Une équipe algérienne décroche la 1re place    L'armée d'occupation israélienne attaque une ville palestinienne    Nous n'adhérerons à aucun processus de paix au vu de la poursuite du terrorisme marocain et du silence onusien    Plusieurs interventions dans le Centre et l'Est du pays ces dernières 24h    Les nouvelles technologies contribueront à sa généralisation    «Réception de la majorité des structures sportives vers la fin du mois»    Les ressources du secteur industriel "permettent de se passer d'une grande partie des revenus des hydrocarbures"    La conférence unificatrice des factions palestiniennes en Algérie, une affirmation du caractère sacré de la cause palestinienne    Coronavirus: 197 nouveaux cas 161 guérisons et 3 décès    Man City : Déjà un accord entre Ferran Torres et le Barça ?    LDC : Le programme des matchs de ce mardi    Le SG de l'ONU condamne "fermement"    Le procès de Chakib Khelil aura lieu le 20 décembre    Légère baisse de la production d'agrumes    Seules deux femmes siégeront à l'APW de Béjaïa    Les Benhamadi condamnés    En souvenir d'Omdurman    Le dossier sera traité jeudi prochain    Tentatives de relance des projets d'amélioration urbaine    Des exploitations agricoles privées d'électricité    Le Covid contamine les écoles    12 militaires et "des dizaines de terroristes" tués    "l'industrie musicale vit sa plus mauvaise période"    Grippe saisonnière : Les pharmaciens autorisés à pratiquer la vaccination    Nouvelles de Mostaganem    Une bureaucratie remplace une autre !    Importation de véhicules neufs : Les opérateurs dans l'expectative    Khalfallah Abdelaziz. Moudjahid et auteur : «Notre histoire doit être engagée contre l'amalgame et la déformation...»    Kaïs Yaâkoubi satisfait    Retrouvailles inédites à Doha !    Belmadi 4e, Mancini sacré !    Du gluten dans votre shampooing    Le RND remporte la présidence de l'APW    Le détail qui échappe à Charfi    Tout dépendra encore des recours    A Tierra met le cap sur Annaba    Au bled de cocagne !    Le 11 décembre à l'Institut «Cervantès» d'Oran: Conférence en ligne sur des monuments historiques d'Oran    Le renvoi révélateur?    Le bras de fer continue !    Les points à retenir du Conseil des ministres    Aziza Oussedik en paisible retraite    L'interaction Tamazight et l'informatique    7e édition des Journées du cinéma amateur    10 milliards de dollars octroyés à de faux investisseurs    L'Algérie octroie 100 millions de dollars à la Palestine    Les talibans nient les accusations d'«exécutions sommaires»    Mort du combattant anti-apartheid, Ebrahim Ismail Ebrahim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Haydée Santamaría, une femme dans la révolution cubaine, aux côtés de Fidel Castro
Laissez-moi vous rejoindre d'Amina Damerdji
Publié dans Le Soir d'Algérie le 26 - 10 - 2021

Dans la révolution cubaine (1953- 1959), aux côtés des «barbudos», dont les plus célèbres sont Che Guevara et Fidel Castro, il y avait une femme. Son nom est Haydée Santamaría.
Dans son livre (roman) Laissez-moi vous rejoindre (collection Blanche, Gallimard, France), Amina Damerdji raconte l'histoire singulière (et quelque peu méconnue) de cette Cubaine, proche de Fidel Castro, qui a participé à l'action politique et à la révolution, y compris à la lutte armée. Après le triomphe de la révolution dans son pays, elle exerce le pouvoir et aussi crée une institution littéraire, La Casa de Los Americas, où elle avait réuni et invité de grands écrivains comme Gabriel Garcia Marquez, Julio Cortázar, Sartre, Simone de Beauvoir, Françoise Sagan et d'autres.
Le titre du roman, Laissez-moi vous rejoindre, explique l'auteure, sont les derniers mots de Haydée Santamaría, avant sa mort, par suicide, le 28 juillet 1980, à La Havane. Ces mots, explique encore Amina Damerdji (dans une vidéo), sont adressés «à des Cubains qui s'en vont clandestinement» mais «en réalité, ils sont aussi adressés» aux gens qu'elle a connus dans sa vie et son combat, notamment sont frère Abel exécuté après l'échec de l'attaque de la caserne de la Moncada.
C'est, d'ailleurs, par admiration pour son frère que Haydée a commencé à militer au sein des jeunesses du Parti orthodoxe (le Parti du peuple cubain) dont était membre Fidel Castro. Elle prend, petit à petit, de l'assurance au sein du groupe qui entoure son frère et où elle rencontre son grand amour, Boris. Le coup d'Etat de Batista, en 1952, réveille la colère des jeunes et le groupe devient le fer de lance de la lutte organisée par Fidel Castro et son frère Raul. Le 26 juillet 1953, Fidel Castro lance l'attaque de la caserne de la Moncada à Santiago qui se solde par un échec. Haydée et une amie du groupe sont emprisonnées pendant sept mois. Abel et Boris sont fusillés après avoir été torturés. Haydée ne s'en remettra jamais.
C'est lors d'un voyage à Cuba que Amina Damerdji a connu Haydée Santamaría, à travers une photo. Très vite, elle s'est sentie très proche de cette femme un peu décoiffée et sans maquillage qui lui a rappelé des personnes qu'elle a connues et un type de féminité dont on parle peu. Née le 30 décembre 1923 dans l'ancienne province de Las Villas à Cuba, Haydée Santamaría Cuadrado, en cette année 1980, plonge dans ses souvenirs. Elle raconte sa jeunesse, en particulier les années 1951-1953 qui se sont conclues par l'exécution de son frère Abel.
L'histoire d'Haydée plonge le lecteur dans des événements devenus quasi légendaires. Mais ces événements sont redessinés du point de vue d'une femme, passionnément engagée en politique, restée dans l'ombre d'hommes charismatiques. Ainsi, Amina Damerdji raconte avec sensibilité l'histoire et les tourments d'une grande figure de la révolution cubaine.
Haydée, qui vivait chez ses parents à Encrucijada, un petit village cubain au milieu des champs, ne pouvait deviner, au seuil des années 1950, qu'elle allait être happée par la grande Histoire. Trente ans plus tard, celle qui est devenue la seule femme à avoir accédé au Comité central revient avec nostalgie sur ces années de lutte contre le pouvoir de Batista. «N'oubliez pas que ces hommes que notre jeunesse découvre dans ses manuels, moi, je les ai aimés», lui fait dire Amina Damerdji.
Amina Damerdji est née en 1987 en Californie, aux Etats-Unis. Elle a grandi à Alger jusqu'à la «décennie noire». Partie en France, elle a commencé à écrire de la poésie et publié des textes dans plusieurs revues de poésie. En 2015, elle a écrit le recueil Tambour-machine. Amina Damerdji est coéditrice de la revue La Seiche.
Kader B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.