Ouverture du 15ème Salon Equip Auto Algeria à Alger    Algérie-Unesco: volonté de renforcer la coopération dans le domaine éducatif    Décès de Djamel Larouk, directeur de l'ESBAA    Appel à la levée de l'embargo sioniste sur Ghaza: le Hamas salue un rapport de l'ONU    Les prisonniers de Gdeim Izik déposent une plainte contre le Maroc pour détention arbitraire    JM-Oran-2022: tableau des médailles    JM: programme des finales prévues dimanche    Ressources hydriques souterraines: un important programme projeté à Bechar    Migrants tués par la police marocaine: la CADHP déplore le recours excessif à la force    Recouvrement de l'Indépendance nationale: un spectacle grandiose    Real - Modric : "Mbappé doit maintenant vivre avec cette décision"    Zeroual: l'Algérie a besoin de tous ses enfants pour parachever l'édification d'un Etat moderne    JM/Boxe: "Je mérite la médaille d'or" (Houmri)    Message de l'ancien Président Liamine Zeroual à l'occasion de la Fête de l'indépendance    Algérie-Egypte: Donner un nouveau souffle à la coopération économique    Hydrocarbures: «Occidental Petroleum Corporation» veut faire plus en Algérie    Equipe nationale U18: L'urgence d'un système de développement    Espagne : Le Parlement veut rétablir les relations avec l'Algérie    Un réseau de quatre individus arrêté: Plus de 25.600 comprimés psychotropes saisis    Une nouvelle stature    Tipasa: Un trafic international de cartes de paiement électronique démantelé    Libye: La désignation d'un représentant de l'ONU divise    Téléphonie mobile: L'Algérie rachète les actions de Veon dans Djezzy    Le DG du journal «Echaab» limogé    Grand Prix Assia Djebar du Roman: Les lauréats distingués    El-Bayadh: Le célèbre «Rakb Sid Cheikh» de retour    Driss Messaoud sauve la face    Messi poussé vers la sortie?    Le club à l'affût pour Neymar    Trois projets de loi adoptés    «Bâtissons des projets communs!»    Le prince de Monaco a séjourné à Oran    9 manifestants tués à Khartoum    L'été en pente douce    La grande vadrouille    La rentrée scolaire se prépare en été    L'Algérie dansera tout l'été    Fin de parcours du touriste judiciaire    «C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Répéter, vaut souvent, convaincre!    Un pays à la recherche de son destin    «Je veux rallumer la Bougie»    Le HCA lance le débat    Clôture en apothéose    Le ministre de la Communication installe les nouveaux DG d'El Chaâb et d'El Massa    Formation/enseignement professionnels: diversifier les offres de formation en tenant compte des spécialités prioritaires    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une prière à Djamaâ Zitouna
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 11 - 2021

Au pays de Kaïs Saïed, le cœur balance entre bourguibisme et nostalgie de Ben Ali avec sa façade d'ordre, l'environnement policé qui assure tranquillité et décontraction aux touristes blonds aux yeux bleus. Du temps du dictateur-président, les cantonniers tenaient bien propres les avenues, les éboueurs traquaient les immondices, évacuaient, sans rechigner, les ordures ménagères. Ils évitaient aux narines délicates le renvoi d'odeurs nauséabondes. Tunis, la capitale, ne peut pas jalouser la ville balnéaire de Sfax qui croule sous les déchets de toute sorte, au grand dam de ses habitants furieux contre l'incurie des services communaux. Ce n'est que la partie apparente d'un malaise profond et de l'instabilité politique du pays qui laisse penser qu'elle s'inscrit dans la durée.
Depuis la « révolution » du Jasmin, depuis 2011 et le « Printemps arabe », ce n'est que désordre et incivilité. La Casbah de Tunis, haut lieu du tourisme, du commerce en tout genre et qui abrite l'historique et non moins prestigieuse mosquée, millénaire, Djamaâ Zitouna, ne peut rien contre la prolifération des vendeurs à la sauvette. Ses produits artisanaux jalousement travaillés, façonnés, stylisés semblent perdre de leur superbe face aux vulgaires articles « made in China ». Que l'on se rassure, les ruelles qui débordent de bric-à-brac, de friperie ne sont pas les endroits de fréquentation pour étrangers ni des sites recommandés par le guide du parfait touriste. Les Tunisiens ont le cœur gros devant le changement de leur cité qu'ils ne s'imaginaient guère. Depuis dix ans, ils sont ballottés par une classe politique où chacun tire la couverture à soi. La parole libérée permet certes d'exorciser les traumatismes et les frustrations d'avant, pourfendre à gorge déployée le gouvernement et tout ce qui porte un signe du pouvoir. L'amour de la démocratie scandée dans l'avenue Bourguiba à pleins poumons et ses rêves s'avèrent solubles dans le quotidien. Jusqu'au gouvernement qui n'arrive pas à joindre les deux bouts.
L'Assemblée constituante tunisienne (revendication de certains de nos partis politiques !) laisse songeur tant le spectacle qu'elle expose est affligeant. Transformée en arène de joutes partisanes, de calculs politiques à travers des alliances intéressées et conjoncturelles, elle laisse songeur. Toute la vie politique, voire publique est suspendue aux humeurs orageuses du Parlement. Résultat, une double fracture : entre le Président élu et l'Assemblée et entre cette dernière et le citoyen tunisien que les querelles de clocher exaspèrent, poussent à bout. Au sommet de cette pyramide de griefs et d'accusations de pouvoir absolu, autrement dit dictatorial, trône un Président qui se veut au-dessus de la mêlée et qui a une sainte horreur des apparatchiks et des opportunistes en tout genre qui rêvent du retour d'un âge d'or révolu. Le danger d'un glissement vers un autoritarisme stérilisant, susceptible de renvoyer la Tunisie dans un passé récent, est décrié mais pas sans arrière-pensées. Et comme un malheur n'arrive jamais seul, la crise sanitaire a porté l'estocade à une économie bâtie sur un secteur aussi fragile qu'est le tourisme. Kaïs Saïed se laissera-t-il tenter de jouer la carte de l'homme providentiel ? Ses nombreux détracteurs le pousseraient bien dans cette posture... pour mieux l'abattre ?
Brahim Taouchichet


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.