153 000 candidats en course    Le procès Hamel reporté au 24 novembre    Atmane Mazouz auditionné dans le fond    Des condamnations et des relaxes    Fethi Ghares, l'homme de gauche adroit    Un marché hebdomadaire pour les femmes à Boudjima    La Creg réunit les associations des consommateurs de l'Est    Alger ferme    L'Unep plaide pour la création d'une agence des participations de l'Etat    Le Soudan suspendu de toutes les activités    Christopher Ross épingle le Maroc    Lamamra fustige l'approche sécuritaire des Européens    JSK-ESS à l'affiche, le tenant du titre à l'épreuve du CSC    Ultimes révisions avant la finale Algérie-Burkina Faso    La foire des mots !    Stambouli touchera une indemnité de 20 000 euros    Des centaines de personnes sauvées par l'ANP    Le corps de l'avocat Zitouni Mehdi retrouvé    Les syndicats de l'éducation réclament du concret    Le roman Lettre d'un inconnu de Youssef Bendekhis primé    Une opportunité pour les jeunes réalisateurs algériens    Afghanistan : Le ministre fils du mollah Omar se montre pour la première fois    Des femmes luttent seules, en silence et sans moyens    Plus de 374 kg de viande blanche impropre à la consommation saisis    De la surfacturation à la sous-facturation !    Pour la plantation de 50.000 arbustes avant la fin de l'année: Lancement hier de la grande campagne de reboisement    Aïn El Kerma: Exhumation des restes de trois corps de martyrs    Reportage - Tiaret Sur les pas d'Ibn Khaldoun    Un ultimatum fixé à Solskjaer    Inauguration imminente    Le MDN organise un colloque historique    L'artisanat des idées    Quand les Algériens s'en mêlent    Gifles au Roi    Prolongation du couvre-feu jusqu'à fin 2021    La Baraka du baril    5 décès et 79 nouveaux cas en 24 heures    Enfin des logements pour les sinistrés    Cette patate qui menace la République    Tebboune procède à 4 nouvelles nominations    Tebboune présente ses condoléances    Suite et pas fin    «Préservons notre mémoire!»    «La vie d'après» en route    Un facteur de développement durable    "COMME UN MIROIR BRISE"    La distribution d'essence peine à redémarrer    Le rêve d'Ali Zamoum et de Kateb Yacine revisité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Alger réagit à l'octroi du statut d'observateur à Israël
UA
Publié dans Le Soir d'Algérie le 26 - 07 - 2021

Alger a réagi hier à l'entrée d'Israël en qualité de membre observateur au sein de l'Union africaine (UA). Une réaction où l'on distingue trois points essentiels contenus dans un communiqué des AE qui s'abstient de citer le nom d'Israël.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - Il y a d'abord le volet explications. À travers le communiqué publié par le ministère des Affaires étrangères, l'on apprend ainsi que l'entrée d'Israël au sein de l'organisation africaine est une décision du président de la commission de l'UA et qu'elle a été prise sans l'avis de tous les Etats membres. Elle a été prise « sans le bénéfice de larges consultations préalables avec tous les Etats membres », peut-on lire dans le texte rédigé en des termes qui ne se veulent cependant pas être une critique à l'égard du président de la commission de l'UA puisqu'ils font en même temps savoir que «cette décision relève de ses prérogatives administratives».
Le texte, qui ne cite toutefois à aucun moment le nom d'Israël, tend ensuite à expliquer que cette présence ne peut avoir aucune répercussion ni influence sur les décisions, essentielles surtout, de l'organisation africaine. Alger estime en effet que cette « décision n'a ni la vocation ni la capacité de légitimer des pratiques et comportements dudit nouvel observateur qui sont totalement incompatibles avec les valeurs, principes et objectifs consacrés dans l'acte constitutif de l'Union africaine ». Alger fait particulièrement référence au dossier palestinien estimant, là également, que « la récente décision d'accueillir un nouvel observateur n'est pas de nature à altérer le soutien constant et actif de l'organisation continentale à la juste cause palestinienne et son engagement envers la réalisation des droits nationaux inaliénables du peuple palestinien, y compris son droit à l'établissement de son Etat indépendant avec Al-Qods pour capitale ».
Le MAE cite la raison essentielle pour laquelle l'influence d'Israël ne pourra s'exercer sur le sujet, à savoir le fait que « les modes de fonctionnement de l'Union africaine ne permettent aucune possibilité pour les 87 Etats observateurs extra-africains d'influencer les positions de l'organisation continentale, dont la détermination est la compétence exclusive de ses Etats membres».
Le ministère algérien des Affaires étrangères qualifie «d'agitation médiatique» toutes les lectures faites autour du sujet et juge qu'il s'agit là d'un «non-évènement» et assure qu'il ne s'agit nullement «d'une percée à potentiel stratégique car elle ne saurait porter préjudice aux exigences fondamentales d'une paix juste et durable au Moyen-Orient telles que consacrées par l'Afrique et toute la communauté internationale et telles que formulées dans l'Initiative arabe de paix adoptée par le Sommet arabe tenu en 2002 à Beyrouth et à laquelle l'Union africaine a apporté son plein soutien». Telle que formulée, la déclaration semble également contenir un message à peine voilé à l'égard de l'Union africaine car elle lui rappelle ses engagements et son adhésion pleine et totale à tout le processus qui a mené au soutien de l'organisation africaine à la cause palestinienne. Vient ensuite le dernier point, le dernier également développé dans cette déclaration, il se veut un rappel de la position constante de l'Algérie «qui a initié et promu le processus de développement et d'élargissement du partenariat stratégique entre l'Afrique et le monde arabe et qui continuera d'œuvrer en faveur du renforcement continu de la solidarité entre les deux ensembles au bénéfice de tous leurs peuples».
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.