L'Opep+ décide de prolonger la Déclaration de coopération jusqu'à fin 2023    Le Président Tebboune adresse une invitation à son homologue somalien pour le Sommet arabe d'Alger    Elections partielles à Tizi-Ouzou: le FFS promet d'associer les citoyens dans la gestion de la commune    Déclaration de politique générale du Gouvernement: les députés plaident pour la modernisation du système financier    Le Président Tebboune reçoit un appel téléphonique de son homologue allemand    Parlement arabe: le sénateur Abdelkrim Koreichi plébiscité président de la Commission des AE    Revirement de Madrid sur le Sahara occidental : "une grave violation" du droit international    Rebiga reçu par les membres du Conseil présidentiel libyen    65e anniversaire de la bataille d'Issine : une occasion pour rappeler la cohésion et la solidarité algéro-libyenne    Tlemcen: raccordement de 428 exploitations agricoles au réseau électrique depuis mars    CHAN 2023 / Constantine : le stade chahid Hamlaoui sera prêt "prochainement"    Le Président Tebboune reçoit le MAE portugais    Nouvelles agressions marocaines    Le projet prend forme    Pluies orageuses sur le Centre et l'Est du pays jusqu"à mercredi soir    Gymnastique/Championnat arabe: illustration de l'Algérie et l'Egypte en individuels    Les félicitations du président    Le silence de la communauté internationale déploré    Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Installation des nouveaux président et commissaire d'Etat du Conseil d'Etat    Le 14e FIBDA s'ouvre à Alger    Améliorer la situation socio-professionnelle dans le projet de loi de l'artiste    Le silence dans l'œuvre d'Assia Djebar    Inter-Barça : Xavi indigné par l'arbitrage de la rencontre    Importation du matériel agricole: La décision entre en vigueur la semaine prochaine    Le dépistage systématique recommandé: Le cancer du sein tue 3.500 algérienne par an    Bouira: Sensibilisation sur les dangers des pétards et des feux d'artifice    Environnement n'est pas juste gestion des ordures    Il y a dix ans nous quittait Abdelkader Freha: Une légende toujours vivace    Ligue 2 - Changement de staffs techniques: Majdi El Kourdi au RCK, Boufenara au NAHD    SNTF: Grève surprise des conducteurs de train    Financement occulte de la campagne présidentielle de 2019: Saïd Bouteflika condamné à 8 ans de prison    Le Maroc enchaîne les revers    Xi Jinping a refaçonné l'armée chinoise mais aussi la région    Déluge de questions à l'APN    Amer Ouali Rachid, nouveau président    «Le gouvernement doit corriger son action»    Les enseignements d'une révolte    Les bienfaits de la médecine naturelle    Les «pétards» se mettent au...digital!    Algérie-France : c'est du concret!    Benzerti relance les Vert et Rouge    Boufenara, nouvel entraîneur    Début des éliminatoires vendredi au Caire    «Le bourreau et la victime n'ont pas la même mémoire»    Des maisons d'édition à profusion    Les super guerriers algériens présents en force    De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



MASSACRES D�ALG�RIENS DU 17 OCTOBRE 1961
Comm�moration dans un climat de r�habilitation du colonialisme
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 10 - 2010

Ce ne sont ni les historiens de renom, ni les associations ni encore moins de grandes personnalit�s politiques qui ont manqu� pour demander inlassablement chaque ann�e �la reconnaissance officielle du crime commis par l�Etat fran�ais les 17 et 18 octobre 1961�. Un �ni�me appel collectif cette ann�e, des regroupements et manifestations nombreuses. Sauf que cette ann�e, cette comm�moration va se d�rouler dans une conjoncture tr�s particuli�re : une pol�mique sans fin sur le film Hors-la-loi ; un travestissement de l�histoire et une appropriation par le pouvoir de Sarkozy du discours de l�extr�me droite et des nostalgiques de l�Alg�rie fran�aise et, comble de la provocation, l�inauguration en grande pompe, mardi 19 (au surlendemain de la comm�moration des massacres) de la �Fondation pour la m�moire de la guerre d�Alg�rie� en application de la loi de f�vrier 2005 sur les �aspects positifs de la colonisation�.
