Les frères Kouninef devant le Procureur de la République près le tribunal de Sidi M'hamed    Libye: au moins 264 tués dans les combats depuis le 4 avril    Gaïd Salah s'offusque du boycott de la conférence de Bensalah    Le Brent à 74,43 dollars mardi à Londres    Barça : Repos forcé pour Rakitic    Pétrole iranien: Pékin proteste contre les sanctions américaines    La justice militaire passe à l'acte    Le fiasco Bensalah    La croissance économique de l'Algérie ne suit pas    Washington resserre l'étau autour de Téhéran    Les recettes douanières en légère hausse en 2018    Complément différentiel et montant-revalorisation    Dur sera le Ramadhan à Boumerdès    "C'est une épreuve provocatrice et humiliante"    Sous le spectre du boycott    Les manifestants soudanais maintiennent la pression    Aide mensuelle de 100 millions de dollars pour la Palestine    Abdelkader Zoukh remplacé par Abdelkhalek Sayouda    Le maintien encore possible    Inédite mobilisation pour secourir les supporters blessés    Décès d'un supporter    Oussama Sahnoune réussit les minima du 100 et 50m NL    Belamri se blesse    5 morts dans l'effondrement d'un immeuble de la Basse-Casbah    Les exclus cadenassent le siège de la daïra    Cinq morts et sept blessés dans une collision    Démantèlement d'une bande de malfaiteurs    Arrestation de trois dealers et saisie de 1962 comprimés psychotropes    Les étudiants maintiennent la pression    …sortir…sortir…sortir…    Zoukh sprinteur    Loin des yeux, près des cœurs ! (fin)    USMA: Kebir regrette d'avoir fait jouer Ibara    ESS - Sidhoum: «On peut renverser la vapeur à Béjaïa»    Sri Lanka: le bilan des victimes s'alourdit à 310 morts    Erosion, déversements des eaux, pollution, accès difficile...: Une plage «artificielle»... avec des problèmes «réels»    Selon Djilali Hadjadj: Près de 60 milliards de dollars détournés en Algérie en 15 ans    L'exception algérienne    La rue applaudit les décisions    Le bal des hypocrites    Analyse : Baisse de l'aide militaire US au Cameroun, une brèche pour la Russie ?    Ça chauffe à Aïn Berda    La saison 8 de Games of Thrones censurée en Chine    Un documentaire sur le royaume de Numidie en réalisation    La condition féminine en débat    La nouvelle Cupra Formentor sera produite dans l'usine Seat à Martorell    Victoire à la présidentielle du comédien Volodymyr Zelenskiy    La semaine de la langue espagnole    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





FOOTBALL
LAKHDAR BELLOUMI (PR�SIDENT-D�L�GU� DU MCO) : �On a des probl�mes avec l�opposition�
Publié dans Le Soir d'Algérie le 11 - 04 - 2011

Lakhdar Belloumi demeure l�une des l�gendes vivantes du football national, et il vient d��tre honor� par la FAF pour ses records de s�lections vu qu�il a port� � cent quarante-sept reprises le maillot de l�Alg�rie.
Il occupe actuellement le poste de pr�sident d�l�gu� du MCO, un club dont il a fait les beaux jours et qui r�alise une belle saison notamment avec la qualification aux demi-finales de la Coupe d�Alg�rie. Entretien int�ressant avec un ancien joueur tr�s �l�gant.
Le Soir d�Alg�rie : L�occasion du r�cent Alg�rie-Maroc, la FAF vous a honor�. Comment l�avez-vous v�cu ?
Lakhdar Belloumi : J�ai �t� honor� en tant qu�ancien capitaine de la s�lection mais aussi pour les cent quarante-sept s�lections que j�ai totalis�es au cours de ma carri�re. C�est un record d�Alg�rie dont je suis fier et je remercie la F�d�ration, notamment hadj Raouraoua, d�avoir pris cette initiative.
De ces 147 s�lections, quel est le meilleur souvenir que vous gardez ?
C�est difficile de n�en retenir qu�un seul.
C�est peut-�tre cette fameuse victoire contre l�Allemagne ?
Je retiens surtout que l�on a �crit l�une des plus belles pages de l�histoire du football alg�rien apr�s celle qui avait �t� �crite par les anciennes gloires du FLN durant la guerre de Lib�ration. Mon meilleur souvenir est d�avoir fait partie de cette g�n�ration qui a su reprendre le flambeau l�gu� par nos glorieux a�n�s.
