Curieuse réhabilitation de la candidature du mouhafedh FLN    La délégation algérienne refuse de s'asseoir derrière la délégation israélienne    Les opérateurs doivent déclarer leurs entrepôts avant le 30 novembre    L'huile de table plus chère    Lamamra appelle à la consolidation du processus politique    "Inefficaces et contre-productives", selon l'Algérie    "Le championnat se poursuivra durant la Coupe arabe des nations"    Les Sudistes à un pas de la qualification    L'Algérie toujours dans le top 5 africain    "HELIOPOLIS" À NOUVEAU SELECTIONNE POUR LES OSCARS    Lancement du colloque sur la carte linguistique de tamazight    Sarkozy au TPI, ça tarde    Qui, logiquement, arrose l'autre ?    BRÈVES...    Quel sort pour les APC sans candidats ?    L'Algérie avec la Libye et la Tunisie    Les Hamraouas surprennent les Sanafirs    Les syndicats préparent la riposte    Arrestation d'un voleur de bouteilles d'oxygène    L'article 184 du code électoral largement contesté    Le jeu malsain de Riyad    Quand Macron se remémore le blues des colonies !    Le qamouss, les mu'allaqât et l'incompétence paralinguistique !    Clôture en beauté de la première édition à Aïn-Séfra    EHU 1er - Novembre: Lancement d'une campagne de dépistage du cancer du sein    Vaccination anti-Covid: «La balle est dans le camp des citoyens»    Défis et espoir    Exportations hors hydrocarbures: Produits alimentaires et industries manufacturières à la traîne    Pouvoir d'achat divisé par deux en 10 ans    La Com en débat    Front de mer à Aïn El Turck: L'OPGI se mobilise pour la collecte des déchets    Course contre la montre à Blida    Washington lâche Rabat    Selma Haddadi désignée ambassadrice à Djouba    Le chef de la junte nomme 3 ministres et le SG du gouvernement    La Maison de la presse de Bouira baptisée Abdenour Merzouk    Le FFS rebondit    Que se passe-t-il au campus d'El Kseur?    La Coquette perd de son lustre    NAJDA se restructure    Benbahmed réaffirme les priorités du secteur    Incendie au complexe Tosyali    Les vérités des géants de la télécommunication    La tension monte    Lukaku a évité le pire    La démagogie comme mode d'emploi    Tizi ouzou rend hommage à ses fils    Appel à candidature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'ANIE ignore les réserves des partis
PARRAINAGES OBLIGATOIRES DES ELECTEURS
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 09 - 2021

Les représentants de quatorze partis sont sortis, hier dimanche, déçus de leur rencontre de près de cinq heures, avec des cadres de l'Autorité nationale indépendante des élections, puisque ces derniers leur ont clairement signifié que leur mission se limitait à l'application du code électoral et qu'il était «impossible» de toucher aux dispositions qui «fâchent», objet de la requête de ces partis. Des préoccupations qui, faute d'être satisfaites, risquent de compromettre sérieusement la participation de nombre d'entre ces partis aux élections locales anticipées du 27 novembre prochain.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - Ils sont nombreux les partis à avoir des préoccupations toutes inhérentes à l'opération de collecte des parrainages d'électeurs, qu'exige la loi portant code électoral, récemment amendée dans le sillage d'une ordonnance présidentielle en prévision de ce scrutin portant renouvellement des Assemblées populaires communales et de wilaya, prévu le 27 novembre prochain.
Une opération qui semble constituer un sérieux handicap pour les partis, y compris les plus anciens d'entre eux et les plus rodés aux rendez-vous électoraux comme le Mouvement de la société pour la paix.
Ce qui a poussé nombre de ces partis à songer à des alliances électorales à l'effet de contourner cette contrainte des parrainages. D'où, donc, ce conclave d'hier dimanche à l'effet de solliciter de Mohamed Charfi des «mesures urgentes» afin, écrivaient-ils dans leur requête, de «baliser le terrain à une participation effective des partis et des listes indépendantes aux élections locales, qui interviennent dans un contexte sanitaire instable et une conjoncture politique où le phénomène de l'abstention prend de l'ampleur».
Une requête signée par outre donc, le MSP, Jil Jadid, Talaie El Hourriyet, le mouvement El Binaa, le FJD, le Front El Moustakbal, le FMN (Front de la militance nationale), et le FNA (Front national algérien).
Car, comme l'avouait, hier dimanche, le chargé à la communication au sein de Jil Jadid, l'exigence de 800 000 parrainages d'électeurs pour un parti pour pouvoir participer au niveau de l'ensemble des communes du pays est «insurmontable, surtout en cette conjoncture politique marquée du sceau d'un désintérêt manifeste des citoyens à l'égard de la chose politique, et partant, de la chose électorale». «Le comble, ajoute encore Habib Brahmia, est qu'on a mis au même niveau, partis et listes indépendantes».
D'où, soutient notre interlocuteur, la nécessité «de tisser des alliances électorales comme celle sur laquelle s'attelle Jil Jadid avec Talaie el Hourriyet et Fadjr el Djadid». «Les pourparlers sont toujours en cours entre nous», déclare à ce sujet le cadre dirigeant du parti que préside Soufiane Djilali, mettant le doigt sur les «modalités» de ce genre d'alliances électorales dans la perspective des futures échéances électorales, prévues dans cinq ans avec, notamment, relève-t-il, «l'exigence d'un seuil en termes de voix exprimées, obtenues par chaque parti en vue de pouvoir y prendre part.
Un détail en sus de bien d'autres que le représentant de Jil Jadid devait mettre sur la table des discussions, hier dimanche, à l'occasion de cette rencontre avec le président de l'Anie.
Et, entre autres propositions, celle proposée par le Front pour la justice et le développement portant, comme le souligne le vice-président du parti, Lakhdar Benkhellaf, «exemption de la condition de réunir 800 000 signataires d'électeurs pour pouvoir élaborer des listes dans l'ensemble des communes du pays, les partis ayant collecté les signatures lors des dernières législatives ou du moins ceux qui sont représentés au sein de l'Assemblée populaire nationale».
Ou tout au moins, ramener ce seuil «illogique», comme le soutient Brahmia, à 25 000 parrainages au niveau d'un minimum de 25 wilayas, à raison d'un minimum de 300 signatures dans chaque wilaya, comme fut le cas lors des dernières élections législatives anticipées.
Sauf que ce conclave de près de cinq heures s'est terminé en queue de poisson pour ces partis.
Selon le représentant à cette réunion du Front de la militance nationale (FMN), les doléances exposées «n'ont pas été satisfaites» par les collaborateurs du président de l'Anie au motif, explique, Ouardi Belhouchet, que «leur mission se militait à contrôler les dispositions de la loi portant code électoral que l'on ne peut toucher».
Ceci même si, ajoute notre interlocuteur, les membres de l'Anie ont promis de remettre ces doléances à Mohamed Charfi dont l'absence à cette réunion a été perçue par les représentants de ces partis, comme le souligne le cadre du FMN, comme un manque d'égard à l'endroit de la classe politique».
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.