De notre bureau de Paris, Khedidja Baba-Ahmed
Des fleurs jet�es dans la Seine en m�moire de ceux qui y ont �t� jet�s il y a de cela pr�s de cinquante ans ; des discours et t�moignages de personnalit�s ; des historiens connus pour le travail colossal qu�ils effectuent et leur pugnacit� � aller de l�avant malgr� le silence qui leur fait �cho et l�autisme qui caract�rise ceux qu�ils interpellent, et qui continuent � garder l�omerta sur ce pan de l�histoire coloniale fran�aise : c�est tout cela les comm�morations en France des massacres du 17 Octobre auxquelles viennent t�moigner chaque ann�e de nombreux rescap�s alg�riens qui ont v�cu ces terribles �v�nements mais qui sont de moins en moins nombreux � venir, la mort ayant, entre-temps, fauch� beaucoup d�entre eux. Cette ann�e, c�est plut�t la liste de ceux qui appellent aux rassemblements qui s�est �toff�e. Les dizaines d�associations, d�organisations et de partis politiques qui ont sign� l�appel rappellent ce que fut cette nuit d�horreur et de massacres et interpellent le pouvoir fran�ais. C�est d�un �crime d�Etat� dont parlent les signataires. Pour rappel, quelques mois avant Octobre 1961, le FLN avait d�cid� d�exporter le conflit alg�rien sur le territoire fran�ais pour mettre la pression sur la d�l�gation fran�aise lors des n�gociations. La f�d�ration de France du FLN avait pour consigne de mobiliser ses membres pour faire conna�tre la r�volution aux fran�ais de �m�tropole �, leur faire d�couvrir le visage d�un syst�me colonial. La f�d�ration FLN de France s�est fortement renforc�e aupr�s des Alg�riens en France. Il fallait, pour le pouvoir colonial fran�ais qui constatait l�influence grandissante du FLN en France, d�manteler cette organisation et tout son r�seau. Maurice Papon, pr�fet de police de la Seine, d�cr�te alors un couvre-feu discriminatoire. Le soir du 17 Octobre 1961, � partir de 20h, de tr�s nombreux alg�riens sortent, en rangs organis�s, manifester pacifiquement (aucune arme chez les manifestants) contre les mesures racistes prises � leur encontre et sensibiliser les fran�ais de France sur ce qui se d�roulait en Alg�rie en leurs noms. La r�pression a �t� f�roce : bain de sang, assassinats collectifs de plusieurs centaines de personnes, dont beaucoup jet�es dans la Seine et certaines durement bless�es ; tortures dans les locaux de camps am�nag�s dans les infrastructures d�Etat (pr�fecture, Palais des sports, commissariats�). A. Far�s, juriste et politologue, �voque d�ailleurs � cet effet ce qu�en disait dans la revue Temps modernes l��crivain Paul Sartre, r�volt� par ce massacre : �Les juifs parqu�s au Vel d�Hiv sous l�occupation nazie �taient trait�s avec moins de sauvagerie par la police allemande que ne le furent au Palais de sports, par la police gaulliste, les Alg�riens�. Apr�s quelques jours et des protestations de certains Fran�ais qui n�en revenaient pas de ce traitement, ces Alg�riens, dans un piteux �tat, furent renvoy�s en Alg�rie o� ils ont �t� pris en charge (on imagine comment) par les paras du g�n�ral Massu et du colonel Bigeard. Pour rappel encore, tous ces massacres se sont d�roul�s sous l�autorit� d�un Etat dont le pr�sident �tait de Gaulle, assist� de Michel Debr�, Premier ministre, et Christian Fouchet, ministre de l�Int�rieur. Au m�pris de tout, les pouvoirs fran�ais, de gauche comme de droite, poursuivent le mensonge en niant l��vidence, et ce, malgr� les r�sultat d�enqu�tes, de t�moignages de survivants des massacres et de policiers repentis encore vivants, de documents d�archives (pas tous encore autoris�s d�acc�s). Alors que tous ces travaux concluent au massacre de centaines d�Alg�riens assassin�s ou bless�s, le bilan officiel fait mention de 3 morts, dont un par crise cardiaque ! Cesser le mensonge sur ce qui constitue un crime d�Etat, c�est ce que demandent les manifestants qui comm�morent aujourd�hui ce massacre et qui soulignent que �la France, 49 ans apr�s, n�a toujours pas reconnu sa responsabilit� dans les guerres coloniales qu�elle a men�es� et qu�il est temps de le faire et d�assumer son histoire. La libert� effective d�acc�s aux archives pour tous, historiens et citoyens, constitue le deuxi�me volet de cet appel. Il faut savoir, en effet, que la loi sur les archives, vot�e en 2008, fixe des d�lais de consultation aux dossiers judiciaires et de ce fait �retardera en particulier les recherches sur l�organisation criminelle de l�OAS�. Les signataires de l�appel consid�rent que �la recherche de la v�rit� s�impose pour cette p�riode sombre de notre histoire comme elle s�est impos�e pour la collaboration vichyste avec l�Allemagne nazie�. Ce n�est qu�� ce prix-l�, disent-ils, �que pourra dispara�tre la s�quelle la plus grave de la guerre d�Alg�rie, � savoir le racisme dont sont victimes aujourd�hui nombre de citoyens ou de ressortissants d�origine maghr�bine ou des anciennes