Ali Ghediri condamné à quatre ans de prison    Abdelkader Bensalah inhumé au cimetière d'El-Alia    AADL: Près de 22.000 souscripteurs n'ont pas téléchargé les ordres de versement    Rencontre Gouvernement-Walis: A la recherche d'un appui local solide    La facture s'alourdit pour le royaume: Le Maroc joue et perd    Managers de joueurs en Algérie: Un métier pour desservir le football    Feux de forêts: 8 blessés transférés à l'étranger    Selon les spécialistes: Les vaccinations contre la grippe saisonnière et le Corona ne s'opposent pas    Trois individus arrêtés pour vols    La pointure du monde    La sculpture est-elle « maudite»?    Une autoroute qui a emporté d'indélicats cadres...    Les violences des supporters s'accumulent    Brèves Omnisports    Nouvelle enveloppe pour l'achèvement des travaux    Les raisons du processus inflationniste    À quand le vrai bonheur?    La carte de la transition    Le président Saïed prend «des mesures exceptionnelles»    Une vingtaine de pays de l'UE proposent de reconduire Tedros    Les films hollywoodiens à l'affiche    La meilleure résidence d'accompagnement à l'écriture!    Du chant chaâbi à Dar Abdellatif    Deux passeurs arrêtés    Les milliards pleuvent...    La presse en deuil    Le FFS contre-attaque    40 Nouveaux forages fonctionnels dans 20 jours    Trois morts sur les routes    La crème de nuit !    Solidarité made in Ooredoo L'opérateur qatari a offert    La pluralité syndicale et le mammouth UGTA    Vers une hausse des salaires    Pétrole : le juste prix ?    Une inauguration, puis rien !    Le séparatisme est un crime en démocraties modèles !    Formation en écriture cinématographique    Réouverture des cinémathèques aujourd'hui    Avoir le minaret aux trousses    Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    La France déchirée?    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Adieu Hakim, on t'aimait bien
Décès, ce jeudi, du journaliste Abdelhakim Meziani
Publié dans Le Soir d'Algérie le 24 - 07 - 2021

Abdelhakim Meziani est mort ce jeudi 22 juillet 2021. Le mal incurable dont il souffrait, stoïque et digne, a finalement eu raison de lui. À 72 ans.
Il laisse derrière lui l'image d'un gentleman aux allures de ce fameux dandy qui hante les cercles littéraires. Hakim était comme ça, sa présence détonnait, il ne laissait pas indifférent, tant par son profil d'intellectuel touche-à-tout, amoureux des belles choses qui avaient de la teneur, c'est-à-dire une valeur intrinsèque. Sa moustache à la Salvator Dali, qu'il abandonnera, rappelait l'artiste. C'est dans le cinéma qu'il s'investira autant par passion que par désir de jouer un rôle fédérateur dans les cinéclubs.
Dans le microcosme culturel d'Alger, son nom était indissociable du mouvement cinématographique qu'il a contribué à faire aimer aux profanes. Son action dans le mouvement cinématographique l'amènera à côtoyer les grands noms du cinéma algérien puisqu'il s'imposera comme critique reconnu, aux côtés du défunt Abdou Benziane, autre fondateur de l'éphémère revue Les Deux Ecrans et non moins ambitieuse. Abdelhakim Meziani aimait la musique andalouse, actif avec la troupe El Fekhardjia.
Journaliste, mais toujours dans son domaine, la culture, on le sentait peu impliqué dans le métier de presse. Créateur en effet, c'est dans l'audiovisuel qu'il aimait s'exprimer dans les différents genres journalistiques allant des grands entretiens aux reportages qui fixent l'image où l'on sent le souci de l'esthétique. Infatigable, il n'avait de cesse de se manifester dès lors qu'on le croyait terrassé par une panne d'inspiration.
Dans ses écrits, il ne touchait pas à la politique, laissant la «chose» à d'autres. Il me souvient néanmoins, sa tristesse le jour de l'assassinat du Président Mohamed Boudiaf, fondateur du PRS (Parti de la révolution socialiste) dont lui était membre. D'autre part, la personnalité de Hakim était toute de modestie car, en dépit de nombre de ses travaux, récompensés par des prix et des distinctions notables, jamais il ne s'en est prévalu dans le milieu.
La Maison de la presse Tahar-Djaout, qu'il ne fréquentait plus ces dernières années, gardera de lui l'image de son élégance, en dépit parfois de périodes difficiles.
Adieu Hakim, on t'aimait bien, tu sais. Repose en paix.
Brahim Taouchichet


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.