d'Alger signent un accord avec la RATP (Régie autonome du transport parisien) pour la livraison de la première ligne de métro de la capitale l'année suivante. Ils sont fous, crieront certains. Comme quoi, du rêve à la réalité, il faut une sacrée dose d'audace pour franchir le Rubicon. Dans la littérature historique, un mouvement a marqué son siècle, il s'agit des saints simoniens ou socialistes utopiques. Il marquera toute une génération parce qu'il voulait lutter contre les guerres, l'intolérance, l'égoïsme, les inégalités, les injustices et l'obscurantisme dans une société de fraternité. A son actif, le canal de Suez (Egypte) et le lancement du premier train de voyageurs. Des groupes de ces utopistes ont accompagné la colonisation française en Algérie. Ils créent des villages agricoles dans l'esprit de leur philosophie, mais injustement, au détriment des populations algériennes expropriées des terres de leurs ancêtres. Le projet n'aboutira pas. Dans la même veine, il s'est trouvé un proche conseiller de Napoléon III, Ismaël Urbain – fils d'un commerçant français et d'une Guyanaise. Auprès de l'empereur, il s'est fait, des années durant, le chantre d'un « Royaume arabe » d'Algérie qui serait un pays associé à la France dans le cadre d'une colonisation en douceur où il y aurait moins d'injustices. Sa défense des autochtones (il était marié à une Algérienne) lui a valu d'être cloué au pilori par le féroce parti des colons à l'Assemblée française. Il finira exilé mais n'abandonnera jamais son rêve de justice pour lequel il luttera jusqu'à la fin de sa vie. Beaucoup, espérant réaliser leur utopie, opposeront Marx à Saint Simon : socialisme scientifique - socialisme saint simonien. Dans une soif de justice, beaucoup de jeunes nations nouvellement indépendantes choisiront la voie du matérialisme historique, l'influence du bolchévisme faisant. D'autres parleront de socialisme spécifique, authentique et que sais-je encore. En clair, l'utopie sera à l'œuvre dans tous les cas. Au hasard d'une pérégrination, ma rencontre avec un ancien cadre du parti social-démocrate (PSD) algérien aujourd'hui disparu. Visiblement déçu par la nullité de l'action partisane, il s'orienta vers... la culture des roses. Sa motivation ? Prendre le marché des fleurs tenu par les Marocains qui fournissent aux hôtels et aux événementiels. Quelques années après, le carré de cultures de rosiers a disparu laissant place aux produits maraîchers. Je n'ai plus revu l'horticulteur de circonstance qui aura tout de même vécu son utopie. Pour l'écrivain français Victor Hugo : «L'homme a besoin du rêve. [...] Ce palais de l'impossible, les hommes voudront toujours l'habiter. [...] Qui que nous soyons, nous sommes les aventuriers de notre idée.»
B. T.
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.