Le Président Tebboune regagne Alger après une visite de travail en Egypte    Visite du Président Tebboune en Egypte : activer les mécanismes de concertation et de coordination    Faki: "l'UA et ses partenaires se mobiliseront pour soutenir le Mali" dans sa transition    Les concessionnaires s'impatientent, ils font appel à Tebboune    L'Algérie condamne    Real : Une date pour le retour de Benzema    Annulation des procédures de suspension et de retrait à compter du 1er février    «Le variant Omicron représente 60 % des contaminations»    JSK-Royal Léopards d'Eswatini décalé à jeudi    La CAF sanctionne la FAF d'une amende de 5 000 dollars    Les pharmacies d'officine désormais ouvertes jusqu'à minuit    CAN: Mahrez répond aux critiques après l'élimination de l'Algérie    Un jeune de 24 ans succombe au monoxyde de carbone    L'Algérie participe avec plus de 600 ouvrages    L'Algérie envoie une deuxième cargaison d'aides humanitaires au Mali    Ligue 1 : Le live des matches de la 15e journée    Une députée britannique affirme avoir été évincée du gouvernement car musulmane    Ce n'était pas mission impossible pour les Aigles de Carthage    Des chutes de neige sur les reliefs de l'Ouest à partir de demain mercredi    Le Brent à plus de 87 dollars    Les notaires en colère    Le sélectionneur se plaint des conditions d'hébergement    Bruits de bottes aux portes de Kiev    Les horaires de distribution réaménagés    Plus de 60 000 m2 pour abriter la première mini-zone d'activités    Vers le dénouement !    Sellal écope de 5 ans de prison ferme et Metidji de 8 ans    Plusieurs arrêtés de fermeture signés par le wali de Jijel    Le gouvernement admet la gravité de la situation    Danger sur les non-vaccinés    La police recrute dans les nouvelles wilayas    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Un homme apparemment déséquilibré fait 3 blessés dans un tram à Tunis    Victoire de l'ASMO devant le MC Saïda    Un malheureux «chibani» à la croisée des chemins    Numérisation de 40 œuvres    Quarante millions d'entraîneurs pour aider Belmadi    Le président Tebboune quitte Alger à destination de l'Egypte    L'enjeu céréalier    Eloge de l'amitié    «Les Algériens découvrent leur Sahara»    Comment avoir les ripoux?    Les Emirats interceptent deux nouveaux missiles houthis    Des juges qui ont le vertige...    TAM renoue avec le tourisme    «Fouroulou était chacun de nous»    Ce patrimoine qu'on nous envie    Tebboune entame aujourd'hui une visite de travail et de fraternité en égypte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Unifier les efforts pour lutter contre le terrorisme
Clôture du 8e séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique
Publié dans Le Soir d'Algérie le 05 - 12 - 2021

Clôturant, hier à Oran, les travaux du 8e séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique, le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger Ramtane Lamamra a souligné «l'engagement inconditionnel du Président Abdelmadjid Tebboune de défendre les causes africaines justes, dans notre continent, dans les arènes africaine et internationale ».
Amel Bentolba - Oran (Le Soir) - Pour le ministre algérien, l'Afrique peut faire l'histoire en s'unissant et en parlant d'une seule voix. Pour ce faire, dit-il, l'Afrique doit être un acteur qu'on écoute.
Cette perspective d'unifier les rangs fera que la voix de l'Afrique au sein du Conseil de sécurité des Nations-Unies soit entendue. Le problème étant que les pays africains se plaignent que leur voix ne soit pas déterminante, ne soit pas écoutée dans la prise des décisions, surtout sur les questions de paix et de sécurité en liaison directe avec le dévenir de l'Afrique. D'où l'importance de parler d'une voix unifiée.
M. Ramtane Lamamra réitère l'engagement de « l'Algérie qui ne ménagera aucun effort pour qu'elle soit au niveau des attentes des Africains et des Arabes qui ont agréé la candidature de l'Algérie à assumer un siège aux Nations-Unies pour 2024-2025».
Prenant la parole, le vice-Premier ministre des Affaires étrangères de l'Ethiopie et président du CPS pour décembre 2021, M. Demeke Mekonnen, dira que «l'Ethiopie va souligner la nécessité d'avoir une meilleure coopération et une synergie à travers le Conseil de sécurité des Nations-Unies, en dépit des incertitudes de la situation actuelle.»
L'intervenant explique que la question de l'état de la paix et de la sécurité en Afrique est une question qui a été largement débattue et de manière approfondie durant ce séminaire. «Nous avons noté le progrès fait dans notre détermination collective à régler et prévenir ces problèmes. L'Afrique est toujours touchée par ces conflits, quelquefois compliqués par des facteurs externes à notre continent».
Des conflits qui, dit-il, ne peuvent être levés qu'en redoublant d'efforts et en travaillant ensemble. «La solidarité panafricaine c'est le lien qui va libérer notre continent du colonialisme.»
À l'issue de la cérémonie de clôture, Retyab Kamel, chargée des études au niveau du ministère des Affaires étrangères algérien, a présenté à la presse les grandes lignes des recommandations qui ont découlé de ce séminaire. Une rencontre importante qui a mis en avant la nécessité d'unifier les rangs africains.
Parler d'une même voix et travailler ensemble sur le danger du terrorisme dont les frontières sont allées au-delà de larges régions qui ne connaissaient pas auparavant ce danger. Réduire les chances du terrorisme de s'introduire dans la Toile en particulier les réseaux sociaux. Faire participer des jeunes, des femmes et des dirigeants religieux dans les politiques mises en place pour lutter contre le terrorisme. Mais aussi, dénoncer les pays qui soutiennent et financent les groupes terroristes et œuvrer à assécher les ressources pour les groupes terroristes.
Parmi les recommandations de ce séminaire, les participants ont souligné l'importance de définir les concepts, afin que tout un chacun au niveau des pays africains utilise les bons concepts à l'effet de définir les bonnes politiques à même de traiter les phénomènes qui sont désignés comme un danger pour les pays africains.
Il est également question de la nécessité pour les pays africains de respecter les institutions qu'ils ont eux-mêmes mises en place, et de respecter les décisions qui en émanent.
A. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.