Real : Rüdiger est la priorité défensive    L'Algérie pour écrire son nom sur les tablettes de l'épreuve    Lionel Messi au septième ciel du football à Paris    Festivals du court-métrage d'Annaba et «Cinemana du film arabe» d'Oman    "EDEX-2021" du Caire : Said Chanegriha reçu par son homologue égyptien    Opep+ œuvrera à préserver l'équilibre du marché dans le contexte des craintes du variant Omicron    Elections locales: le FLN arrive en tête avec 5978 sièges    La vague de normalisation "se brisera contre la position authentique de l'Algérie"    Raffinerie de Skikda : une flamme derrière l'incident survenu mardi    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie en Ouganda    Benabderrahmane: la rupture avec les anciennes pratiques impossible sans des médias forts et objectifs    Covid-19: la pandémie a fait au moins 5.206.370 morts dans le monde    Séance de travail Lamamra-Wang Yi à Dakar    (EXCLUSIF) Noureddine Tayebi (fondateur de "Yassir"): « ce n'était pas une mince affaire »    Monoxyde de carbone : 95 décès depuis le début de l'année    Le rôle pionner de l'APS dans l'accès du citoyen à l'information mis en exergue    Sebgag dépêché en urgence à Oran    Plus de 200 investisseurs mis en demeure en 2021    Sellal acquitté et Rahiel condamné à 3 ans de prison    La campagne nationale de vaccination lancée    Plusieurs axes routiers bloqués par la neige    Vers le dénouement de la crise ?    Une bureaucratie en remplace une autre !    Les nouvelles technologies au secours de la culture    "Fahla , l'audace dans la langue algérienne"    Le Sénégal souhaite un soutien de Pékin au Sahel    Le Maroc et Israël main dans la main contre l'Algérie    11 entraîneurs européens présents au Qatar    10 000 hectares réservés à la céréaliculture à El-Ménéa    L'article 29 à la carte !    Report du procès de l'ancien wali de Djelfa    «L'Algérie se considère actuellement comme un Etat en confrontation avec l'entité sioniste»    La cérémonie officielle, vendredi prochain, à Paris    Une bonne nouvelle peut cacher un film    ACTUCULT    Compliqué pour la Saoura, jouable pour la JSK    Deuxième succès des Algériennes face à la Tunisie    Prévue le 7 décembre: Grève annoncée à la Santé    Les rejets anarchiques prennent de l'ampleur: 720 tonnes de déchets inertes collectées en trois jours    «La faiblesse des flux Internet fausse tout»    Les spéculateurs ont la peau dure    Assommants cachets...    «L'Algérie ne renoncera pas!»    Le monde vu par El Moudjahid    Une ville cruciale dans la guerre au Yémen    Un cas unique de corruption    Kamel Aziz «l'héritier de Amar Ezzahi»    Les orphelins de la vallée de la Soummam    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Jongler entre l'envie de... et celle de...
Publié dans Le Soir d'Algérie le 26 - 10 - 2021

Bientôt aux mots, on préférera les pointillés ! En traversant la ville, samedi dernier, et parce que nous avons été nombreux à ne pas avoir écouté les prévisions météo de cheikh Farhat, nous avons failli y rester ma petite famille et moi. Trempés jusqu'aux os petits et grands, nous avons envisagé le pire. Il faisait tellement beau lorsque nous avons quitté la maison ! Quelques heures après, nous avons été pris au piège. Le beau temps venait de tirer sa révérence et le tonnerre se faisait menaçant. Ciel bleu azur et soleil triomphant, tous deux ont, en un temps record, cédé le pas aux éclairs furibonds et à des pluies glaçantes et ininterrompues. Les avaloirs non libérés, des détritus qui les encombrent au quotidien, sans que les autorités locales se sentent concernées et bougent le petit doigt pour empêcher le pire, les routes, impraticables, se sont très vite transformées en oueds déchaînés emprisonnant des automobilistes, choqués, impatients de se mettre à l'abri et surtout incapables de deviner la profondeur des crevasses inondées. Pour calmer notre impatience et détendre l'atmosphère à l'intérieur de la voiture, nous avons ri, mais ri jaune, à l'idée que personne n'oserait, peut-être, filmer et poster la moindre vidéo des sinistres que nous croisions. L'absence d'anticipation, en tout, et la dénonciation de ladite négligence font courir le risque de se faire traduire en justice pour mauvaise publicité faite à l'image du pays. Maintenant que n'importe quelle remarque qui laisse supposer que l'on ne file pas doux et que l'on n'a ni l'intention ni l'envie de filer doux expose aux poursuites judiciaires et à la prison, beaucoup réfléchissent avant de verser dans la critique qui déplaît. Avant de s'en prendre au khawa-khawa du Hirak «béni» et à l'Algérie «nouvelle».
Le silence éloquent de la société civile répond-il à la menace de plus en plus effective de se faire flinguer dès que l'on franchit une ligne rouge qui demeure virtuelle et donc ouverte à tous les abus d'une administration qui s'invente des codes nouveaux quand elle sait son intégrité remise en cause? Trois heures et demie pour parcourir 20 km. Qui dit mieux ?
M. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.