«Oui, nous soutenons le candidat Bouteflika»    Le temps et la diversion    Boumerdès en effervescence pour un poste de sénateur    Pagaille dans les gares    Discussions pour une meilleure attractivité à l'investissement dans le bassin occidental de la Méditerranée    «L'Afrique doit prendre ses responsabilités»    Censure, autocensure et réserves...    Une éclatante résurrection    Médaille d'argent pour les Algériens Ould Kouider et Lamri    L'ASO Chlef reprend les commandes    Les pétards inondent le marché à Mostaganem    Arrestation de deux personnes pour avoir saccagé 20 véhicules    Un jour, la mer vous engloutira à votre tour!    L'énigme fascinante    Djemaâ Djoghlal, la mémoire de l'Aurès    Traitement du diabète : Pénurie d'hémoglobine glyquée    Sénatoriales : les candidats du FLN et du RND connus    El-Bayadh: Un dépôt de stockage de carburant avant la fin de l'année    Sommet de l'UA: la ligne rouge tracée par l'Algérie    Alger: Libération d'enfants subsahariens prisonniers de réseaux de traite humaine    La présidentielle s'emballe    Le sens des guerres dans l'évolution du monde: L'âge nucléaire mènera-t-il l'humanité vers un monde sans guerre, un monde plus uni ?    La confrérie des Gnawa : entre les directives du culte et le folklore du spiritisme    La DGSN dément le décès d'un policier    «Sans la proclamation en Algérie de l'Etat de Palestine, nous ne saurions pas là aujourd'hui»    Athlétisme : collège technique national 2018-2019    Victoire du CRBDB devant l'OMSM    46 personnes de différentes nationalités arrêtés dans le sud du pays    Une atteinte à l'ordre public    Démantelèlement d'une bande de malfaiteurs    La société civile et les partis politiques interpellent le président de la République    Lenteur dans la régularisation des constructions    Un cours au-dessus de 50 dollars permet une réduction partielle du déficit budgétaire    Inauguration de la première unité de production d'accessoires de câbles    Triptyque décisif pour la stabilité et la relance économique de la Libye    Peintures marines et compulsions terrestres    Abdeldjallil Machou, Bio express    Journées d'arts urbains d'Oran    Ghardaïa : Valoriser les plantes aromatiques et médicinales et des agrumes    Préparation JO-2020 et JM-2021: "300 milliards de centimes déjà débloqués par le gouvernement"    Bourses : Les places européennes refroidies par le Brexit    À l'occasion du 63e anniversaire de l'indépendance de son pays : Le Président Bouteflika félicite le souverain marocain    Ratification d'accords de coopération avec plusieurs pays : Le Président Bouteflika signe plusieurs décrets    Eucoco 2018 : Le pillage des ressources sahraouies dénoncé    Une quarantaine de civils tués dans les frappes de la coalition US    18ème Salon de l'automobile du 9 au 15 décembre à Oran : La production nationale à l'honneur    Ligue 1 Mobilis (13e J.-Mise à jour) : L 'ASAM gagne, le MOB et le MCA se neutralisent    Le temps n'a pas d'âge    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





PROJET DE LA GRANDE MOSQU�E D�ALGER
Cessons de pol�miquer, il y va de vies humaines
Publié dans Le Soir d'Algérie le 10 - 10 - 2012


Pr Abdelkrim Chelghoum
(ENG, CHEC, CHEM, MSC, PhD, DIC, DrED)
Il faut cesser de pol�miquer � propos de la Grande Mosqu�e d�Alger. L�enjeu ne porte pas sur des enjeux politiques ou religieux.
Le d�bat sur le projet de la Grande Mosqu�e doit nous interpeller sur le plan technique, c�est-�-dire la s�curit� des personnes et le co�t prohibitif induit par la nature du sol. Il existe un probl�me de risque majeur relatif � la stabilit� de l�ouvrage par rapport au site choisi. Bref, il y va de vies humaines. Voil�, personnellement, pourquoi je me sens concern�.
