Ali Ghediri condamné à quatre ans de prison    Abdelkader Bensalah inhumé au cimetière d'El-Alia    AADL: Près de 22.000 souscripteurs n'ont pas téléchargé les ordres de versement    Rencontre Gouvernement-Walis: A la recherche d'un appui local solide    La facture s'alourdit pour le royaume: Le Maroc joue et perd    Managers de joueurs en Algérie: Un métier pour desservir le football    Feux de forêts: 8 blessés transférés à l'étranger    Selon les spécialistes: Les vaccinations contre la grippe saisonnière et le Corona ne s'opposent pas    Trois individus arrêtés pour vols    La pointure du monde    La sculpture est-elle « maudite»?    Une autoroute qui a emporté d'indélicats cadres...    Les violences des supporters s'accumulent    Brèves Omnisports    Nouvelle enveloppe pour l'achèvement des travaux    Les raisons du processus inflationniste    À quand le vrai bonheur?    La carte de la transition    Le président Saïed prend «des mesures exceptionnelles»    Une vingtaine de pays de l'UE proposent de reconduire Tedros    Les films hollywoodiens à l'affiche    La meilleure résidence d'accompagnement à l'écriture!    Du chant chaâbi à Dar Abdellatif    Deux passeurs arrêtés    Les milliards pleuvent...    La presse en deuil    Le FFS contre-attaque    40 Nouveaux forages fonctionnels dans 20 jours    Trois morts sur les routes    La crème de nuit !    Solidarité made in Ooredoo L'opérateur qatari a offert    La pluralité syndicale et le mammouth UGTA    Vers une hausse des salaires    Pétrole : le juste prix ?    Une inauguration, puis rien !    Le séparatisme est un crime en démocraties modèles !    Formation en écriture cinématographique    Réouverture des cinémathèques aujourd'hui    Avoir le minaret aux trousses    Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    La France déchirée?    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une autre forme de normalisation ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 07 - 2021

Israël a réalisé un succès diplomatique en retrouvant son statut d'observateur à l'Union africaine (UA). Une autre forme de normalisation des relations diplomatiques avec les pays africains, qui comptent parmi eux de nombreux pays arabes et/ou musulmans ?
Il faut préciser qu'Israël avait ce statut du temps de l'Organisation de l'unité africaine (OUA), mais il a été perdu après sa dissolution et son remplacement en 2002 par l'Union africaine (UA), certainement suite aux pressions exercées par des dirigeants africains, notamment Maamar Kadhafi qui a usé de tout son pouvoir d'influence pour fermer les portes de l'UA devant l'Etat hébreu. Alors que la Palestine a obtenu ce statut en 2013 sans grande difficulté. Ne s'avouant pas vaincu, Israël a continué à revendiquer son statut perdu, jusqu'à ce jeudi dernier, où son ambassadeur, actuellement en poste à Addis-Abeba, a présenté ses lettres de créance au président de la Commission de l'Union africaine Moussa Faki Mahamat. « Cela corrige une anomalie qui a perduré pendant près de deux décennies », s'est félicité le ministre israélien des Affaires étrangère Yaïr Lapid dans un communiqué rendu public immédiatement après la présentation des lettres de créance au président de l'UA.
Quelles conséquences pourrait avoir l'entrée d'Israël au sein de l'UA avec ce statut de pays observateur ? En vérité, Israël a conquis beaucoup d'espaces en Afrique, arrivant à entretenir des relations diplomatiques avec 46 des 55 pays de l'Union africaine, même si sur le terrain seulement une dizaine d'ambassades sont ouvertes dans les capitales de ces pays. Maintenant, les responsables israéliens le disent tout haut et avec fierté, grâce à ce relais à Addis-Abeba, Israël aura la possibilité de parler à la totalité des 55 pays membres. Aux 55 pays membres de l'UA ? Il y aura une dizaine de pays, peut-être moins, qui n'accepteraient jamais de parler à un diplomate israélien quel que soit son statut.
L'Algérie défendra à coup sûr sa position sur ce plan, mais cela n'empêche de se rendre à l'évidence, une grande mue s'opère sur le continent africain, où les puissances étrangères se partagent les zones d'influence comme on le faisait du temps du partage des terres au temps du colonialisme. Tout comme l'ont juré les pays arabes qui ont récemment normalisé leurs relations diplomatiques avec Israël, le président de la Commission de l'UA, Moussa Faki Mahamat, n'a pas manqué de souligner, à propos du conflit israélo-palestinien, son soutien à la solution de deux Etats, « nécessaire à une coexistence pacifique ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.