Comment défaire une démocratie ? Le cas de la Tunisie sous Kaïs Saïed    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison ferme requis contre l'ancien Premier ministre Abdelmalek Sellal    Le Conseil de la nation participe à la 33e Conférence extraordinaire de l'UIPA    Riche participation algérienne à la manifestation "Portes ouvertes des ambassades" à Washington    Nécessité de renforcer les services de réanimation en moyens matériels et humains pour une meilleure prise en charge des malades    Le Conseil de la nation prend part à une conférence sur les droits et conditions des personnes âgées dans la région arabe    Le Président Tebboune reçoit le ministre saoudien des Affaires étrangères    Le moudjahid Abbas M'hamed, un parcours remarquable au service du pays    Chanegriha supervise un exercice tactique au niveau de la 5ème Région militaire    Algérie-République tchèque: Signature d'un procès-verbal de coopération dans le domaine minier    Arkab appelle à la mise en place d'une stratégie de valorisation des mines de marbre en Algérie    Le Barça s'intéresse à Koulibaly    Leeds : Kalvin Phillips dans le viseur de Manchester City    Ligue Europa: l'Eintracht Francfort l'emporte aux tirs au but face aux Glasgow Rangers    L'imposture totalitaire à l'aune de la duplicité dialectique: Lorsque les médias occidentaux jettent une lumière crue sur des vérités trop longtemps dissimulées    Football - Ligue 1: Les poursuivants à l'affût    Tiaret : le mouvement sportif en deuil: Hadj Moumene Ahmed n'est plus    Les bases de la transition énergétique    La nouvelle guerre de l'information ou «La vérité si je mens»    Plaques de signalisation routière, chaises métalliques...: Une bande spécialisée dans le vol démantelée à Bir El Djir    Université: La formation d'ingénieurs privilégiée    Céréales : les stocks stratégiques suffisants    Saison estivale: 550.000 m3/jour pour l'alimentation en eau potable    Tlemcen: Le salon de l'étudiant de retour    La femme et le réajustement des ordres établis    L'ivrogne, ce que dit le cœur et ce que dit la bouche    L'archéologie islamique en question    Brèves Omnisports    La double confrontation face à la Palestine fixée    «Il couronnera le triomphe électoral du parti»    La dernière trouvaille du Makhzen    Manifestation à Londres contre l'extradition de Julian Assange    La Médiation internationale se mobilise    Pourquoi les prix ont baissé    Des faussaires de billets de banque arrêtés    Pêche en eau trouble    Une femme à la tête d'un gang de voleurs    La Sonelgaz se met de la partie    Les entreprises privées du Btph suffoquent    Une amitié de 60 ans sans aucune ride    Le message fort du président Tebboune    Mbappé quasiment d'accord    Amara Rachid: de l'école au maquis    Les nouveaux membres installés    Amar Metref ou la voix d'un humble    Armée sahraouie : nouvelles attaques contre les positions des forces de l'occupant marocain dans le secteur de Mahbes    Justice: 10 ans de prison requis contre Skander Ould Abbès et 5 ans contre Tliba    Recadrage en règle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis
Sénatoriales du 5 février
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 01 - 2022

Le refus par l'Autorité nationale indépendante des élections de toute possibilité de remplacement d'un dossier de candidature au scrutin portant renouvellement partiel des membres du Conseil de la Nation, sauf en cas de décès, suscite l'ire de nombre de partis prenant part à cette élection prévue le 5 février prochain.
M. Kebci-Alger (Le Soir)- Le président de l'Anie, Mohamed Charfi, l'avait clairement signifié la semaine dernière, lors de sa présentation des données liées à cette élection. Dans sa conférence de presse, il avait signifié que le candidat à cette élection ne peut être changé ou remplacé qu'en cas de décès de celui-ci. Autrement dit, comme il l'a d'ailleurs expliqué, «le candidat dont le dossier a été rejeté et par l'Anie et par la justice ne peut être remplacé par un autre candidat». Suffisant pour que cette mesure suscite la colère de nombre de partis prenant part à cette élection surtout que Charfi avait fait part de pas moins de «31 dossiers de candidature rejetés et de 56 autres dossiers toujours à l'étude».
Ainsi, le parti du Front de libération nationale, le Rassemblement national démocratique, le Front el Moustakbal et le mouvement el Binaa ont, dans un premier temps, protesté via une lettre commune auprès de l'Anie, signifiait, hier mercredi, le chargé de la communication du parti que dirige Tayeb Zitouni. Une démarche infructueuse qui a poussé, selon Safi Larabi, le quatuor à «impliquer leurs groupes parlementaires à l'Assemblée populaire nationale puisque ayant la qualité de législateurs». Ce qu'ils ont fait en publiant un communiqué commun où ils dénoncent des «cas d'exclusion de candidats aux élections de mi-mandat au Conseil de la Nation».
Pour les groupes parlementaires du FLN, RND, Front el Moustakbal et El Binaa, il s'agit de solliciter l'Anie afin qu'elle accorde à ces partis leur «droit légal de remplacer les candidats exclus et de faciliter la suite du processus de construction des institutions constitutionnelles élues conformément à la loi et sur la base de mesures et procédures administratives claires et unifiées». Et de préciser dans leur requête qu'il n'y a pas de trace de «tout article explicite indiquant qu'il n'est pas possible de remplacer les candidats exclus qui ont présenté leur candidature sous le couvert de partis politiques». Ceci non sans relever «l'absence d'instruction interne émise par l'autorité électorale pour clarifier et expliquer le problème».
Les quatre groupes parlementaires poursuivent leur plaidoyer, mettant l'accent sur le fait que la «lecture claire de l'article 225 de la loi électorale, qui ne prévoit la possibilité de substitution que dans deux cas, à savoir le décès ou la survenance d'un empêchement légitime, donne aux partis politiques le droit aux partis de remplacer les candidats exclus tant que l'exclusion est considérée comme un empêchement légitime». Et de qualifier les décisions de l'Autorité nationale indépendante des élections de «contradictoires, illégales, injustifiées et contraires aux us électorales».
Pour le porte-parole du RND qui précise que le parti «n'a qu'un seul cas de remplacement, celui du candidat d'Oran», l'Anie a fait une «lecture erronée» de la loi électorale qui, précise-t-il, «ouvre le droit aux partis de présenter des candidats en leurs noms contrairement à l'interprétation faite selon laquelle les candidatures sont individuelles».

Vers l'absence du FLN à Alger
Ceci, et sur le plan des candidatures à ce scrutin, en plus d'être absent dans pas moins de huit wilayas du pays, le parti du FLN risque fort de manquer dans une autre et pas des moindres puisqu'il s'agit de l'emblématique capitale. Et pour cause, la candidature de Nacer Benchabi, ex-maire de Bordj-el-Bahri, classé premier lors des primaires organisées par le parti, ayant été rejetée suivant l'article 184 de la loi électorale, le vieux front a organisé de secondes primaires au dernier jour de dépôt des dossiers de candidature, précise une source proche de la direction nationale du vieux front. De secondes primaires qui ont souri au mouhafedh de Dar-el-Beïda, Meftah Mimoun, classé pourtant deuxième lors des premières primaires, derrière Abdelkrim Ben-M'barek, le mouhafedh de Bouzaréah, qui aurait dû être choisi pour remplacer l'ex-maire de Bordj-el-Bahri. Selon notre source, ce retard risque de «coûter au vieux front une absence historique» à Alger, ce qui «ouvrira grandement les portes de la victoire à la candidate du Front el Moustakbal», ajoute-t-on de même source.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.