Le nouveau tsar    Djerad préside une cérémonie de remise des clefs à 1.000 bénéficiaires de logements AADL à Baba Hassen    Chanegriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    Débat virtuel sur le hirak avec Bouchachi et Belkaïd    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Les candidats à l'instance présidentielle connus mardi prochain    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Deux navires de Sonatrach mis sous séquestre    Les Syriens et les Français en tête    Disponibilité d'Android 11 Beta sur OPPO Find X2 Series    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    L'épreuve    28 décès dus à la Covid-19 en 48 heures    Les sapeurs-pompiers en formation    Les médecins critiquent la gestion de la crise    9 décès et 413 nouveaux cas en 24 heures    «L'obstination de certains pour un projet inutile»    L'appel de la terre natale à ses enfants martyrs de la liberté    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Un lectorat espagnol au campus de Béjaïa    Chlef : Le projet des deux trémies toujours en souffrance    Biskra : La Casnos active un portail électronique pour ses affiliés    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Brèves    Session de l'APW d'Oum El Bouaghi : Radioscopie du secteur éducatif    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    Agression de l'éditeur Karim Chikh : Vague d'indignation sur la toile    Paléontologie : Le jurassique au pied de la cite Malki    Ligues 1 et 2: Encore des divergences sur la reprise    En dépit d'une décision de l'UE: L'Espagne ne rouvrira pas ses frontières aux Algériens    Non respect des mesures préventives contre le Covid 19 : 1034 infractions en un mois    De l'eau pour tous...    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    Adrar: L'ex-député Mohamed Guerrot n'est plus    l'Algérie a honoré sa dette    ONU/CDH: l'Algérie appelle à Genève au respect de la souveraineté des Etats    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A�T AMRANE (BOUMERD�S)
La marche de la CNCD - partis politiques - r�prim�e
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 03 - 2011

R�pondant au souhait de la Coordination nationale pour le changement et la d�mocratie (CNCD-partis politiques), visant � d�centraliser au niveau local l�action citoyenne pacifique, les partisans de la CNCD Boumerd�s ont tent�, hier, d�organiser une marche pacifique dans la commune d�A�t Amrane, au centre de la wilaya de l�ex-Rocher noir.
Mais un important dispositif r�pressif des forces anti�meutes a emp�ch� des centaines de personnes de se diriger vers le centre-ville de cette localit�. �Ce n�est que la premi�re ! Nous reviendrons !�,ont clam� les marcheurs. Vers 10 h 45, une dizaine de marcheurs, dont des militants du RCD, ont d�ploy�, au niveau du carrefour � proximit� du si�ge de l�APC, des banderoles ainsi que l�embl�me national. �Syst�me d�gage�, �Le peuple veut la chute du r�gime �, lisait-on sur ces banderoles. Scandant des slogans hostiles au pouvoir, les marcheurs � peine leur procession entam�e qu�ils sont d�j� cern�s par un grand nombre de policiers. Sur les lieux, �taient �galement mobilis�s des agents en civil se tenant derri�re leurs coll�gues dot�s de boucliers et de gourdins. Les policiers ont ensuite tent� de disperser cette foule moyenne en arrachant des mains des manifestants banderoles et �criteaux. Mais tr�s rapidement, la foule a gonfl� pour atteindre plusieurs centaines de manifestants. De s�rieux d�rapages ont failli avoir lieu � plusieurs reprises, notamment lorsqu�un marcheur handicap� a �t� malmen� par les policiers ou que la cam�ra d�un militant ne soit brutalement confisqu�e par un agent de l�ordre. Elle lui a �t� par la suite restitu�e mais sans la cassette d�enregistrement. Il y a eu aussi le cas d�un marcheur qui s�en �tait pris au cameraman des renseignements g�n�raux par erreur pensant avoir � faire � celui de l�ENTV. Ahmed a �t� l�g�rement bless� au visage, apr�s que ses lunettes aient �t� fracass�es �Un policier en civil m�a donn� un coup de poing�, nous dira-t-il. Des marcheurs haranguaient les badauds : �Nous d�fendons nos droits et vos droits ! Nous ne sommes pas du cin�ma !� Cette critique a, semble-t-il, port� ses fruits. Et pour cause, certains jeunes, d�abord sceptiques sur le sort de cette marche au vu du petit nombre de manifestants � son d�part, ont fini par rejoindre la foule de protestataires. Au milieu de cette agitation, Arab, membre fondateur de la CNCD nationale et de l�aile de Boumerd�s, nous a d�clar� : �Nous manifestons pacifiquement pour un changement d�mocratique en dehors du syst�me et non � l�int�rieur du syst�me.