Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines à Farsia et Houza    JM-Oran-2022/ Boxe (tirage au sort) : les Algériens fixés sur leurs adversaires    Le nouveau code administratif assure plus de souplesse dans l'application des décisions de justice    Le parti "Jil Jadid" tient son 2e congrès national    Arrivée du vice-président turc Fuat Oktay    Championnat national de natation du personnel de l'administration pénitentiaire: Mourad Kessab et Meroua Mahieddine sacrés    JM Oran-2022: Oran vit au rythme des journées nationales du théâtre de rue    Maroc/Espagne : appels à une enquête indépendante après le drame migratoire de Melilla    Manchester City va frapper un joli coup avec Kalvin Phillips    Les Douanes lancent une campagne de sensibilisation aux dangers de la drogue    JM Oran-2022/Cérémonie: que la fête commence    JM-Oran-2022 : la lutte algérienne ambitionne de faire mieux que la précédente édition à Tarragone    Lamamra reçoit à Oran le SG de l'Union pour la Méditerranée    Le Milan AC cherche à recruter Hakim Ziyech    Canicule annoncée, dimanche et lundi, sur des wilayas de l'Est du pays    Port d'Alger: hausse de 18% des conteneurs à l'export durant le 1er trimestre 2022    JM-Oran-2022: 21 artistes participent à l'édition spéciale du Festival de la chanson du Raï à Oran    22e Festival culturel européen : le duo portugais,"Senza" enchante le public algérois    Des rêves et des tabous    Hommage à Shirine Abou Aklah    Covid-19: Du nouveau pour les billets non utilisés d'Air Algérie    El Tarf: Les maires achèvent leur cycle de formation    Tlemcen: Mouton de l'Aïd : tout le monde se plaint!    Les communes dispensées de la gestion des écoles    L'UGCAA sensibilise à J-1 des Jeux méditerranéens: Des brigades mobiles pour le contrôle des taxis et des bus    La corruption, la triche et la lèche    Tebboune inaugure plusieurs projets à Oran: Levée définitive des obstacles bureaucratiques    L'Ukraine et les limites de l'Union européenne    Sur les traces de la nostalgie olympique    Enjeux politiques et économiques    La radieuse sur son 31    Le FMI doit tenir compte de l'impact social des réformes    Les économies africaines gardent leur optimisme    «Je ne pardonnerai à personne»    Le Code d'investissement adopté ce lundi    Honneur aux jeunes compétences    La sécurité sera au rendez-vous    Plan de circulation spécial et du cinéma partout...    Sortie de 6 promotions    «C'est un des leviers de la souveraineté nationale!»    Un potentiel mal exploité    Deux festivals et deux salons du livre    «Il faut revenir à la formation»    Cinéma à l'affiche    Sortie de 8 promotions des officiers de la Gendarmerie nationale à l'ESGN de Zeralda    Notre mère l'Afrique !    Bons mots et cruelles vérités    Tebboune installe le Conseil supérieur de la jeunesse    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La fin annoncée des subventions
Une «Compensation monétaire» sera allouée aux plus démunis
Publié dans Le Soir d'Algérie le 26 - 10 - 2021

Depuis plusieurs années, s'il est un sujet sur lequel tout le monde s'accorde, c'est bien celui de la réforme des subventions, du moins le système de subventions qui ne profite pas exclusivement à ceux auxquels il est destiné en principe. Sujet sensible par excellence, la réforme des subventions s'est imposée avec une acuité jamais aussi égalée qu'en ce moment du fait de la conjoncture difficile que traverse l'Etat sur le plan financier, qu'illustrent les abyssaux déséquilibres budgétaires.
Il était dit depuis un moment que l'Algérie irait irrémédiablement au démantèlement de son si particulier système de subventions, démantèlement au mieux progressif afin de ne pas «heurter» violemment des pans entiers de la population. Les institutions internationales, tels le FMI et la Banque mondiale, n'ont jamais manqué l'occasion de conseiller aux autorités algériennes, depuis le début 2015 et la crise induite par la chute brutale des prix des hydrocarbures notamment, de revoir le mode des subventions en mettant en avant ce que cela coûte sur les dépenses budgétaires faramineuses de l'Etat. Dépenses publiques dont les subventions qui pèsent lourdement et, le comble, ne profitent que relativement aux petites et moyennes bourses. Eu égard aux prédictions qui font état de la poursuite, en 2022, de la hausse des prix des matières premières à l'international, sur la lancée de ces derniers mois, la note risque d'être extrêmement lourde pour le budget de l'Etat déjà fortement ébranlé sans cela. Les limites des subventions généralisées ayant été prouvées depuis un bon bout de temps, avec leurs conséquences désastreuses pour les équilibres financiers de l'Etat, voici qu'il semble venu, pour les pouvoirs publics, le temps de prendre le problème à bras-le-corps et enfin décider à qui doivent aller les 3 milliards de dinars dépensés en moyenne annuelle au titre des subventions depuis quelques années.
L'idée a été déclinée le mois dernier, lorsqu'il présentait le plan d'action de son gouvernement, par M. Aïmene Benabderrahmane qui dévoilait sa stratégie pour la réforme du système de subventions. Il expliquait alors que cette réforme allait commencer par se faire avec l'instauration d'une espèce de revenu supplémentaire au profit exclusif des ménages nécessiteux en guise d'indemnisation des conséquences que va induire la suppression des subventions directes. De prime abord, cela ne semble pas tâche aisée que de mettre en œuvre le plan destiné à remplacer le système des subventions ayant eu cours en Algérie, à commencer par l'identification de toute la population en droit de recevoir cette aide sociale de «l'après-subventions». En tout état de cause, il est attendu que les modalités d'application seront fixées par voie réglementaire notamment, la liste des produits subventionnés concernés par la révision des prix, les catégories de ménages ciblés, les critères d'éligibilité à cette compensation, et les modalités de transfert monétaire, est-il expliqué dans le projet de loi de finances 2022.
Dans le même avant-projet de loi de finances, le gouvernement indique que ce qu'ont coûté les subventions entre 2012 et 2017 avoisine en moyenne annuelle 3 250 milliards de dinars, soit 19,3 % du PIB. Dans le même document, il est expliqué que les subventions implicites, c'est-à-dire celles allouées pour les produits énergétiques et les subventions d'ordre fiscal, constituent 80% du total des subventions au moment où les subventions explicites allouées pour la «couverture» des prix des produits alimentaires et des logements, constituent le cinquième du total des subventions. Comme sur beaucoup d'autres questions, le gouvernement n'a qu'une restreinte marge de manœuvre pour protéger le pouvoir d'achat des Algériens et arriver à maintenir le caractère social de l'Etat sans provoquer un désastre sur les couches les plus défavorisées de la population avec la levée progressive des subventions. Mais à voir ce à quoi devrait aboutir l'exercice 2021 sur certaines dépenses publiques, l'Algérie n'a plus le temps ni les moyens pour continuer à accorder des subventions à tout-va et à n'importe qui. Avec, entre autres, des dépenses budgétaires en hausse de 25% par rapport à l'année dernière et un déficit du Trésor qui devrait atteindre 16,5% du PIB, l'heure n'est plus aux tergiversations.
Azedine Maktour


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.