Pr�ambule
J�ai publi� une contribution dans les quotidiens nationaux Le Soir d�Alg�rie, El Khabar reprise par El Watano� j�ai d�velopp� certaines observations relatives au site d�implantation de la Grande Mosqu�e d�Alger. Le Soir d�Alg�rie en date du 15 septembre 2012 a ins�r� la r�ponse de l�autorit� de tutelle du projet intitul�e �R�ponse � la contribution du Pr Abdelkrim Chelghoum parue le jeudi 23 ao�t 2012� sign�e par deux fonctionnaires de l�Anargema, �tablissement en charge de la r�alisation de l�ouvrage. Le directeur g�n�ral dudit �tablissement a lui-m�me tenu une conf�rence de presse le 17 septembre 2012 au forum du quotidien El Moudjahid. Je m�abstiens d�entretenir la pol�mique, et j�inscris r�solument mon apport dans une perspective visant � positiver le d�bat en l�orientant vers une probl�matique exclusivement technique, celle o�, de toute �vidence, je me sens le mieux � l�aise.
A propos de l�inconsistance de l��tude des sols...
Concernant le principal point de discorde relatif � la consistance et aux limites des param�tres ressortant des r�sultats de l�investigation g�otechnique conduite sur le site par le groupement LNHC-LCTP, soulignons qu�il s�agit d�une �tude classique purement statique avec un compl�ment de g�ophysique qui ne refl�te en aucun cas l�importance et la complexit� comportementale de l�ouvrage projet�. Certes, des sondages carott�s jusqu�� une profondeur exceptionnellement importante compl�t�s par des sondages pressiom�triques ont �t� ex�cut�s au cours de cette campagne, mais cette approche demeure valable seulement dans les cas classiques de la g�otechnique statique. A l�instar des caract�ristiques g�otechniques et m�caniques des diff�rentes couches de sol �valu�es apr�s analyse des carottes de sondages, les r�sultats pressiom�triques permettent en g�n�ral d�appr�cier la qualification des sols en place en mesurant leur module E d�une part et en �valuant leur pression limite d�autre part. Cela donne une id�e g�n�rale sur la d�formabilit� et la portance des couches de sols investigu�es sous chargement statique seulement. Cela nous am�ne � introduire un aspect �minemment important qui concerne la rupture instantan�e du massif de sol lorsque celui-ci est harcel� par une vibration intense comme celle induite par un s�isme s�v�re (magnitude 7 et plus sur l��chelle de Richter ou 10 et plus sur l��chelle de Mercalli), il s�agit l� du ph�nom�ne �liqu�faction�.
A propos de la liqu�faction des sols : risque de liqu�faction et effets d�vastateurs...
