Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les médecins alertent sur les dangers de l'automédication
RUEE SUR LES MEDICAMENTS ANTI-COVID-19
Publié dans Le Soir d'Algérie le 29 - 01 - 2022

Attention aux risques de l'automédication ! Le recours systématique sans avis médical à des médicaments pour traiter l'infection au variant Omicron du coronavirus est à proscrire. Les professionnels de la santé mettent en garde justement contre cette pratique dangereuse. Selon eux, l'utilisation abusive de ces produits pharmaceutiques et le non-respect des posologies peuvent être toxiques.
Rym Nasri - Alger (Le Soir) - Depuis l'explosion des cas de contamination au variant Omicron du Sars-CoV-2, beaucoup de personnes testées positives à ce virus ou présentant des symptômes prennent des médicaments sans l'avis des médecins. La ruée sur les officines pour acquérir certains produits pharmaceutiques en témoigne. Pourtant, l'automédication est souvent inefficace mais, en plus, dangereuse.
Alertant sur les dangers de cette pratique, le président de la Société algérienne d'immunologie, le professeur Kamel Djenouhat, avait affirmé qu'ailleurs dans le monde, aucun traitement n'est prescrit pour l'Omicron. «C'est une infection très bénigne. Les médicaments ne sont réservés qu'aux personnes vulnérables», précise-t-il.
Pour lui, les prescriptions d'antibiotiques, de corticoïdes, de vitamine C, de vitamine D, voire même d'anticoagulants, n'ont aucun sens. D'autant, souligne-t-il, «90% des cas Omicron ne devraient pas être traités. Le meilleur traitement d'une infection virale est le repos».
Membre du Comité scientifique de suivi de l'évolution de la pandémie de coronavirus, le Dr Lyes Akhamouk souligne, à son tour, les dangers de l'automédication contre le coronavirus surtout, dit-il, «avec un protocole médicamenteux aussi fourni».
Selon lui, rien que l'utilisation des vitamines peut être dangereuse chez certaines personnes. «Il faut être alerte avant de prendre des vitamines, notamment la vitamine D et la vitamine C. Elles peuvent être très dangereuses pour les reins si elles sont prises au-delà de la dose conseillée», met-il en garde. Le spécialiste en maladies infectieuses alerte également sur les dangers de l'utilisation systématique et abusive d'autres médicaments dans le cas d'une infection au variant Omicron. Il cite le paracétamol, un antipyrétique vendu en accès libre en pharmacie, dont le surdosage peut entraîner des lésions hépatiques, ainsi que les anti-inflammatoires qui peuvent être dangereux pour les reins. «Imaginez l'impact d'un anticoagulant ou d'un antibiotique pris de manière aléatoire ou exagérée par les malades ! Une prescription abusive des antibiotiques va engendrer des résistances à ce produit que nous allons payer pendant des années. Quant aux anticoagulants, ils peuvent donner des hémorragies graves», détaille-t-il. D'ailleurs, poursuit-il, «les formes légères d'Omicron ne nécessitent ni antibiotiques ni anticoagulants».
Il évoque aussi le risque de décès notamment dans les cas des interactions médicamenteuses. «Parfois, certains médicaments ne peuvent être pris avec d'autres mais les malades ne peuvent pas le savoir», explique-t-il.
Le Dr Akhamouk fait savoir, à cet effet, que nombre de personnes se sont retrouvées avec des poumons endommagés suite à l'utilisation anarchique de l'oxygène médical lors de la troisième vague de Covid-19.
De son côté, le président du Conseil national de l'ordre des médecins, le Dr Mohamed Bekkat Berkani, déplore que des pharmaciens délivrent facilement des médicaments, souvent inutiles pour le traitement du variant Omicron du Sars-CoV-2, sans prescription médicale. «Les malades sont inquiets et ont l'impression qu'ils ne peuvent pas rester sans traitement lourd avec des antibiotiques, des anticoagulants et des corticoïdes. Or, une infection virale ne se traite en général que lorsqu'il y a complication mais l'automédication est facilitée gravement par les officines qui délivrent ces médicaments sans ordonnance», regrette-t-il.
Affirmant que cette pratique ne peut que nuire à la santé, il cite l'exemple des antibiotiques dont la consommation abusive peut induire plus tard, de façon individuelle et collective, une résistance à ces médicaments.
Pour le Dr Bekkat, les responsabilités sont multiples et partagées. Il estime que le Comité scientifique de suivi de l'évolution de la pandémie de coronavirus a un rôle à jouer pour mieux gérer cette situation. «Il aurait pu au moins dicter au corps médical la conduite à tenir et mettre à leur disposition des ordonnances référentielles», dit-il.
Ry. N.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.