Les procès de Condor et de Hattab reportés    Les tribunaux administratifs trancheront vendredi    Ça gaze pour le pétrole !    Tir déplore la sous-facturation pratiquée par certains exportateurs    Enième coup d'Etat militaire    Beldjoud réaffirme le soutien de l'Algérie au Niger dans la formation et la modernisation de l'administration    Le sort de Julian Assange suspendu à la décision de la justice britannique    Trois gros chocs pour lancer le bal    Simple formalité pour les Algériennes    Le cri d'alarme de Benbouzid    362 associations s'impliquent    La guerre oubliée d'Algérie : les débuts de la conquête et de la colonisation (1re partie)    Haydée Santamaría, une femme dans la révolution cubaine, aux côtés de Fidel Castro    Projet de Loi de finances 2022: L'Etat renonce aux bénéfices générés par Sonatrach et Sonelgaz    Couverture et qualité de services: Les trois opérateurs de téléphonie mobile mis en garde    CAF - Coupes d'Afrique: Un beau tir groupé des Algériens    JS Kabylie: Une qualification méritée    Véhicules importés: Régularisation exceptionnelle    Une question d'Etat de droit    Huit blessés dans 2 collisions    Infiltrations d'eau dans des maisons    Un tracteur se renverse sur oued Serdias, le conducteur sauvé    Tribunal de Sidi M'hamed: Le procès de l'ancien ministre Hattab reporté    Cour de Blida: Le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    La continuité des coups d'Etat    Elira qui élira bien le dernier...    La culture se perd    Salah dans l'histoire de la PL    Une cinquantaine d'accords déjà signés    Goudjil reçoit l'ambassadeur de l'Etat de Palestine en Algérie    Séminaire international sur la cause sahraouie le 28 octobre par visioconférence    Ross impute au Maroc la pleine responsabilité    Algérie télécom gâte Béjaïa    Explosion dans une usine clandestine    Pour quelques gouttes de plus...    Un nouveau procès le 6 janvier prochain    Quand les robes noires...    Un renvoi et ensuite ?    4/4 Pour les Algériens    Le Mali expulse le représentant de la Cédéao    L'ambassadeur d'Algérie à Paris rend visite à L'Expression    Le président Tebboune salue l'initiative    La nouvelle frontière de l'humanité    "COMME UN MIROIR BRISE"    MERIEM    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Sahara Occidental-pays arabes: Des principes à deux vitesses    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un essai critique sur le discours des médias français
Hirak et propagande médiatique de Yazid Ben Hounet
Publié dans Le Soir d'Algérie le 19 - 09 - 2021

Hirak et propagande médiatique en contexte postcolonial est un essai critique écrit par l'anthropologue et chercheur Yazid Ben Hounet qui analyse l'attention portée, notamment, par les médias français à ce mouvement, et dont le discours s'inscrit dans des «relations d'hégémonie et de domination (coloniale et postcoloniale) qu'ils tentent de prolonger». «Cet essai jette un regard critique sur la propagande médiatique visant à déformer la réalité algérienne. Il éclaire, en retour, l'intérêt porté par les autorités algériennes à la guerre de quatrième génération — comprenant la manipulation des médias — destinée à déstabiliser les Etats qui ne s'inscrivent pas dans les logiques des puissances et lobbys néocoloniaux et impérialistes», explique le chercheur dans cet ouvrage qui vient de paraître aux éditions de l'Anep.
Dans l'avant-propos de cet essai, le chercheur note que depuis 2019, l'Algérie a connu plusieurs changements politiques via des élections «qui, si elles n'ont pas mobilisé beaucoup d'électeurs, se sont néanmoins déroulées de manière transparente» et «l'armée n'a pas été utilisée pour réprimer la population algérienne, ni d'autres populations d'ailleurs» et «les seuls militaires morts dans leur mission l'ont été en sauvant des citoyens lors des incendies survenus au mois d'août 2021 en Kabylie».
Développant son argumentaire, l'auteur relève que sur la même période (2019-2021), «la France, septième puissance militaire du monde, en opération dans plusieurs pays —dont le rapport Duclert (2021) a mis en avant le rôle d'appui dans le génocide au Rwanda —, soutenait militairement encore le dictateur tchadien Idriss Déby (mort en 2021).
En métropole et dans les territoires ultra-marins, le mouvement social des Gilets jaunes faisait l'objet d'«une des répressions les plus féroces depuis 1962» et au Maroc, «une bonne partie de l'armée demeurait employée à occuper illégalement le Sahara Occidental et à y réprimer les populations locales», alors qu'Israël «utilisait encore son armée pour maintenir son occupation coloniale, mettre au pas les Palestiniens et bombarder Ghaza de manière répétée», a souligné l'auteur. Curieusement, dans les médias mainstream français, notamment, observe Yazid Ben Hounet, l'Algérie est toujours dépeinte comme «une dictature ou un régime militaire, alors que dans ces médias «il est à peine permis de s'inquiéter de la dérive autoritaire de la France», le Maroc est «encore présenté, en particulier dans Le Monde, comme un ami de la France, ''à l'inquiétante régression autoritaire'' — pas encore un régime autoritaire donc», et «Israël est, bien entendu, toujours ''la seule démocratie au Proche-Orient''».
Dans la préface de l'ouvrage, le ministre de la Communication, Ammar Belhimer, dénonce l'action déstabilisatrice de certaines ONG étrangères et leurs relais médiatiques, dont l'objectif concernant l'Algérie est «on ne peut plus clair : éloigner l'Armée nationale populaire de son rôle historique naturel de protection de l'Etat-nation — seul garant de la souveraineté nationale, du progrès et de la justice sociale».
«Les relais internes de ces ONG feignent d'ignorer qu'aucun des pays ayant emprunté la voie du processus constituant issu des laboratoires atlantistes n'est sorti indemne de l'effondrement de l'Etat national, de la partition territoriale et de la guerre civile», met en garde Ammar Belhimer.
Yazid Ben Hounet est anthropologue, chercheur au Centre national de recherche scientifique et membre du Laboratoire d'anthropologie sociale (CNRS-Collège de France-EHESS). Il est docteur de l'école des hautes études en sciences sociales (Paris).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.