Metz : Boulaya fait son retour face au PSG    300 milliards de dinars en deux ans    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    L'ONU très inquiète des expulsions d'Haïtiens par Washington    Une demi-victoire pour Trudeau, réélu mais toujours minoritaire    Quelles prérogatives pour les élus ?    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    15 joueurs déjà engagés    NAÂMA, MOSTAGANEM, RELIZANE , EL-TARF , JIJEL    Un pas vers l'école numérique    1 mort et 14 blessés    Hatab Sarajevo traduit en anglais    Focus sur le cinéma espagnol contemporain    La crédibilité se gagne sur le terrain, pas dans les communiqués de condoléances !    La justice se saisit du dossier    Mustapha Bendjama de nouveau devant la justice d'Annaba    "Le remaniement de l'effectif de la JSK peut être un avantage pour les FAR"    Un stage en Tunisie pour préparer l'Asec Mimosa    Un sénateur du FFS exige la libération des détenus politiques    Tentative de putsch avortée au Soudan    Le Parlement vote une motion de censure contre le gouvernement    Inondations et villes bloquées    La forêt, un gisement inexploité    Saïed maintient les mesures d'exception    Les prix poursuivent leur hausse    877 employeurs concernés à M'sila    Rencontre avec Saïd Boutadjine autour de l'oeuvre katébienne    «Un centre de recherche dédié à la science et à la technologie en projet»    Tipaza: L'autoroute Bou Ismaïl-Zeralda fermée à cause de la pluie    Suppression des pénalités de retard des cotisations à la CASNOS    Où sont passés les indépendants ?    Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner     Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Quel avenir pour les entreprises publiques ?    Quelle solution outre que la révision des salaires ?    Koeman tire sur ses joueurs    Des dépotoirs à ciel ouvert    Tebboune tient son engagement    Le gouvernement impulse une nouvelle dynamique    Le retour du FFS    Des partis politiques à la traine    un conseil national du tourisme?    Intense activité pour Lamamra à New York    L'événement est reporté pour le 2 octobre    Appel à candidatures    Ces chanteuses kabyles qui ont bravé les tabous    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'accord d'Alger «seule solution» pour la stabilité du pays
Mali
Publié dans Le Soir d'Algérie le 03 - 07 - 2021

L'Accord de paix et de réconciliation au Mali, issu du processus d'Alger, est «nécessaire» car c'est la «seule solution» pour parvenir à la paix et à la stabilité au Mali et dans la région, a estimé le leader du mouvement d'opposition malien M5, l'imam Mahmoud Dicko.
L'Accord de paix et de réconciliation au Mali est «nécessaire» et il faut «trouver un mécanisme de mise en œuvre car il est la seule solution pour parvenir à la paix et à la stabilité dans le pays», a affirmé jeudi l'imam Dicko sur les ondes de Radio Algérie internationale (RAI). «Cet accord doit être appliqué. Tous les Maliens conviennent qu'il (l'accord) est la seule solution pour parvenir à la paix et la stabilité au Mali», a-t-il souligné.
Le rôle de l'Algérie est «essentiel» dans l'application des clauses de l'Accord d'Alger pour la paix et la réconciliation nationale au Mali et l'accompagnement de ce pays pour sortir de sa crise politique, a-t-il soutenu.
Le Mouvement M5, dirigé par l'imam Mahmoud Dicko, ancien président du Haut conseil islamique au Mali, est issu des protestations populaires déclenchées le 5 juin 2020 dans la capitale Bamako pour réclamer la démission du Président Ibrahim Boubacar Keita. L'imam Dicko abonde dans le sens du Premier ministre malien, Choguel Kokalla Maïga, qui a affirmé récemment le soutien des autorités de transition à l'Accord de paix et de réconciliation au Mali, en appelant à l'engagement des différents acteurs en faveur de ses principes en tant qu'unique cadre à même de garantir le rétablissement de la paix et de la stabilité dans le pays.
Pour sa 1re participation aux travaux de la 44e session du CSA, dans la capitale Bamako, M. Maïga a réaffirmé la volonté des autorités maliennes de réussir la mise en œuvre «intelligente» de l'Accord de paix et de réconciliation, issu du processus d'Alger, tout en s'engageant à œuvrer, de concert avec toutes les parties, «en vue d'aller en avant dans sa mise en œuvre». Il a souligné «les priorités de la transition» à savoir, l'organisation des élections, la mise en œuvre de l'Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d'Alger, les réformes politiques et institutionnelles, ainsi que la refondation de l'Etat.
L'Algérie, en tant que chef de file de la médiation internationale au Mali, s'était engagée à accompagner «ce pays voisin et frère», jusqu'à un retour à l'ordre constitutionnel, et avait réaffirmé, à chaque occasion, l'impératif d'appliquer l'Accord de paix et de réconciliation issu du processus d'Alger, en tant que «seul et unique moyen» pour instaurer la paix et la stabilité dans ce pays.
R.I-APS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.