Vaste mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Le FFS "fidèle à son esprit nationaliste et patriotique"    Un mémorandum d'entente sur les concertations politiques algéro-thaïlandaises    Les efforts de l'Algérie visant l'unification des rangs arabes et palestiniens soutenus    Renforcer et diversifier l'investissement touristique pour la promotion du tourisme    Salon de l'habitat: le Reverse Engineering, une source d'innovation    APN: chaud débat en perspective    Zineb El Mili inhumée au cimetière de Sidi Yahia à Alger    Réception de 2,5 millions de doses de vaccin    Mise en service de plusieurs structures sanitaires à Chlef    Tlemcen: Ilham Mekliti lauréate du concours du 14e Salon des arts plastiques    Hand/CAN 2022 (dames): "Ce sera difficile mais jouable"    Mémoire nationale: élaborer un guide académique pour l'enseignement de l'histoire    Sommet arabe: un tournant qualitatif dans l'action arabe commune en faveur de la cause palestinienne    Handball: décès de l'ancien international algérien Ahmed Hadj Ali    Foot (match amical) : Algérie A' - Soudan à huis clos    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le nouveau stade de Tizi-Ouzou sera livré dans les délais    Festival national du Malouf de Constantine : un spectacle des plus élégants à la troisième soirée    Alcool frelaté: 19 morts dans le nord du Maroc    Algérie A'- Soudan aujourd'hui à 20h00: Maintenir la dynamique des résultats    Ligue 1: Deux duels attrayants    Tiaret: L'usine de plaques PVC entre en production    De la dualité désordre-ordre humain à la guerre Ukraine-Russie    Tlemcen: Les nouveautés de la codification des marchandises    Huit agences de voyages agréées pour la Omra 1444: 21 millions de cts au minimum pour une «Omra simple»    Préservation des îles Habibas: Lancement de l'atelier chargé de l'élaboration du schéma directeur    Les chantiers de la santé : éviter de se perdre    A quand une rencontre Président-Maires ?    Sonatrach: Priorité à l'exploration    Une centaine de supporters blessés    LA VIE... ET LE RESTE    Tensions accrues au Sahel    Des «lignes rouges» tracées    Du bon et du moins bon    60 Cantines scolaires à l'arrêt    Ce qu'en attendent les syndicats    Maguire, c'est désastreux    Une aubaine pour les cimentiers    Les autorités pro russes revendiquent la victoire    Un géant qui voit grand    Festival algérien des arts et de la culture «Dz Fest»    Le Japon invité d'honneur    Saint Augustin de retour à Souk Ahras    Tebboune reçoit l'Ambassadeur du Ghana    Conseil de sécurité de l'ONU: La Ligue arabe, l'UA et l'OCI soutiennent l'Algérie    Une commission et des Interrogations    Le wali, homme-orchestre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



NORDINE A�T HAMOUDA D�NONCE :
�Ben Bella : l�homme des Fran�ais et des �gyptiens�
Publié dans Le Soir d'Algérie le 31 - 05 - 2011


Par Nordine A�t Hamouda d�put� RCD
La derni�re sortie de Ben Bella pose, une fois de plus, la place de l�Histoire dans la vie politique nationale. �Un �ne b�t�, c�est le qualificatif qu�use l��pouse d�Abane pour qualifier Ahmed Ben Bella. Cette r�action a suivi les ignominies qu�il a d�vers�es contre Abane Ramdane et les acteurs du Congr�s de la Soummam. Signalons au passage que dans le proc�s que la veuve de l�artisan de la r�volution avait intent� � Ali Kafi pour diffamation d�Abane, elle s'�tait retrouv�e seule au tribunal. Les incoh�rences et les outrances de Ben Bella sont des constantes dans un parcours marqu� par une indigence intellectuelle que n�ont suppl��e ni les ann�es pass�es en prison ni l�aisance mat�rielle dans laquelle il a toujours baign� dans le mouvement national et la vie politique alg�rienne en g�n�ral quand il �tait libre.