L�appellation �liqu�faction� se trouve galvaud�e r�guli�rement par les experts de l�Anagerma qui affirment que ce ph�nom�ne est inexistant sur le site choisi occultant ainsi l�adage populaire �ne jamais vendre la peau de l�ours avant de l�avoir tu�. Aussi, est-il important de donner quelques explications succinctes et p�dagogiques sur l�origine, la nature et les cons�quences d�coulant de ce ph�nom�ne ainsi que les conditions de son d�clenchement. La liqu�faction se produit g�n�ralement dans les sols satur�s (sableux ou autres) situ�s pr�s des rives des oueds (oued El-Harrach par exemple) ou en bord de mer (c�est le cas du site de Mohammadia) dans les conditions de sollicitations sismiques �lev�es. Elle provoque de grands d�placements entra�nant in�luctablement la ruine imm�diate et sans pr�avis de tous les ouvrages par rupture de leurs fondations due � de fortes interactions ainsi qu�� une chute drastique de la capacit� portante du massif de sol concern� avec l�apparition de tous types de d�sordres g�otechniques (tassements excessifs incontr�lables, basculements, glissements importants, �coulement du sol, �pandage lat�ral, etc.). Plusieurs crit�res peuvent �tre utilis�s pour appr�cier, dans le cadre d�un avant-projet grossier, le ph�nom�ne de liqu�faction comme les crit�res historiques, g�ologiques et g�otechniques. Mais il est important de noter que seuls des essais sur triaxial dynamique (CU) au laboratoire calibr�s, corr�l�s et crois�s mutuellement avec les r�sultats obtenus in-situ (SPT-CPT) sont fiables pour l��valuation du potentiel de liqu�faction des couches de sol concern�es. C�est l� l�un des volets fondamentaux de l��tude dynamique des sols dont apparemment inexistante dans l��tude �labor�e sur le site. Dans le cas o� ces essais auraient �t� effectu�s par le ma�tre de l�ouvrage ou le ma�tre d��uvre, il serait utile d�en informer l�opinion publique, r�sultats obtenus et d�tails d�usage, � savoir �nom du labo, identification de l�appareil utilis� et identit� des techniciens et sp�cialistes responsables des essais�. L�autre volet qui marque la diff�rence entre une �tude g�otechnique statique (c�est le cas de ce projet) et une vraie investigation dynamique r�side dans les conditions de charges sismiques �lev�es (s�isme s�v�re) qui entra�nent syst�matiquement la d�t�rioration des caract�ristiques m�caniques et g�otechniques du sol harcel� par ces vibrations. Il en r�sulte un changement global et local de la texture, la granulom�trie des sols ainsi que l�enchev�trement des particules avec l�apparition de beaucoup de vide dans la nouvelle configuration du massif sol. Ainsi, la but�e initiale constitu�e par les sols dans leur �tat statique courant sera momentan�ment discordante avec un effet direct sur la capacit� portante entra�nant une r�duction drastique de sa valeur (cas du stade de Baraki). L�exploitation de la carte g�ologique �labor�e au d�but des ann�es 1930 montre que la r�gion en question qui c�toie le monast�re St- Josep est constitu�e par un comblement alluvionnaire avec un l�ger recul du rivage initialement mitoyen au monast�re comme indiqu� sur la carte. Cet aspect g�omorphologique est, par ailleurs, parfaitement illustr� et corr�l� par les coupes et les profils lithologiques des sondages ex�cut�s sur ce site par les laboratoires choisis par le ma�tre de l�ouvrage. Au vu de ces profils, il ressort que le site en question est constitu� d�un m�lange de d�p�ts limoneux, sableux, remblai et alluvionnaire sur une profondeur de plus 43 m, donc un sol l�che et mauvais comme illustr� sur la carte g�ologique (ci-jointe). Dans ce cas particulier, il est ais� de conclure que les sols en place (identiques � ceux de Zemmouri, Corso Dergana, le caf� Chergui, Si Mustapha, la zone abritant la cit� des 1200-Logts � Boumerd�s, les r�gions de Ouled Fayet, Bab Ezzouar, Hamiz, Mahelma,�) sont de parfaits amplificateurs d�ondes sismiques repr�sentant un grand risque pour les ouvrages quelle que soit leur typologie. Faut-il souligner qu�il serait risqu� de s�enhardir � classer le sol dans une cat�gorie simpliste et fig�e S1, S2 ou autres et � d�clarer que c�est un sol parfait, formidable et m�me rocheux sans cette indispensable r�elle investigation dynamique. En liaison avec cette probl�matique, se pose la question de savoir si une tomographie sismique du site avec un relev� d�taill� du relief souterrain illustrant clairement les diff�rents �horizons g�om�caniquement d�finis� a �t� �labor�e.
A propos des failles actives de l�Alg�rois...
