Coronavirus: 197 nouveaux cas 161 guérisons et 3 décès    Le Président Mahmoud Abbas achève sa visite en Algérie    Foot: les dettes des clubs professionnels dépassent les 1.000 milliards de centimes    LDC : Le programme des matchs de ce mardi    Légère baisse de la production d'agrumes    Les Benhamadi condamnés    12 militaires et "des dizaines de terroristes" tués    Une Association sahraouie tient l'ONU pour responsable des crimes marocains    Le SG de l'ONU condamne "fermement"    Le dossier sera traité jeudi prochain    Seules deux femmes siégeront à l'APW de Béjaïa    Le procès de Chakib Khelil aura lieu le 20 décembre    En souvenir d'Omdurman    Belmadi quatrième    Plusieurs routes bloquées dans l'est du pays    Tentatives de relance des projets d'amélioration urbaine    Des exploitations agricoles privées d'électricité    "l'industrie musicale vit sa plus mauvaise période"    Importation de véhicules neufs : Les opérateurs dans l'expectative    Grippe saisonnière : Les pharmaciens autorisés à pratiquer la vaccination    Nouvelles de Mostaganem    Une bureaucratie remplace une autre !    Khalfallah Abdelaziz. Moudjahid et auteur : «Notre histoire doit être engagée contre l'amalgame et la déformation...»    Tout dépendra encore des recours    Le RND remporte la présidence de l'APW    L'armée d'occupation israélienne assiège une ville dans le Nord de la Cisjordanie    Le détail qui échappe à Charfi    Séminaire des chefs de mission et des délégués techniques    Purée de courgettes à la menthe    Du gluten dans votre shampooing    Kaïs Yaâkoubi satisfait    Retrouvailles inédites à Doha !    A Tierra met le cap sur Annaba    Et la relance socio-économique ?    Au bled de cocagne !    Le 11 décembre à l'Institut «Cervantès» d'Oran: Conférence en ligne sur des monuments historiques d'Oran    Le renvoi révélateur?    Aziza Oussedik en paisible retraite    Les points à retenir du Conseil des ministres    L'axe incontournable de la relance    Le bras de fer continue !    L'interaction Tamazight et l'informatique    Un riche parcours et des réalisations    7e édition des Journées du cinéma amateur    10 milliards de dollars octroyés à de faux investisseurs    L'Algérie octroie 100 millions de dollars à la Palestine    Les talibans nient les accusations d'«exécutions sommaires»    Mort du combattant anti-apartheid, Ebrahim Ismail Ebrahim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La rencontre s'est terminée en queue de poisson
14 représentants de partis chez Charfi
Publié dans L'Expression le 20 - 09 - 2021

La rencontre des représentants de partis avec les responsables de l'Autorité nationale indépendante des élection(Anie), s'est terminée en queue de poisson. Ils n'ont pas pu convaincre l'équipe de Mohamed Charfi, qui n'était pas présent à cette réunion, de la nécessité d'aplanir certaines dispositions controversées, liées à l'application de la loi organique portant régime électoral. Selon le compte rendu du représentant du parti El Fadjr El Djadid, «aucune décision n'a été prise à l'issue de ce conclave». Aucune réponse n'a été apportée aux préoccupations soulevées par les partis en lice pour les élections locales.
«Rectifier les dispositions de la loi organique portant Code électoral n'est pas du ressort de l' Anie, dont les prérogatives sont d'organiser l'opération électorale et son contrôle dans toutes ses étapes», ont répondu les responsables de l'autorité à leurs hôtes. Ces derniers auraient promis «de transmettre les autres doléances, qui ne relèvent pas de la loi électorale, au président de l' Anie».
Les partis réclamaient «le report de la date du dernier délai pour le dépôt des dossiers de candidature aux élections locales du 27 novembre, fixée au 8 octobre prochain. Ils demandent, aussi, de ramener le nombre de signatures exigées de 800 000 à 25 000 au niveau, au moins, de 25 wilayas, à raison de 300 signatures, au minimum, dans chaque wilaya. Ils exigent de l'Anie de définir à quel niveau (national, wilaya ou commune), des partis peuvent constituer «des coalitions» pour présenter des listes communes, car la loi n'est pas claire à ce sujet. Ils dénonçaient aussi la «discrimination» résultant de la prise en charge sélective des dépenses de campagne des jeunes candidats. Il faut dire que c'est sauve qui peut à propos de l'échéance électorale prochaine. Pressés par les délais impartis, les partis ont dû procéder à la collecte des formulaires de souscription de signatures, avant même que leurs instances délibérantes respectives ne prennent la décision de prendre part aux élections locales. De même, la bataille de la collecte des signatures s'annonce très difficile.
Les partis en lice craignent, d'ores et déjà, de voir les dossiers ou les listes de leurs candidats rejetés sur de simples supposés soupçons d'appartenir à un milieu de l'argent sale. Par ailleurs, comme aux législatives, les partis en lice ne sont en mesure de présenter que peu de leurs militants au double scrutin pour le renouvellement des Assemblées populaires locales. Pour rappel, 14 partis, à savoir le MSP,
El Fadjr El Djadid, Jil Jadid, Parti voix du peuple, Talaie El Hourriyet, Mouvement El Bina, Front de la justice et du développement (FJD), Parti de la liberté et la justice (PLJ), Mouvement Ennahdha, Front El Moustakbel, Front de la bonne gouvernance (FBG), Front de l'Algérie nouvelle (FAN), Front du militantisme national (FMN) et Front national algérien (FNA) avaient adressé une correspondance à Mohamed Charfi.
Ces formations ont proposé, entre autres, de les exempter de la collecte des signatures au motif qu'elle ont collecté des signatures lors des législatives anticipées précédentes. Enfin, faute de militants, nombreux sont les partis qui seront contraints de se lancer à la recherche de candidats qui voudraient se présenter sous leur bannière.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.