Au chapitre des regrets, ne croyez-vous pas que vous auriez d� accepter les offres de plusieurs grands clubs europ�ens ?
Je n�ai pas de regrets profonds, mais avec du recul, je me dis que j�aurais d� terminer ma carri�re en Europe.
Il y a ceux qui pr�tendent que vous auriez fait mieux que Madjer si vous aviez accept� de jouer en Europe. Que r�pondez-vous ?
Je ne sais pas si j�aurais pu faire mieux que Madjer, mais je crois que j�aurais pu aller loin. Mais c�est un choix et surtout la chance d��tre au bon endroit et au bon moment. Prenez l�exemple de Zidane, il a la chance d��tre n� en France et de se retrouver au bon moment pour remporter une coupe du monde. S�il avait �t� s�lectionn� en Alg�rie, il ne serait jamais devenu champion du monde. A chacun son destin et en sport, il faut avoir de la chance pour percer au plus haut niveau.
Apr�s la gloire, tous les joueurs de votre brillante g�n�ration, qui sont devenus entra�neurs, n�ont pas r�ussi. Vous avez une explication ?
Parce que l�on n�a pas permis � la g�n�ration 1982 de reprendre le flambeau des anciens du FLN dans la gestion du football. Normalement, c��tait � nous de g�rer les affaires du ballon rond. Malheureusement, ce sont toujours les anciens qui y sont.
Parlons du MCO. Quelle est votre r�le exact en tant que pr�sident-d�l�gu� de ce club ?
Comme le titre l�indique, le pr�sident en exercice M. Mehiaoui m�a d�l�gu� ses pouvoirs parce qu�il est tr�s occup� par ses propres affaires et son statut de s�nateur. Mais le plus important est que, en tant qu�ancien international, je puisse faire b�n�ficier les jeunes du MCO de mon exp�rience et de mes connaissances.
Est-il vrai que le MCO a de gros probl�mes financiers ?
On a surtout des probl�mes avec une certaine opposition qui avait l�habitude de graviter autour du club. Mais avec l��v�nement du professionnalisme, le mode de gestion a commenc� � changer, et cela ne leur a pas plu.
Comment jugez-vous le parcours du MCO cette saison ?
Il est tr�s satisfaisant. En championnat, l��quipe est class�e dans la premi�re moiti� et elle vient de se qualifier avec brio aux demi-finales de la Coupe d�Alg�rie. Je vous rappelle que notre objectif cette saison est le maintien et on est bien partis pour le r�aliser. Je ne peux �tre que satisfait.
Une satisfaction, c�est la r�v�lation de certains jeunes comme ce Bela�lli ?
Oui, et c�est conforme � notre politique de lancement des jeunes. L�objectif est de pr�parer l��quipe pour de plus grandes ambitions la saison prochaine comme par exemple accrocher une place � une comp�tition internationale. Par ailleurs, on veut �tre � nouveau le p�le d�attraction de tous les jeunes de l�Oranie.
Pourquoi le football alg�rien n�arrive-t-il pas � produire un autre Belloumi ?
Je pense que les nouvelles g�n�rations ne pensent qu�� l�argent et oublient de travailler dur pour arriver au sommet. Ensuite, il faut dire qu�il n�y a pas de formation s�rieuse dans les clubs.
Que pensez-vous de la s�lection nationale actuelle ?
Apr�s la Coupe du monde, nos s�lectionn�s ont eu du mal � reprendre et la plupart d�entre eux �taient bless�s. De ce fait, ils ne jouaient pas et cela a pos� un s�rieux probl�me � Benchikha.
Quel est justement votre avis sur Benchikha ?
J�ai eu l�occasion de travailler avec lui � Sidi-Bel- Abb�s et je dois dire que cet entra�neur ma�trise bien son travail. Il faudrait qu�il ait la chance de retrouver des s�lectionn�s en pleine forme et comp�titifs.
Selon vous, qu�est-ce qui fait une grande �quipe, les joueurs ou l�entra�neur ?
Ce sont les joueurs, incontestablement. L�entra�neur est l� pour ramener une touche, un peu comme la cerise sur le g�teau.
Vous �tes l�un des rares joueurs � avoir affirm� votre appartenance politique au FLN. Avez-vous chang� de camp ?
Je suis issu d�une famille de moudjahid et je ne pouvais choisir que le FLN. Cela dit, aujourd�hui, je dirais que je suis pour l�Alg�rie tout simplement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.