Une instabilit� originelle
La lecture de sa d�position, le 12 mai 1950, dans l�affaire de l�attaque de la poste d�Oran, devant l�officier de police judiciaire, Havard Jean, aujourd'hui sur le net, est stup�fiante. Sans subir la moindre violence, il s�efforce, avec une pr�cision d�horloger, de donner et d�enfoncer tous ses camarades et de faire valoir ses �tats de service pour la France. �J�ai fait la campagne de France 1939-1940, puis la campagne d�Italie. J�ai �t� d�mobilis� avec le grade d�adjudant en juillet 1945. Je suis titulaire de la m�daille militaire avec 4 citations. Je n�ai jamais �t� condamn�, je suis lettr� en fran�ais.� Bien �videmment, Ben Bella souligne son int�gration fran�aise pour mieux se d�marquer de ses co-accus�s qui, eux, n�ont pas eu �la chance� d�avoir servi le drapeau fran�ais avec tant d�enthousiasme. Ce qui l�am�ne � expliquer aux renseignements g�n�raux que : �Comme dans tous les partis politiques, il y a les r�fl�chis, les pond�r�s, les exalt�s, les violents qui trouvent qu�on n�en fait pas assez� et c�est toujours sous la pression des perturbateurs et pour c�der � leurs exigences que certains actes de violence sont commis. Parmi eux, je citerai le cas de l�attaque de la poste d�Oran. Je vais dans le d�tail vous dire tout ce que je sais. Je ne peux pas vous dire si c�est Madjid (A�t Ahmed) qui �tait � ce moment-l� le chef de l�OS ou bien le d�put� Khider, qui a imagin� ou con�u ce coup de force. En tout cas, cette affaire n�a pas pu se r�aliser, � condition que ce soit Madjid qui l�ait con�ue sans en r�f�rer � Khider.� Tous les militants de l�OS, y compris les plus clandestins, y passent : avec leurs fonctions, les r�unions, leurs dates et lieux, les sources d�argent de l�organisation pour conclure sur : �J�ai appris par Madjid lui-m�me que l�argent (de la poste d�Oran) avait �t� transport� chez Boutlelis o� le d�put� Khider devait prendre livraison. Le produit du vol (la poste d�Oran) a �t� enti�rement vers� au MTLD par Khider, la somme d�argent d�couverte chez Kheder, le chauffeur, repr�sentait un pr�t consenti par l�OS pour lui permettre de monter un garage personnel. Si par la suite il me revenait certains d�tails, je ne manquerais pas de vous en faire part ou de les dire au juge d�instruction. � C�est un document qui s�apparente plus � un rapport de mission qu�� des informations arrach�es ou glan�es sur un ennemi. Comment un homme aussi fragile a-t-il pu rebondir dans le mouvement national et, pire, s�imposer � tous ses acteurs ? Sans verser dans la parano�a ambiante, nous verrons dans la suite de cette intervention que c�est parce que les grands choix d�apr�s-guerre ont �chapp� tr�s t�t aux Alg�riens. Ben Bella, qui n�entreprit aucune action significative pendant son passage � l�OS, a, par contre, eu le temps de conna�tre tous les rouages de l�organisation. Le r�sultat de sa collaboration avec l�administration fran�aise se chiffre par des centaines d�arrestations en cha�ne (363 dont 251 pr�sent�s devant la justice), le d�mant�lement total de l�OS (hommes, armes, explosifs, caches, complicit�s�) et la reconstitution des liens de la structure clandestine avec le MTLD qui activait encore dans la l�galit�. Le d�sarroi sem� par cette �coop�ration� parmi ses cod�tenus � la prison de Blida avait pouss� Amar Ould Hamouda (1) � tancer vertement Ben Bella pour avoir donn� tous les militants de l�OS de l�Oranie dont il connaissait la plus grande partie. Vu sous l�angle des d�g�ts qu'il n'aura de cesse d�assener � l�Alg�rie ; on peut croire Ben Bella quand il d�clare que son plus haut fait d�armes est l�attaque de la poste d�Oran. Le personnage se pla�ait d�j� sur une d�marche qu�il n�a jamais abandonn�e : �tranger aux souffrances et aspirations du peuple alg�rien, il sera rapidement rep�r� et sponsoris� par la France et plus tard par Gamal Abdennacer. Il s�est ainsi, tr�s t�t, ouvert la voie pour se faire introniser � la t�te du premier gouvernement de l�Alg�rie ind�pendante par la force de deux puissances �trang�res contre la direction l�gale de la r�volution. Ceci �tant dit, et toujours sur le registre anti-alg�rien, il passe sous silence dans ses sorties un autre exploit, il est vrai obtenu apr�s l�ind�pendance. L��limination de 450 moudjahidine de Kabylie dans la crise de 1963, avec le concours de Boumedi�ne. Pour l�Histoire, il faut dire que cette fois-ci, il a �t� grandement aid� par la politique d�exclusion de son ex-comp�re de la d�l�gation ext�rieure du Caire, Hocine A�t Ahmed, qui a sem� doute et d�sespoir en voulant rester le seul opposant et en condamnant, d�s le d�part, une insurrection qu�il avait chevauch�e en cours de route. On remarque, cette fois encore, que la relation des deux comp�res est � la fois singuli�re et complexe. En effet, A�t Ahmed qui entretient des rapports en dents de scie avec Ben Bella s�est bien gard� de r�pondre � l�attaque de ce dernier. Mais ceci est une autre histoire.