Les responsables et experts de l��tablissement en charge du projet font �tat de �l�absence de faille � proximit� du site� en s�appuyant sur une r�currence de 1000 ans. H�las, la r�alit� est autre, car il est �tabli que l�agglom�ration d�Alger est quadrill�e par cinq failles sismiques potentiellement actives (F1, F2, F3, F4 et F5,) en plus de l�oued El Harrach qui, luim�me, repr�sente une faiblesse g�ologique avec une embouchure contaminant lat�ralement toutes les couches sableuses pr�sentes dans cet environnement. Puisqu�il a �t� annonc� que le site de Mohammadia a �t� s�lectionn� parmi 8 autres sites investigu�s dans l�agglom�ration alg�roise, il serait tout simple, pour lever toute ambigu�t�s, de publier la liste de ces terrains et les PV techniques subs�quents.
A propos d�isolateurs
La conception des isolateurs sismiques pr�vus au niveau de la superstructure de la salle de pri�re et la technique de leur mise en place rel�vent en g�n�ral d�un savoir-faire av�r� en la mati�re. La rigidit� �lev�e en compression et en rotation de ce type d�isolateurs a-t-elle �t� r�solue sur le plan conceptuel ? Comment la composition des diff�rents composants intervenant dans la fabrication de ces isolateurs a �t� d�termin�e et impos�e au constructeur ? Qui est le sous-traitant de cette partie de l�ouvrage ? Il a �t� dit aussi que cette technique est applicable �galement pour les bons sols malgr� son co�t prohibitif, pourquoi alors ce proc�d� n�a-t-il pas �t� incorpor�, � titre d�exemple, dans la conception et la r�alisation de la plus grande tour d�Europe The Shard r�ceptionn�e le 5 juillet 2012 en plein centre de Londres avec 11 000 murs rideaux de fa�ade �quivalent � 8 terrains de football, 11 hectares de planchers habitables, des h�tels, des galeries, des bureaux, des restaurants et des commerces accessibles � un nombre important de personnes et dont le poids propre est au moins 100 fois celui de l�ensemble de l�ouvrage constituant la Grande Mosqu�e d�Alger ?
A propos de r�f�rentiels de conception de contr�le et de suivi
Rappelons, pour m�moire, que le r�f�rentiel national alg�rien est obsol�te dans le cas de ce projet, pourquoi le choix s�est-il port� sur l�utilisation les Euros codes (je pr�sume l�Euro code 8) plut�t qu�un code �labor� dans un pays soumis � une activit� sismique comparable � l�Alg�rie, l�UBC Am�ricain, le code japonais, le code canadien le code new-z�landais. Le choix retenu a-t-il �t� dict� par le ma�tre d��uvre allemand pour lui faciliter la t�che ? Quels sont les r�f�rentiels et DTU utilis�s pour le suivi et le contr�le de toutes les phases du second �uvre (VRD, plomberie, chauffage, �lectricit�, c�blage, rev�tement horizontaux et verticaux climatisation, les mat�riaux utilis�s autres que le b�ton) ? L�entreprise ou les entreprises choisies poss�dent-elles les qualifications et l�exp�rience requises ? Toute cette partie de l�ouvrage est pass�e sous silence alors qu�elle m�rite d��tre clarifi�e pour un projet d�une telle ampleur. Qui est en charge de la mise � jour et de l�adaptation du dossier technique et architectural par rapport aux diff�rents al�as pouvant surgir au cours de la r�alisation ? Rien ne sert d�invoquer la confidentialit� de donn�es qui sont en possession des partenaires �trangers dans le projet, la transparence, en l�occurrence, est une garantie de s�curit�.
A propos de qualifications de l�entreprise retenue pour la r�alisation du projet...
