Curieuse réhabilitation de la candidature du mouhafedh FLN    La délégation algérienne refuse de s'asseoir derrière la délégation israélienne    Les opérateurs doivent déclarer leurs entrepôts avant le 30 novembre    L'huile de table plus chère    Lamamra appelle à la consolidation du processus politique    "Inefficaces et contre-productives", selon l'Algérie    "Le championnat se poursuivra durant la Coupe arabe des nations"    Les Sudistes à un pas de la qualification    L'Algérie toujours dans le top 5 africain    "HELIOPOLIS" À NOUVEAU SELECTIONNE POUR LES OSCARS    Lancement du colloque sur la carte linguistique de tamazight    Sarkozy au TPI, ça tarde    Qui, logiquement, arrose l'autre ?    BRÈVES...    Quel sort pour les APC sans candidats ?    L'Algérie avec la Libye et la Tunisie    Les Hamraouas surprennent les Sanafirs    Les syndicats préparent la riposte    Arrestation d'un voleur de bouteilles d'oxygène    L'article 184 du code électoral largement contesté    Le jeu malsain de Riyad    Quand Macron se remémore le blues des colonies !    Le qamouss, les mu'allaqât et l'incompétence paralinguistique !    Clôture en beauté de la première édition à Aïn-Séfra    EHU 1er - Novembre: Lancement d'une campagne de dépistage du cancer du sein    Vaccination anti-Covid: «La balle est dans le camp des citoyens»    Défis et espoir    Exportations hors hydrocarbures: Produits alimentaires et industries manufacturières à la traîne    Pouvoir d'achat divisé par deux en 10 ans    La Com en débat    Front de mer à Aïn El Turck: L'OPGI se mobilise pour la collecte des déchets    Course contre la montre à Blida    Washington lâche Rabat    Selma Haddadi désignée ambassadrice à Djouba    Le chef de la junte nomme 3 ministres et le SG du gouvernement    La Maison de la presse de Bouira baptisée Abdenour Merzouk    Le FFS rebondit    Que se passe-t-il au campus d'El Kseur?    La Coquette perd de son lustre    NAJDA se restructure    Benbahmed réaffirme les priorités du secteur    Incendie au complexe Tosyali    Les vérités des géants de la télécommunication    La tension monte    Lukaku a évité le pire    La démagogie comme mode d'emploi    Tizi ouzou rend hommage à ses fils    Appel à candidature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La volte-face marocaine
Renouvellement du contrat de passage du gazoduc Maghreb-Europe
Publié dans Le Soir d'Algérie le 21 - 08 - 2021

Les autorités marocaines savaient dès le départ qu'elles avaient beaucoup plus à perdre qu'à gagner si d'aventure elles décidaient de surseoir au renouvellement du contrat de passage du gazoduc Maghreb-Europe. Contrat devant arriver à terme en octobre prochain. En fin de compte, sans que cela constitue vraiment une surprise, les toutes dernières déclarations émanant de personnes habilitées annoncent que le fameux contrat sera reconduit.
La menace brandie par les autorités marocaines, parmi la panoplie des actes d'hostilité à l'encontre de l'Algérie puis de l'Espagne, n'a pas tenu longtemps. Agité comme une carte maîtresse dans la nouvelle guerre des nerfs qui oppose le royaume à deux de ses voisins immédiats, l'Algérie et l'Espagne, le renouvellement du contrat permettant au gazoduc Maghreb-Europe de transiter par les terres du royaume alaouite a été mis en avant vers la mi-mai dernière, lorsque des informations distillées à dessein à partir du Maroc soutenaient que les têtes pensantes de chez nos voisins de l'Ouest avaient convenu de mettre un terme à l'acheminement du gaz algérien du cœur du Sahara vers le sud de l'Europe en traversant le Maroc. Une publication comme l'espagnole El Confidencial mettait en avant, en plus des relations tendues entre l'Algérie et le Maroc «le conflit entre Madrid et Rabat (qui) a compliqué ce renouvellement». En effet, les autorités du Makhzen étaient à ce moment, au printemps dernier, dans tous leurs états après le transfert pour des soins en Espagne du Président sahraoui Ibrahim Ghali.
Déjà entré dans une guerre qui ne dit pas son nom contre l'Algérie, le Maroc s'est retrouvé face à une adversité espagnole contre laquelle il n'a pas trouvé meilleure arme que la menace de lui couper ses approvisionnements en gaz naturel à travers le gazoduc Maghreb-Europe. Une menace qui, à vrai dire, n'avait pas de quoi inquiéter plus que cela les deux partenaires que sont l'Algérie et l'Espagne. En effet, comme le relevaient de nombreux experts notamment des questions traitant des hydrocarbures, dans cette histoire de non-renouvellement du contrat de passage du gazoduc Maghreb-Europe, ce sont les autorités marocaines qui auront le plus à perdre. En effet, le Maroc se retrouvera confronté à de grandes difficultés : il devra s'approvisionner pour près de la moitié de sa consommation de gaz dans un marché indexé sur le Brent, qui ne cesse d'augmenter, et sans le soutien de l'Espagne qui sera, elle, assurée d'être approvisionnée par l'Algérie à travers l'autre gazoduc desservant les deux pays : Medgaz. Celui-ci dont une extension entrera en service au quatrième trimestre prochain. L'expansion de Medgaz, qui a fait l'objet d'investissements de 90 millions de dollars, permettra d'augmenter la capacité de transport de 2 milliards m3/an, soit une augmentation de 25%, pour atteindre 10 milliards m3/an à partir du quatrième trimestre, selon Naturgy. Un investissement stratégique pour les deux parties qui permet aux deux pays partenaires de passer outre le genre de crise créée par le Maroc et offre à l'Espagne l'occasion de renforcer sa sécurité d'approvisionnement en gaz, puis à l'Algérie de maintenir intacte la relation commerciale qui la lie avec l'Espagne par ces temps où sévit une concurrence féroce sur le marché mondial du gaz et des «incertitudes de voisinage» dans la région.
Finalement donc, cette menace de non-renouvellement du contrat de passage n'est qu'un feu de paille, la directrice générale de l'Office marocain des hydrocarbures et des mines (ONYHM), Amina Benkhadra, a affirmé que «le Maroc est pour le maintien du Gazoduc Maghreb Europe, dont le contrat arrive à terme le 31 octobre 2021». La directrice de l'ONHYM attestant même que le gazoduc Maghreb-Europe «est un formidable outil de coopération gagnant-gagnant et un exemple de projet régional structurant et mutuellement bénéfique». On en connaît, en Algérie et en Espagne, qui doivent bien afficher des sourires après cette spectaculaire volte-face.
Azedine Maktour


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.