Chute de pluies : Plusieurs routes bloquées    Bab El Oued et la Casbah : Les articles scolaires inondent les marchés    La Fédération des consommateurs tire la sonnette d'alarme    Un steward d'Air Algérie arrêté à Paris    Wagner brouille les cartes au Mali    L'opposition crie à la fraude    Le Chabab retrouve l'ASEC Mimosa au prochain tour    Niger-Algérie décalé au 12 octobre    Pochettino : "C'est ma décision..."    Des opposants à Baâdji convoqués par la police    En quête d'une stratégie industrielle    Le casse-tête de la surcharge scolaire    La rentrée scolaire s'annonce perturbée à Boumerdès    L'Algérie attend toujours le retour de Baba Merzoug    "L'école algérienne est tournée vers le passé"    L'ambitieux programme de Sonatrach    Annulation des pénalités de retard au profit de milliers d'employeurs    Iarichène trace sa feuille de route    Confiance renouvelée au coach Zaoui    Des partis dénoncent des conditions «surréalistes»    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    50 ans après, un volcan entre en éruption    Le système de santé «risque de s'effondrer», avertit l'OMS    L'enquête étendue à 30 wilayas touchées, 71 suspects arrêtés    Tentative d'émigration clandestine avortée à Oulhaça    Hausse de nouveaux projets d'investissement malgré la pandémie de Covid-19    L'ultime étape, le Sénat    La Semaine de l'Indonésie 2021 s'est ouverte à Alger    Paris-Berlin Appel à candidature    Une indispensable catharsis    CS Constantine: Des objectifs revus à la hausse    Coopérative «El Mouloud» Canastel: Découverte d'un corps sans vie    Justice: Le procès de l'ancienne ministre Houda Feraoun reporté    Les dessous de la corbeille    La saga islamiste tire à sa fin    Chanegriha loue la cohésion    La grande inconnue    El Watan au coeur d'une polémique    Le ministre exige la réduction des délais    Jeunesse, tourisme et télécommunications au menu    Deux militaires morts dans la collision de deux hélicoptères    Les premiers effets de l'instabilité apparaissent    Aït Djoudi revient à de meilleurs sentiments    Lamamra sur son terrain à New York    L'ombre du maréchal Haftar    Cycle de films espagnols    Le second appel de l'institut Français    «Le Cri» de Samir Toumi traduit en italien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Irak enregistre plus de 12 000 cas en 24h, record depuis le début de la pandémie
Pandémie de coronavirus
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 07 - 2021

L'Irak a enregistré 12 180 cas de contaminations au nouveau coronavirus ces dernières 24 heures, le plus haut chiffre jamais enregistré depuis le début de la pandémie en mars 2020, selon les données publiées lundi par le ministère de la Santé.
Plus de 1,5 million de personnes ont été contaminées et 18 347 sont mortes au total, dans un pays dont le système de santé est en décrépitude, et où la population reste très sceptique face aux vaccins. Le record enregistré lundi «ne nous surprend malheureusement pas, en raison du non-respect des mesures sanitaires obligatoires telles que l'interdiction des rassemblements ou le port du masque», a déclaré à la presse le porte-parole du ministère de la Santé Saif Al-Badr.
«Cette augmentation est probablement due à la période des fêtes de l'Aïd qui a entraîné de nombreux rassemblements en dépit des avertissements du ministère», a-t-il ajouté, en s'inquiétant d'une «situation épidémique dangereuse».
La hausse la plus forte des contaminations a été enregistrée au Kurdistan (nord), avec plus de 3 500 cas, plus du double des cas quotidiens enregistrés en moyenne au cours des derniers jours.
Sur 40 millions d'Irakiens, à peine plus de 1,3 million ont été vaccinés à ce jour, selon les chiffres du ministère, qui ne précise pas le nombre de personnes ayant reçu leurs deux doses.
Défiance vis-à-vis des institutions, circulation de fausses informations: le gouvernement irakien ne parvient pas à atténuer le scepticisme général face au vaccin et aux mesures de prévention contre la maladie, même si une augmentation de la fréquentation des centres de vaccination est constatée depuis quelques jours, selon des médias.
Le système sanitaire, rongé par des années de corruption, de conflits et de négligences, peine à faire face à l'augmentation de l'épidémie dans le pays.
Deux incendies meurtriers dans des unités Covid d'un hôpital de Baghdad en avril (plus de 80 morts) et de Nassiriya dans le sud mi-juillet (60 morts) ont illustré la déshérence du système hospitalier et alimenté la colère et la défiance de la population.
«Nous pouvons contenir les infections en dépit de l'énorme pression sur nos institutions de santé», a cependant estimé M. Al-Badr, renouvelant ses appels à la population à respecter les mesures de précaution et à se vacciner.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.