Sans se perdre en conjectures sur la notori�t� internationale de l�entreprise s�lectionn�e pour la r�alisation du projet pr�sent� par le responsable de l�Anagerma comme �une grande multinationale ayant un �norme chiffre d�affaires et un grand savoir-faire� comment celle-ci a-t-elle �t� contrainte de sous-traiter l�ex�cution des fondations profondes (pieux et parois moul�s) � l�entreprise italienne Trevi ? Nonobstant l�aspect r�glementaire (le taux du projet sous-trait� est de l�ordre de de 30% du co�t de l�ouvrage), c�est la comp�tence technique de l�entreprise retenue-oblig�e � recourir � la sous-traitance pour cette partie sensible de l�ouvrage qui se pose. Sur un registre connexe, le directeur g�n�ral de l�Anagerma a affirm� que 10 000 travailleurs alg�riens seront recrut�s pour les besoins de ce projet sans pr�ciser, toutefois, les ratios par cat�gories de postes pourvus. Encore une fois, comme cela est de r�gle dans les pays de bonne gouvernance, l�opinion publique nationale a le droit d�acc�der � l�information relative � la consommation de ressources nationales d�autant que la transparence qui s�ensuit conditionne le contr�le technique de l�ouvrage.
A propos d��tude d�impact sur l�environnement et de quantification des risques encourus...
De mani�re furtive l�Anagerma laisse entendre que l��tude d�impact a �t� �labor�e. Il est impossible de suffire de cette profession de foi. Il faut �tre plus pr�cis sur les pr�-requis d�une telle d�marche, � savoir l��valuation des risques majeurs, la quantification de la concomitance de deux ou plusieurs risques, l��laboration d�un mini-sc�nario catastrophe en consid�rant l�occurrence des risques, vuln�rabilit� des sites avoisinants... Aucune donn�e concr�te n�a �t� fournie sur cet aspect de la r�alisation de l�ouvrage, ce qui ne peut que conforter les inqui�tudes soulev�es par le projet.
A propos de conventions avec les universit�s nationales...
L�Anagerma a tent� de justifier la bonne gestion du projet par l�argument de la signature de conventions avec diverses universit�s et �coles. Comment l�universit� alg�rienne, qui ne dispose pas de tradition dans ce domaine, peut apporter son concours dans les conditions �voqu�es ? Seul un organe compos� de v�ritables professionnels tous corps d�Etat, y compris le concours de BET ind�pendants �largi � la communaut� universitaire sp�cialis�e peut mener � bien, selon les r�gles de l�art, une mission de supervision technique, mat�rielle, financi�re et juridique. La pol�mique est suppos�e prescrite dans la pr�sente contribution, mais comment faire pour ne pas s�offusquer lorsque le directeur g�n�ral de l�Anagerma laisse imaginer que la qualit�, la fiabilit� et la robustesse de l��tude technique du projet de la Grande Mosqu�e d�Alger peuvent �tre jug�es, appr�ci�es et not�es selon le poids des documents (100 kg) !
Propositions
Plut�t que d��piloguer sur la dangerosit� du site d�implantation du projet de la Grande Mosqu�e d�Alger, il faut s�interroger sur les choix alternatifs pour pr�server des effets d�une gravissime secousse sismique, le maximum de vies humaines et, cons�cutivement, de biens mat�riels. Il est �vident, dans cet ordre d�id�es, qu�il est pr�f�rable de diff�rer le projet de quelque temps plut�t que de devoir se livrer demain � une comptabilit� macabre des morts. Voici les propositions que je consid�re �tre de mon devoir de formuler � l�intention de l�autorit� de tutelle :
- surseoir, encore qu�il est temps, � l�ex�cution des travaux sur ce site et proc�der � un autre choix plus judicieux, r�sistant et coh�rent par rapport aux diff�rents risques majeurs identifi�s ;
- �laborer en premier chef les �tudes pr�alables d�impact, de danger et des diff�rents risques potentiels ;
- mettre en place un organe pluridisciplinaire compos�s d�experts tous corps d�Etat ayant l�exp�rience et les qualifications requises pour discuter, appr�cier et juger les options techniques d�gag�es ;
- cet organe sera compos� de personnalit�s techniques ind�pendantes, de repr�sentants de BET et laboratoires priv�s et publics avec les r�f�rences �tablies de leurs qualifications.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.