L�histoire � contre-courant
Revenons au parcours de Ben Bella dans les ann�es 50, � commencer par son �vasion de la prison de Blida. Cette �trange �vasion, de l�avis de plusieurs acteurs de l��poque et m�me de ceux qui connaissent cette prison, le m�ne directement au Caire, o� c�est d�sormais �tabli, il est aussit�t pris en charge par le chef des moukhabarate �gyptiens, Fethi Dib, qui se chargera de le pr�senter � Nasser. Membre de la d�l�gation ext�rieure du MTLD, les services �gyptiens et fran�ais mettent tout leur poids pour le pr�senter comme le chef de l'insurrection alg�rienne allant jusqu'� lui attribuer la paternit� de l'appel du Premier Novembre alors que le r�le mineur des membres de la d�l�gation ext�rieure est de notori�t� publique. Mais comme dans de nombreuses batailles, il y a ceux qui les pr�parent, ceux qui les font, ceux qui les subissent et ceux qui, tapis dans l'ombre, en guettent les dividendes en cas de succ�s : Ben Bella a toujours appartenu � cette derni�re cat�gorie. Il le d�montre encore aujourd'hui. Pour l'enfant g�t�, la d�termination, la conviction et l'�nergie de Boudiaf d�ploy�es pour ouvrir une issue � la crise du mouvement national et remobiliser ses camarades ne sont qu�une agitation d'activiste. C'est monsieur Ben Bella qui aurait tout command� � partir des r�sidences cossues des moukhabarate �gyptiennes. L�imposture ne fait que commencer. Sans l�gitimit� politique et se cachant derri�re les blind�s de Boumedi�ne, il se distingue, le 5 juin 1962, lors de la r�union du CNRA � Tripoli en mena�ant le pr�sident Ben Khedda de lui �enlever publiquement le pantalon�. Au diable la l�gitimit� de toutes institutions et la l�galit� du pouvoir. La culture du pouvoir officiel venait de na�tre. Elle dure toujours. Auparavant, charg� d�acheminer des armes pour les maquis de l'int�rieur, il les d�tourne, sur ordre de Nasser, au profit des opposants au pr�sident Bourguiba qui �tait en d�saccord avec les pr�tentions du Ra�s �gyptien � r�genter l'ensemble des pays du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord. Il est inutile de dire que ces armes ont �t� achet�es gr�ce aux sacrifices des travailleurs alg�riens, en particulier ceux de l'�migration. Le voyage de Ben M'hidi, au Caire, fait au risque de sa vie, ne changera rien � la conduite de l'agent de Fethi Dib. Apr�s une discussion houleuse avec Ben Bella, Ben M�hidi d�cide de rentrer au pays pour rejoindre, une nouvelle fois, la r�sistance. Lui aussi rejette cat�goriquement le fait que les Egyptiens s'immiscent dans les affaires de la d�l�gation ext�rieure du FLN et d�nonce particuli�rement le choix fait par Fethi Dib sur Ben Bella pour en faire l'interlocuteur exclusif du FLN aupr�s du ma�tre du Caire. Pour le reste et avant d��tre intercept� par les Fran�ais, en octobre 1956, alors qu'il n�a eu comme seule conduite que de se tenir loin du front de la lutte arm�e, Ben Bella s'est acharn� � semer la division et la d�moralisation par le biais de son acolyte Ahmed Mahsas, envoy� en Tunisie pour d�truire la Wilaya I, casser du Kabyle et jeter l'anath�me sur les r�solutions du Congr�s de la Soummam. Il a fallu l�intervention radicale du CCE, qui a emprisonn� Mahsas, pour arr�ter le travail de sape commandit� par Ben Bella. Il est vrai que pour quelqu'un que les services �gyptiens et fran�ais destinent � gouverner l'Alg�rie, la strat�gie de la division �tait normale. Il fallait se pr�server et d�truire toute autre alternative. C'est ce � quoi Ahmed Ben Bella s'attelle pendant que d'autres combattent et exposent leur vie. Il veut m�me d�localiser le Congr�s de la Soummam pour que les militants de l'int�rieur viennent vers lui � San Remo, en Italie. Apr�s cela, il accusera Abane de l'avoir �cart� de la r�union. Le monde � l'envers !
