Tribunal de Sidi M'hamed: 3 ans de prison ferme pour l'ancien directeur de Cabinet du Premier ministère, Sellal acquitté    Coupe arabe Fifa: 16 pays dans les starting-blocks pour séduire un trophée très convoité    Un scrutin et des leçons    Le salaire moyen en Algérie stagne sous les 42 000 DA    Eni cède 49,9% de ses parts à Snam    De l'apport de la maison d'accompagnement et d'intégration    Comment mettre fin au projet d'expansion israélienne    Trois manifestants tués    La réouverture de la frontière au menu    Le FLN résiste et le MSP s'installe    Des duels directs intéressants    Plus de 1 700 logements réceptionnés par l'OPGI    Plantation de 4 000 arbustes en 2021    Démantèlement d'un réseau de migrants vers l'Espagne    Il y a cinq ans s'éteignait Amar Ezzahi    ...CULTURE EN BREF ...    Le CIJM fait appel à Tebboune, au Premier ministre et au MJS    Mahrez n'en veut pas à Guardiola    Retour du FLN, forte percée des indépendants et net recul du FFS à Béjaïa    Les avocats obtiennent gain de cause    Des Miss et des Z'hommes    Une mère et son enfant tués par le monoxyde de carbone    Les services de la santé sur le qui-vive    «Nous devons apprendre à vivre avec le Covid-19»    Les risques commerciaux découlant de l'affrètement d'un navire    Les résultats provisoires attendus cette semaine    Pour le Ballon d'Or, Zidane affiche une nouvelle fois son soutien à Benzema    Chlef: Des facilitations pour les employeurs    Chutes de neige et glissement de terrain: Des routes fermées dans plusieurs wilayas    Ils seront transférés aux vendeurs activant dans l'informel: Une commission pour recenser les locaux et marchés inexploités    Rapprochement entre le Maroc et l'entité sioniste: «Un véritable danger pour toute la région»    Climat ombrageux ?    La xénophobie change de sens    Le doigt d'honneur du prétendant Zemmour adressé en vrai aux Français    Hommage - Paul Bouaziz (Oran, 1926- Paris, 2021): L'avocat des démunis et des résistants    Chanegriha au Caire pour participer au Salon de Défense    Cinq combattants kurdes tués dans une attaque de l'EI    Le Front Polisario appelle la jeunesse mondiale à renforcer son soutien    Ferhat, une affaire à saisir    Le feuilleton Haaland est relancé    Palmeiras réussit le doublé    Le Comité militaire mixte libyen s'est réuni à Tunis    Tripoli soigne son partenariat avec Alger    La nouvelle vague    Le SG de l'ONU «très satisfait» du rôle de l'Algérie    «L'homme-carrefour» de Hakim Laâlam primé    «Une ère nouvelle d'estime et d'amitié»    L'art rassemble le tout-Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»
Tebboune insiste :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 10 - 2021

Redonner à la justice la place privilégiée qui lui est due, réaliser les revendications légitimes du peuple pour un changement global et réel, faire barrage au phénomène de corruption, empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer le processus électoral et l'instauration d'une éthique dans la vie politique, constituent les principaux engagements contractés par le chef de l'Etat à l'occasion de l'ouverture de l'année judiciaire 2021-2022.
Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, président du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) a présidé, hier, au siège de la Cour suprême à Alger l'ouverture de l'année judiciaire. Une occasion pour réitérer ses engagements pris au lendemain de sa victoire à la présidentielle du 12 décembre 2019 ainsi que sa volonté de réformer le secteur de la justice. Une procédure qu'il avait entamée déjà il y a quelques mois avec un mouvement partiel dans le corps des présidents et procureurs généraux près les cours de justice et des présidents et commissaires d'Etat près les tribunaux administratifs, dans l'objectif d'insuffler une nouvelle dynamique au fonctionnement des juridictions et de promouvoir leur rendement en adéquation avec les mutations nationales en cours.
Le secteur de la justice s'attelle, à présent, à l'adaptation des textes réglementaires à la Constitution, en procédant à la révision des lois organiques sur les statuts des magistrats et du CSM, ou encore la révision du code de déontologie du magistrat et de l'inspection judiciaire, parallèlement à la création de pôles spécialisés dans les affaires économiques et financières et la lutte contre la cybercriminalité.
Devant les magistrats et les membres du gouvernement, le président de la République a réaffirmé sa volonté de «redonner à l'autorité judiciaire la place privilégiée qui lui est due», non sans rappeler les promesses faites, «devant Dieu et le peuple», à ses concitoyens de réaliser leurs revendications légitimes aspirant à «un changement global et réel» et ce, dans l'objectif d'accéder à une Algérie «nouvelle prospère, forte et fidèle aux principes de Novembre».
Le chef de l'Etat s'est penché sur le rôle que la justice devrait jouer lors des élections et pour faire barrage au phénomène de corruption qui gangrène le pays. Une fois encore, la lutte contre la corruption sous toutes ses formes est considérée comme un fer de lance que le Président Tebboune a érigé en nécessité absolue pour restaurer l'autorité de l'Etat et regagner la confiance des citoyens. Pour cela, les prochaines élections locales prévues pour le 27 novembre prochain étaient au cœur de son discours où il a insisté pour dire qu'il a tenu à «empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer le processus électoral», lui qui avait déjà déclaré que « l'argent ne doit pas s'immiscer dans les rouages de l'Etat ».
Le président de la République a rappelé aussi ses efforts à remettre la vie politique sur les bases «éthiques», en l'éloignant des manœuvres malhonnêtes des corrompus. Il a notamment affirmé qu'il œuvre toujours à «laisser la place aux jeunes et à leur apporter un soutien afin qu'ils puissent participer à le prise de décision».
Pour conclure, le président de la République a indiqué qu'«après l'élection des conseils locaux, nous continuerons notre route en élisant les membres du Sénat et en installant la Cour constitutionnelle ainsi que le reste des institutions constitutionnelles après les avoir adaptées à la nouvelle Constitution».
Ilhem Tir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.