Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    L'intrigante histoire du consulat américain    Issine ? Connais pas !    Le Président Ghali réaffirme sa disponibilité au dialogue    Paqueta croit aux chances du Chabab    Chassé-croisé entre Chelsea et Liverpool, City qui rit et United qui pleure    Conclave d'évaluation chez Benbouzid    Plus de 79 000 produits pyrotechniques saisis en 2021    Cherchem    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Ils maîtrisent la portée des menaces !    BF : la descente aux enfers    Retour des supporters dans les stades : Le grand cafouillage !    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    13 harraga sauvés et les corps de 4 autres repêchés    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Centre anti-cancer Emir Abdelkader: 22.000 cures de traitement du cancer du sein depuis 2020    Incertitudes sur le projet Peugeot    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    L'informel menace l'Etat    Une loi pour protéger les institutions    Déboires d'un père de 9 enfants    «Alger sera la vitrine de la transition énergétique»    Les douanes sont-elles des passoires?    Les néo-harkis reviennent cette semaine    Où finira robert Lewandowski?    Pioli retient la force mentale des siens    Un après-midi cauchemardesque    La main tendue de Lamamra    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    «Fatima, la fille du fleuve», une BD contre l'oubli    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    Vers de nouvelles hausses en 2022    2 décès et 87 nouveaux cas en 24 heures    Des listes passées à la moulinette    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Patrimoine historique des luttes anticoloniales de l'Afrique: Une débâcle programmée    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le PT tire la sonnette d'alarme
POUVOIR D'ACHAT
Publié dans Le Soir d'Algérie le 28 - 09 - 2021

Le Parti des travailleurs tire la sonnette d'alarme suite à l'explosion de la misère sociale de larges couches de la société algérienne, avec un effondrement sans précédent du pouvoir d'achat.
Karim Aimeur - Alger (Le Soir) - Le PT dresse un tableau noir de la situation sociale du pays. Il dit constater « avec effroi, l'explosion de la misère parmi les larges couches alors que les couches moyennes s'enfoncent de plus en plus dans la pauvreté en conséquence de l'effondrement sans précédent et continu du pouvoir d'achat : la flambée démentielle des prix de tous les produits de large consommation, atteignant parfois les 100%, l'aggravation du chômage induit par les impacts du confinement aveugle sur les entreprises économiques et les services ainsi que la poursuite de la politique de non-emploi dans la Fonction publique en cours depuis avril 2015 qui avait entraîné la suppression de un million d'emplois jusqu'à 2018 ».
À cela, le parti de Louisa Hanoune ajoute les prix des fournitures scolaires qui ont augmenté, selon lui, de 40%, plongeant dans la détresse la majorité des familles désormais pauvre, alors que l'indemnité d'aide à la scolarisation de 5 000 DA destinées aux familles nécessiteuses ne couvre même pas 50% des besoins. «C'est une véritable guerre sociale qui transforme de très larges pans de la société en déclassés et en parias.
C'est établi, notre pays est en cours de délabrement accéléré : au lieu de redresser la situation, le gouvernement a décidé l'augmentation des prix des engrais à compter du 1er octobre, programmant une nouvelle explosion incontrôlable des prix de tous les produits agricoles, et plongeant les fellahs, déjà étranglés par la récession, dans la faillite », s'alarme le parti dans un communiqué rendu public hier à l'issue d'une réunion du secrétariat de son bureau politique.
Pour le PT, au moment où la crise de l'eau qui empoisonne la vie de l'écrasante majorité, l'effondrement du pouvoir d'achat des salariés et larges couches et le délabrement des services publics confirment « une régression infernale des conditions de vie », menaçant « la pérennité de la République et son unité ».
« Cette descente aux enfers provoque, d'un côté, la colère montante et la mobilisation des fonctionnaires et travailleurs dans différents secteurs, des agriculteurs, des populations qui se soulèvent contre la dégradation des conditions de vie et, d'un autre côté, l'explosion de la mendicité et la violence urbaine, la harga, expression violente du désespoir, désormais par milliers dont des familles entières, tuant par dizaines des jeunes, des femmes et des enfants, faisant ressembler notre pays aux pays déchirés par les guerres ou ravagés par la famine », développe encore le PT. Et de critiquer le ministre du Commerce qui « renforce les spéculateurs à travers la vente directe du fellah au consommateur », alors que ce département, a précisé le PT, « est censé dégager les instruments de contrôle à même de stopper la folie meurtrière des prix ».
Avec cette décision, le PT trouve que le gouvernement légalise la bazardisation de l'économie et la déréglementation en transformant le fellah en commerçant anarchique.
«Quant aux points de vente des coopératives des céréales et légumes secs (CCLS), c'est une pure tromperie, considérant leur nombre très restreint», soutient le même parti.
Pollution politique
Sur le plan politique, le PT relève un contexte « de plus en plus chargé de dangers » et « alourdi par la répression violente qui va crescendo : plus de 300 détenus politiques et d'opinion, détention provisoire abusive et donc arbitraire dont celle de Khalida Toumi qui dure depuis 22 mois, condamnations ahurissantes dont celle prononcée contre Ali Ghediri à quatre ans de prison ferme pour avoir exprimé en 2019 un point de vue politique ».
À propos des élections locales du 27 novembre, le PT relève « une indifférence totale à l'égard du scrutin chez la grande majorité des militants et citoyens ». Leurs préoccupations sont liées, selon le même parti, à la flambée des prix, la rentrée scolaire dans des conditions chaotiques, le chômage, la harga qui prend une ampleur terrifiante, les conséquences sociales meurtrières du Covid, l'absence totale de perspectives pour le pays et la répression politique qui prend des proportions effrayantes.
En même temps, le PT affirme qu'il a relevé « l'explosion de la pollution et la corruption politiques consacrant une mafiotisation sans précédent du processus électoral en cours aggravée par la loi électorale qui consacre une offensive sans précédent contre le multipartisme en particulier et la démocratie politique en général ».
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.