Les s�quelles de la falsification
Aujourd'hui, � l'heure d'internet et de la globalisation, les m�dias �clairent d'un jour nouveau des faits et des pseudo-l�gitimit�s, trait�s jusque-l� par les seules officines du syst�me. L'�pisode du d�tournement, par le gouvernement fran�ais, de l'avion menant Boudiaf, Khider, A�t Ahmed, Lacheraf, Ben Bella, du Maroc vers Tunis est � m�diter. La photographie des cinq insurg�s diffus�e dans la presse est le produit d'un montage ex�cut� par un gendarme fran�ais � l'a�roport d'Alger qui intima l'ordre � Boudiaf, qui tenait un classeur, de le remettre �� Ben Bella. La surm�diatisation du r�le de ce dernier (on parlait de l'avion de Ben Bella) symbolis�e aussi par la question de De Gaule : �Je crois que quelqu'un m'a pos� une question sur Ben Bella� alors que personne ne l�avait cit� en dit long sur le marketing fran�ais men� en faveur de l�homme d�Oujda. Plus tard, port� par l'ivresse du parvenu et, sans doute briff� par Pablo (Michel Rabtis dirigeant trotskyste fran�ais et conseiller de Ben Bella), il se hasarde m�me � disserter sur la th�orie de �l'Etat et la R�volution� pour assener au milieu d'un discours prononc� � l'occasion du congr�s du FLN (16-21 avril 1964) qu��il faut combattre sans r�pit ceux qui affirment que la construction d'un Etat est un pr�alable � la r�volution. Un telle voie aboutirait, si on la prenait, � remettre le pouvoir entre les mains de ceux qui poss�dent la culture et l'exp�rience politique�!! Sans commentaire. Sans �tats d'�me, le prot�g� des services fran�ais et n�anmoins agent direct de Fethi Dib �tait, tour � tour, respectueux de l'ordre de la France coloniale pour sauver sa peau en enfon�ant ses camarades, arabiste contre les Kabyles pour �liminer de dangereux rivaux politiques, islamiste contre la libert� et l�islam populaire des Alg�riens et contre �ceux qui poss�dent la culture � dans l'Alg�rie ind�pendante. Pour compl�ter ce slalom, il arborera longtemps le col Mao avant de replonger dans l�exhibition islamiste. Si le coup d�Etat de juin 1965 a eu raison de la m�galomanie du personnage, le syst�me est toujours domin� par une m�moire de l'indig�nat et sur ce point pr�cis, Ben Bella n�est que l�acteur le plus embl�matique d�une tendance g�n�rale o� chacun fait �voluer l�Histoire, non pas en fonction de l�apport de nouveaux documents ou t�moignages, mais selon les positionnements politiques de l�heure. Des hommes comme Mohamed Harbi n��chappent pas � ces tentations. Cela fait deux fois qu�il s�en prend au livre �crit par Sa�d Sadi sur le colonel Amirouche. A deux reprises, il d�coche ses fl�chettes par le recours au jugement moral (Sa�d Sadi, d�mocrate, n�aurait pas montr� de la compassion avec les victimes du FLN) au lieu de traiter, en tant qu�historien, des faits, des t�moignages et des documents constitutifs d'un ouvrage qui d�construisent certaines de ses analyses. Sujets sur lesquels il �tait attendu en tant qu'historien : (fausse all�gation d�un conflit entre Amirouche islamiste et sanguinaire, et Zighout � propos du contr�le de la ville de S�tif, r�le d�Ali Kafi�). Son annonce de la menace de mort contre Bentobal par Krim est, m�me nuanc�e dans une mise au point, une surprise pour quelqu�un qui a tant �crit sur le mouvement national. M. Harbi dit avoir fait cette r�v�lation apr�s avoir pris connaissance du livre testament de Bentobbal auquel il avait eu acc�s. Ni Omar Boudaoud, ni Ali Haroun (responsables de la F�d�ration de France du FLN) qui �taient en contact direct avec Bentobal pendant la guerre et qui ont gard� une relation permanente avec lui n�ont entendu l�ancien ministre de l�Int�rieur du GPRA leur faire part d'un tel projet. Mieux, dans son ouvrage sur les Accords d�Evian (2), pr�fac� par M. Harbi, Haya