� Estimant que ce changement du syst�me doit se faire pacifiquement et dans la transparence pour �viter le chaos. De son c�t�, Rabah Boucetta, membre de la direction du RCD, a improvis� une prise de parole pour, d�une part, expliquer les motivations politiques de cette contestation pacifique et, d�autre part, montrer du doigt les forces qui, selon lui, constituaient le syst�me politique lequel maintient les Alg�riens sous la dictature. P�dagogue, il expliquera � la foule : �Le pouvoir, c�est l�ex�cutif, c�est-�-dire le gouvernement ; le r�gime, c�est la pr�sidence et le gouvernement ; le syst�me est �largi au DRS, aux services de s�curit�, � l�UGTA, � certains medias dont des journaux dits ind�pendants ainsi qu�� d�autres forces. C�est tout cela qui doit changer.� Et de poursuivre : �Le 19 mars 1962, les Alg�riens ont sorti le colonialisme, et 50 ans apr�s, le peuple n�a toujours pas recouvr� sa libert�. Aujourd�hui, nous appelons les Alg�riens, y compris ceux au sein des services de s�curit� qui ont vu leurs parents se sacrifier durant la r�volution de novembre, � se mobiliser pour mettre fin � la dictature.� L�orateur a affirm� que, d�sormais, chaque samedi, une marche pacifique sera organis�e dans l�une des communes de la wilaya de Boumerd�s. La prochaine �tape sera la ville de Bordj- M�na�el. A la mi-journ�e, la foule s�est dispers�e dans le calme, avec, pour les organisateurs, le sentiment d�avoir r�ussi au moins � casser le mur de la peur dans la wilaya de l�ex-Rocher noir. Ce qui, au d�part, n��tait pas �vident. Dans l�apr�s-midi, la coordination a rendu public un communiqu� pour �saluer la mobilisation des citoyens en cette date historique du 19 mars, et ce, malgr� une campagne de d�sinformation orchestr�e par le DRS et ses relais m�diatiques.�
Abachi L.
BOUIRA
Des centaines de citoyens mobilis�s pour exiger le d�part du syst�me
Encore une fois, des centaines de personnes ont r�pondu � l�appel de la CNCD de Bouira, pour exiger le d�part du syst�me. Tout au long de leur itin�raire, depuis la place des Martyrs jusqu�au si�ge de la Wilaya, les marcheurs parmi lesquels les P/APC et des �lus locaux du RCD ainsi que le pr�sident du BR, Ahmed Boutata, des d�l�gu�s du mouvement citoyen, mais aussi d�autres personnalit�s de la soci�t� civile de la ville de Bouira, scandaient des mots d�ordre hostiles au pouvoir. �Pouvoir assassin�, �Bouteflika, Ouyahia, pouvoir ila lika (au revoir )�, �Djaza�r hourra dimocratia�, ou encore �voleurs, menteurs et ils se disent nationalistes�, mais surtout �ya Amirouche, ya Lhoues, Djaza�r machi Labas (l�Alg�rie n�est pas bien)�, �DRS berra (dehors)�, sont autant de slogans entonn�s. Arriv�s devant le si�ge de la Wilaya, un �tudiant a pris la parole pour lire une d�claration exhortant ceux qui ont r�pondu � l�appel, en honorant la wilaya � l�instar des autres wilayas du pays, Annaba, Constantine en passant par Oran, Alger et B�ja�a, � �tre vigilants et mobilis�s jusqu�au d�part du syst�me car, dira-t-il, aujourd�hui le peuple veut le changement du syst�me et non le changement dans le syst�me. Apr�s cette intervention, un �v�nement a failli d�g�n�rer lorsque des journalistes de la t�l�vision avaient essay�, depuis la cour de la Wilaya dont l�acc�s �tait interdit aux marcheurs, de filmer quelques s�quences. Des dizaines de jeunes se sont ru�s devant le portail et les journalistes de la t�l�vision ainsi que le photographe qui ont d� s�abriter � l�int�rieur de la Wilaya. Apr�s cet incident, la pr�sidente de la section f�minine du RCD a pris la parole pour inviter les autres femmes � braver la peur et � sortir afin d�honorer la m�moire de leurs a�eules et d'�tre les dignes h�riti�res de la Kahina et Lalla Fatma N�soumer. Pour sa part, le pr�sident du BR du RCD enflamma la foule en rappelant certaines v�rit�s concernant le maire d�El- Madania dont les baltaguis de la semaine pass�e ont ferm� le si�ge de l�APC pour des promesses non tenues de logements, ou encore les positions ambigu�s du pouvoir alg�rien qui continue � soutenir le dictateur Kadhafi. Avant d�appeler les gens � se disperser dans le calme, l�orateur rappellera les positions inali�nables du RCD et de Sa�d Sadi qui ont toujours �t� aux c�t�s du peuple m�me au plus fort moment du terrorisme et continuent � �tre toujours aux c�t�s du peuple malgr� les man�uvres malsaines et diaboliques du pouvoir qui essaye de diviser les Alg�riens et de cr�er l'esprit r�gionaliste et raciste. �Le peuple, dira-t-il, doit �tre vigilant afin de d�jouer toutes ces man�uvres et de poursuivre le combat jusqu�� la chute de ce syst�me et le changement radical qui ne saurait tarder�.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.