Barça : Iniesta cite les trois joueurs clés pour remporter le Clasico    Le Hirak maintient la pression    Acquittement pour 32 activistes    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    L'option du rationnement écartée ?    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Regroupement en tête    Charef Eddine Amara, candidat unique    Le devoir de réagir    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    Djabou, le retour    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Assemblée élective de la Fédération algérienne de football : Belmadi réaffirme sa "neutralité"    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Les walis soumis à une évaluation périodique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    Un organisme marin toxique et mortel: Présence de la méduse «la galère portugaise» sur les côtes oranaises    Tlemcen: Plaidoyer pour une «communauté d'entrepreneurs»    Allégations d'agression sexuelle sur un mineur: De graves accusations contre six individus     Le Palais des expositions en fête    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    8700 logements sociaux distribués    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    L'APLS poursuit ses attaques contre les forces d'occupation marocaines    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    Pourquoi voulait-on piéger Hanoune ?    La note de Ouadjaout    La thyroïde, apprendre à la connaître    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





FESTIVAL DE CIN�MA DE SUNDANCE
Redford veut maintenir l'esprit d'une manifestation �modeste�
Publié dans Le Soir d'Algérie le 23 - 01 - 2011

L'acteur am�ricain Robert Redford a souhait� jeudi, en ouverture du 27e festival de cin�ma de Sundance � Park City (Utah, ouest des Etats-Unis), que la manifestation conserve son esprit �modeste�, et a r�fut� toute d�rive commerciale du festival.
Robert Redford, 74 ans, se pr�tait � la traditionnelle conf�rence de presse donnant le coup d'envoi du plus grand festival am�ricain de cin�ma ind�pendant, qui se tiendra jusqu'au 30 janvier dans la station de sports d'hiver de Park City, non loin de Salt Lake City. �Garder un esprit modeste pour ce festival est fondamental. On peut devenir plus gros, plus grand, avoir toujours plus de succ�s, mais conserver cette id�e (de modestie) est ancr� en nous�, a d�clar� l'acteur, qui a fond� Sundance il y a plus de 25 ans. Robert Redford a ensuite retrac� les grandes �tapes de l'histoire du festival, soulignant qu'il avait voulu y �recr�er une sorte de communaut� de cin�philes au service du cin�ma ind�pendant. �L'id�e a toujours �t�, tr�s simplement, de faire tout ce qui �tait en notre pouvoir pour offrir de nouvelles opportunit�s aux artistes. C'�tait notre engagement et �a le reste�, a-t-il dit. Robert Redford a �galement r�fut� la d�rive commerciale du festival, une critique r�currente ces derni�res ann�es, alors que Sundance est devenu le terrain de chasse favori des studios hollywoodiens pour d�nicher les talents de demain ou les nouvelles tendances. �Nous faisons ce festival de la m�me mani�re que nous le faisions il y a 25 ans. Rien n'a chang� dans la fa�on de programmer �, a-t-il assur�. �Nous ne programmons pas un film pour des raisons commerciales, mais pour d�couvrir des id�es neuves, et un langage plus ind�pendant. Notre m�tier est de proposer, pas forc�ment de d�cider, cela, c'est du ressort du public�, a-t-il affirm�. �J'aime tous les films programm�s cette ann�e. Certains d'entre eux seront d�test�s du public, d'autres ador�s. C'est la r�gle du jeu�, a-t-il ajout�. �A la cr�ation du festival, beaucoup de gens me disaient : �Ton id�e ne va pas marcher car elle n'est pas commerciale. Avec ces films, tu ne pourras pas montrer de bandes-annonces, tu ne pourras pas faire de publicit� ou de marketing�, se souvient-il. �J'essayais de leur expliquer que ce n'�tait pas notre but. Notre objectif est seulement de montrer ce qui existe, de cr�er une plateforme pour que les cin�astes et le public puissent d�couvrir cette production. Ce qu'elle devient ensuite, c'est vraiment le travail d'autres personnes. On ne peut qu'esp�rer que �a se passe le mieux possible�, d�clare-t-il. L'acteur a �galement r�agi � un autre grand classique de Sundance : les manifestations contre certains films de la programmation. Cette ann�e, par exemple, l'�glise fondamentaliste de Westboro a promis de manifester contre la projection de Red State de Kevin Smith, un film d'horreur dont le psychopathe aurait �t� inspir� par Fred Phelps, le fondateur de l'�glise. Prudent, Robert Redford s'est limit� � r�p�ter qu��en tant que festival, nous essayons de transcender les clivages politiques�. Mais il a reconnu toutefois que �d'un point de vue personnel, le militantisme social a toujours �t� partie int�grante de ma vie. Je ne vais pas le nier�. Le festival devait commencer jeudi soir avec la projection du documentaire Project Nim du Britannique James Marsh, qui retrace le destin du chimpanz� Nim, �lev� comme un enfant par des chercheurs dans les ann�es 1970 pour �tudier la communication entre l'homme et son plus proche cousin.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.