Djelloul rapporte que Bentobal d�ment toutes les accusations qui ont �t� port�es contre Krim. Se pose alors la question de la fid�lit� des m�moires de Bentobal qui a �t� �persuad�, dans une situation d'extr�me fragilit� morale, de ne publier son t�moignage� qu'apr�s sa mort !! Dans le m�me registre, et sur un autre personnage, monsieur Harbi, �reliftant� le profil de Abdelhafid Boussouf, en donne une image exactement contraire � celle qu'il a d�crite auparavant (3). Autre sujet abord� dans la derni�re interview accord�e � El Watan, ses propres �crits dans R�volution Africaine, au lendemain de l'ind�pendance. Il se trouve que j�ai pu consulter les archives de cette revue o� monsieur Harbi officiait. Ses positions n�ont rien � envier � tous les id�ologues de l��poque. Cela d'ailleurs peut se comprendre dans un climat domin� par la violence g�n�rale ; mais de l� � faire croire que l�organe central du FLN de l��poque �tait une tribune o� s��crivait librement l�histoire de la guerre, c�est prendre de grandes libert�s avec la r�alit�. Il serait temps que les acteurs de la guerre parlent librement et d�posent leurs documents ou t�moignages pour un traitement serein et m�thodique le moment venu. Faute de quoi, la guerre de Lib�ration continuera d��tre la source de nouveaux abc�s et drames. Cette tradition qui consiste � accommoder l�Histoire aux conjonctures politiques est dangereuse et contagieuse� Le r�visionnisme qui commence � polluer Avril 80 t�moigne de la profondeur du mal. La r�gression g�n�rale, produit d�une �cole squatt�e par l'id�ologie et la diffusion d�une culture d�ali�nation, ne pouvait que faire �merger le �leadership� d�un Belkhadem, d�un Mazrag ou d�un Bena�cha avec des faire-valoir kabyle, f�ministe ou technocrate pour les besoins d'un sc�nario n�gateur de l'Histoire et dangereux pour l'avenir. Louisa Hanoune, avec laquelle j'ai eu r�cemment quelques �changes � aujourd'hui int�gr�e dans les man�uvres du syst�me et qui garde ses verbiages aux relents gauchistes � r�sume bien les risques de ces confusions et d�rives en d�clarant : �Il faut des r�formes et pas un changement� !! Tout est dit. Avant de terminer, je tenais aussi � interpeller Sa�d Barkat (un d�linquant en sursis) prompt � investir la surench�re nationaliste pour lui demander de r�clamer que Ben Bella, qui revendique sa filiation marocaine, soit d�chu de sa nationalit�, d�s lors qu�il a d�ni� � Sa�d Sadi et � ses camarades leur qualit� d�Alg�riens. Je ne peux m�emp�cher aussi de penser � Monsieur Lahouari Addi qui s�empressera, cette fois encore, de me r�pondre au motif que je m�attaque � �des symboles qu�on ne traite pas comme des moins que rien�. Cette sensibilit� � la carte manque de cr�dibilit� car elle ne se r�veille que dans des cas bien r�pertori�s et pr�cis. Son silence devant la haine r�currente de Ben Bella � l�endroit des martyrs de la r�volution illustre cette indignation s�lective. La trahison des clercs, avait r�cemment d�plor� Ma�tre Ali Yahia. Ce n'est pas la premi�re fois que j'interviens � propos des man�uvres politiques qui prennent appui sur le d�tournement ou la falsification de l'Histoire. Je le sais, il y a, pour moi aussi, une part de subjectivit� dans mes interventions. Je me suis n�anmoins toujours interdit de manipuler des �v�nements, des t�moignages ou des documents. C'est sur ce minimum concret que j'appelle les acteurs, anciens ou nouveaux, � se f�d�rer. Pour le reste, laissons le jugement � l'Histoire.
N. A. H.
1*Amar Ould Hamouda, membre du BP du PPA/MTLD Responsable r�gional de l�OS
2*Le dernier combat, Haya Djelloul Casbah �ditions 2008 Pr�face de M. Harbi
3*Le FLN, documents et histoire 54-62 M. Harbi G. Meynier Casbah Editions 2004


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.