Le Président Tebboune regagne Alger après une visite de travail en Egypte    Visite du Président Tebboune en Egypte : activer les mécanismes de concertation et de coordination    Faki: "l'UA et ses partenaires se mobiliseront pour soutenir le Mali" dans sa transition    Les concessionnaires s'impatientent, ils font appel à Tebboune    L'Algérie condamne    Real : Une date pour le retour de Benzema    Annulation des procédures de suspension et de retrait à compter du 1er février    «Le variant Omicron représente 60 % des contaminations»    JSK-Royal Léopards d'Eswatini décalé à jeudi    La CAF sanctionne la FAF d'une amende de 5 000 dollars    Les pharmacies d'officine désormais ouvertes jusqu'à minuit    CAN: Mahrez répond aux critiques après l'élimination de l'Algérie    Un jeune de 24 ans succombe au monoxyde de carbone    L'Algérie participe avec plus de 600 ouvrages    L'Algérie envoie une deuxième cargaison d'aides humanitaires au Mali    Ligue 1 : Le live des matches de la 15e journée    Une députée britannique affirme avoir été évincée du gouvernement car musulmane    Ce n'était pas mission impossible pour les Aigles de Carthage    Des chutes de neige sur les reliefs de l'Ouest à partir de demain mercredi    Le Brent à plus de 87 dollars    Les notaires en colère    Le sélectionneur se plaint des conditions d'hébergement    Bruits de bottes aux portes de Kiev    Les horaires de distribution réaménagés    Plus de 60 000 m2 pour abriter la première mini-zone d'activités    Vers le dénouement !    Sellal écope de 5 ans de prison ferme et Metidji de 8 ans    Plusieurs arrêtés de fermeture signés par le wali de Jijel    Le gouvernement admet la gravité de la situation    Danger sur les non-vaccinés    La police recrute dans les nouvelles wilayas    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Un homme apparemment déséquilibré fait 3 blessés dans un tram à Tunis    Victoire de l'ASMO devant le MC Saïda    Un malheureux «chibani» à la croisée des chemins    Numérisation de 40 œuvres    Quarante millions d'entraîneurs pour aider Belmadi    Le président Tebboune quitte Alger à destination de l'Egypte    L'enjeu céréalier    Eloge de l'amitié    «Les Algériens découvrent leur Sahara»    Comment avoir les ripoux?    Les Emirats interceptent deux nouveaux missiles houthis    Des juges qui ont le vertige...    TAM renoue avec le tourisme    «Fouroulou était chacun de nous»    Ce patrimoine qu'on nous envie    Tebboune entame aujourd'hui une visite de travail et de fraternité en égypte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Nous devons apprendre à vivre avec le Covid-19»
Une nécessité pour L'UGCAA et L'APOCE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 29 - 11 - 2021

Les représentants des organisations des commerçants et des consommateurs ont jugé à l'unanimité, que tous les secteurs d'activité doivent être soumis à un protocole sanitaire rigoureux afin de ne plus faire l'objet de restrictions qui les limitent dans leur exercice quotidien et d'éviter d'accuser de nouvelles pertes financières conséquentes. Ils saluent, dans ce contexte, la décision liée à l'ouverture des salles des fêtes, dont la fermeture a engendré d'un côté, de graves contrecoups financiers pour les gérants de ces lieux, et de l'autre, la hausse des cas de contaminations, en sachant que des cérémonies de mariages et autres continuaient à avoir lieu clandestinement, sans le moindre respect des mesures barrières.
Massiva Zehraoui - Alger (Le Soir) - Les membres de l'Union générale des commerçants et artisans algériens ainsi que de l'Association de protection des consommateurs (Apoce) ont animé, hier au siège de l'UGCAA, une conférence de presse autour des conséquences de cette réouverture. La décision d'autoriser les gérants des salles des fêtes à reprendre leurs activités est d'après eux «salutaire». Dans le sens où ces derniers ont accusé des pertes non négligeables et qui plus est «sont impossibles à compenser». Le président de l'Apoce, Mustapha Zebdi, a expliqué qu'au vu du caractère «persistant» du virus, le recours à la fermeture ou gel de certaines activités n'est pas forcément la solution. Il fera, d'ailleurs, remarquer que «la fermeture des salles des fêtes n'a pas empêché les familles à organiser des cérémonies sans prendre en considération le moindre geste barrière ». C'est même, selon lui, ce qui a été en grande partie à l'origine de la hausse des cas de contamination.
Mustapha Zebdi n'a pas manqué de «dénoncer» dans ce sens, une certaine politique de deux poids deux mesures, dont sont victimes beaucoup de commerçants. Et pour cause, pendant que les salles des fêtes étaient fermées, l'irrespect des gestes barrières n'a cessé d'être constaté au niveau des administrations publiques, des universités, et mêmes des hôpitaux. Et ce «sans la moindre intervention des autorités pour anticiper les risques auxquels nous expose ce relâchement». La posture à adopter, aujourd'hui, ne doit plus consister, préconise-t-il «au gel systématique des activités commerciales, peu importe les circonstances sanitaires». Naturellement, il se dit favorable à la mise en place d'un protocole rigoureux dans tous les secteurs, et pérenniser de ce fait toutes les activités qui s'y réfèrent «dans l'espoir de ne pas assister à l'effondrement total de l'économie nationale». Rejoignant l'approche de Mustapha Zebdi, le président de la Fédération nationale des salles des fêtes considère qu'il «est temps d'apprendre à vivre avec la présence de l'épidémie du Covid-19». Cela exige des gérants des salles des fêtes notamment « de veiller au respect du protocole établi par le ministère de la Santé comme condition à la réouverture».
L'intervenant tient tout de même à préciser que certains points contenus dans ce protocole ne peuvent être respectés au détail près, car tout simplement «pas faisable sur le terrain». Le représentant de la Fédération des salles des fêtes propose, par ailleurs, qu'en attendant de reprendre les principales activités dès le printemps prochain, d'exploiter ces espaces en les transformant en centre de vaccination et de sensibilisation des citoyens sur sa nécessité. Et ce «dans le but de contribuer à accélérer la cadence de vaccination», appuie-t-il. Celui-ci souhaite dans ce registre, «l'accompagnement des autorités sanitaires».
Le secrétaire général de l'UGCAA, Hazab Ben Chahra a, quant à lui, plaidé pour l'instauration de protocoles sanitaires adaptés à chaque secteur «afin d'éviter de retomber dans une crise de laquelle il sera difficile de sortir». Selon lui, c'est la dernière option qui s'offre à nous si on veut «préserver la santé de la population et en même temps, relancer notre économie».
Malgré les périls que nous encourons actuellement avec l'arrivée de plus en plus probable d'une quatrième vague du Covid-19, les membres de l'UGCAA ainsi que de l'Apoce ne voient d'autres issues de sortie de crise que l'application stricte du protocole sanitaire dans toutes les administrations et structures fréquentées par les citoyens.
M. Z.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.