colonies, y compris sous la forme de violences polici�res parfois meurtri�res�. En guise de r�ponse � leur demande de �d�veloppement de la recherche historique sur ces questions dans un cadre franco-alg�rien et international�, le pouvoir vient de donner une r�ponse, qui, si elle n�est pas tout � fait inattendue dans un climat hexagonal fait de racisme d�Etat et de rejet de l�autre, n�en est pas moins proprement scandaleuse. Le secr�taire d�Etat � la d�fense, dans un communiqu� qu�il a fait parvenir � la presse, informe de �l�installation aux Invalides, mardi 19 octobre, de la fondation pour la m�moire de la guerre d�Alg�rie, des combats du Maroc et de la Tunisie, pr�vue par l�article 3 de la loi du 23 f�vrier 2005�. Sachant que cette loi avait pour fondement la glorification des bienfaits de la colonisation, peut-on, d�s lors, donner du cr�dit aux propos de Hubert Falco, secr�taire d�Etat � la d�fense et aux anciens combattants qui pr�sente, dans son communiqu�, la fondation qu�il s�appr�te � installer comme devant �tre �au service de l�histoire�. Peu de cr�dit et pour plusieurs raisons : une fondation inspir�e de la loi du 23 f�vrier ; le Conseil d�administration et le Conseil scientifique qui seront install�s mardi seraient, avons-nous appris, constitu�s essentiellement de militaires (g�n�raux ayant combattu en Alg�rie) et d�associations d�anciens combattants ; un refus cat�gorique des historiens qui se sont investis dans l��criture de l�histoire coloniale (Gilbert Meynier, Benjamin Stora, Jean-Pierre Rioux�) d�int�grer cette fondation. Et comme le d�clarait en septembre � T�l�rama, l�un d�entre eux, Jean-Charles Jauffret, historien sp�cialiste de l�histoire militaire coloniale, �avec la fondation pour la m�moire de la guerre d�Alg�rie on va fortifier les ultras. En ligne de mire, il y a �videmment l��lection pr�sidentielle de 2012�. C�est peu dire que cette fondation est loin de permettre d��crire objectivement l�histoire et encore plus loin encore de concourir � l�apaisement des relations avec Alger.
K. B.-A.
�Des organisations kabyles pour comm�morer le 17 Octobre�
Le Mouvement pour l�autonomie de la Kabylie (MAK) a �mis un appel pour �un rassemblement le dimanche 17 octobre. Si ce rassemblement se fait � Saint-Michel, il n�a cependant lieu ni au m�me moment ni au m�me endroit que celui auquel appelle une multitude d�associations. Jusque-l�, rien de bien anormal : le MAK est en droit de ne pas se joindre aux autres manifestants. Toutefois, ce qui interroge, c�est la suite de l�appel, se rassembler pour : �Rendre hommage aux morts du 17 Octobre 1961, majoritairement kabyles, victimes de la r�pression de Maurice Papon.� Et dans un autre texte sur cette comm�moration, il y a ceci : �Les victimes de l��poque se voient arabis�es � titre posthume.� Sans autres commentaires, c�est inutile !
Quelques comm�morations � Paris et en Province
Deux rassemblements aujourd�hui � Paris au Pont Saint-Michel, l� o� tant de victimes furent jet�es � la Seine il y a 49 ans : le premier se tiendra � 11h15 au Pont Saint-Michel, organis� par Bertrand Delano� et auquel prendront part l�ambassadeur d�Alg�rie en France et ceux de Jordanie, de Palestine, de la Mission de la Ligue arabe � Paris, de Syrie, des ambassadeurs d�Egypte et de Tunisie aupr�s de l�Unesco. Le deuxi�me se d�roulera � 17 h, toujours au Pont Saint-Michel. Organis� par une multitude d�associations, de partis et de syndicats, dont 17 Octobre contre l�oubli, Agir contre le colonialisme aujourd�hui, association des amis de Max Marchand, de Mouloud Feraoun et de leurs compagnons ; Au nom de la m�moire ; Ligue des droits de l�Homme, MRAP, Association des familles et des prisonniers et disparus sahraouis, PCF, NPA, Parti de gauche� et de nombreux autres signataires de l�appel. Au Centre culturel alg�rien : le Centre culturel alg�rien a organis� jeudi 14 octobre une projection du film Dissimulation d�un massacre de Daniel Kupferstein suivie d�un d�bat avec Jean-Luc Einaudi et en pr�sence du directeur du Centre, Yasmina Khadra. Le film, extr�mement document�, avec beaucoup de t�moignages et d�images exclusives d��poque, a emport� l�adh�sion de tous les participants. Une int�ressante exposition de photos de la manifestation du 17 Octobre, d�articles et de documents historiques a permis aux visiteurs du Centre de d�couvrir, en quelques panneaux, l�horreur du massacre. Rassemblement au Pont de la Guilloti�re et berges du Rh�ne, Lyon : organis� par le Collectif lyonnais du 17 Octobre 1961, Agir ensemble pour les droits de l�Homme, Association pour la promotion de la culture alg�rienne, Maison des passages�. Ville de Bobigny : la comm�moration du 17 Octobre dans cette ville des Hauts-de-Seine prend diverses expressions : conf�rences-d�bats, projection de films documentaires sur l��v�nement�


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.