Le Président Tebboune préside la cérémonie d'accueil des restes mortuaires des 24 martyrs de la Résistance populaire à l'Aéroport Houari-Boumediene    Béjaïa : moyens aériens pour éteindre un important feu de forêt à Adekar    L'Espagne ne veut pas d'Algériens sur son territoire    Deux navires de Sonatrach séquestrés au Liban    Chengriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    L'Algérie ne renoncera pas à sa demande de restitution de ses archives détenues par la France    Colonisation. Bugeaud peut bien tomber de haut    Liste des résistants algériens dont les ossements ont été rapatriés vendredi de France    ONU/CDH: l'Algérie appelle à Genève au respect de la souveraineté des Etats    France : « Pour une République française antiraciste et décolonialisée »    SONELGAZ : Le PDG élu à la tête l'association Med-TSO    Coronavirus : 413 nouveaux cas, 490 guérisons et 9 décès durant les dernières 24h    REBOND DU CORONAVIRUS : Benbouzid incrimine les rassemblements familiaux    Le Covid-19 est une maladie ‘'de nature génétique'' propre à chaque personne    SETIF : Une septuagénaire repêchée d'un puits    413 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    FETE DE L'INDEPENDANCE NATIONALE : La journée du 5 juillet chômée et payée    PARTI RND : Le travail collectif pour préserver la stabilité du parti    POUR SES SACRIFICES CONSTANTS AU SERVICE DE LA PATRIE : La reconnaissance de la nation à l'ANP renouvelée    Ecouter la musique pourrait réduire les crises d'épilepsie    FUNERAILLES NATIONALES LE 5 JUILLET A ALGER : Retour au pays pour 24 chahids    ORAN : Une enveloppe de 1300 milliards allouée pour les JM 2022    LE PDG DE ‘'SADEG'' A MOSTAGANEM : Des inaugurations et une redynamisation des projets en cours    Cyclisme : les Algériennes Bensalah et Bouchoucha admises comme Commissaires de courses sur piste (UAC)    Constantine/Covid-19 : des spécialistes face à un agent émergent et des agents propagateurs    Rapatriement des restes mortuaires des martyrs algériens    Heureusement que le cœur du hirak n'est pas à la place de la République.    Quotidien Ech-chaâb: la réforme prévue en Algérie repose sur une pré-prospection    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Le Président Tebboune renouvelle la reconnaissance de la nation à l'ANP pour ses sacrifices    Sahel: la France annonce une nouvelle force sur fond de doutes sur son efficacité    Epuration de tous les dossiers inhérents aux médicaments fabriqués localement    Optimisation des dépenses à Sonatrach : "les acquis des travailleurs ne seront pas touchés"    L'Atlético Madrid enterre presque les espoirs de titre du Barça    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    L'empire Haddad s'écroule    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    Zeffane blessé au niveau de l'ischio-jambier    Un triptyque de Francis Bacon vendu 84,6 millions de dollars aux enchères sans public de Sotheby's    Le schiste américain dans le rouge    Communiqué de l'AJSA    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    La mère des batailles    "Le BF a juste émis le vœu de reprendre la compétition"    Répression contre l'opposition à Hong Kong    L'épreuve    L'infrangible lien...    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





MOUVEMENT SPORTIF NATIONAL
PROMULGUEE RECEMMENT, LA LOI SUR LE SPORT LAISSE PLANER DES QUESTIONNEMENTS Entre d�sengagement et irr�alisme
Publié dans Le Soir d'Algérie le 03 - 10 - 2004

La loi 04-10 du 14.08.04, relative � l'�ducation physique et aux sports, tel est l'intitul� de la nouvelle l�gislation devant d�sormais r�gir le mouvement sportif national. Son contenu pr�sente a priori, des lacunes ainsi qu'un certain nombre de dispositions "ill�gales", voire anticonstitutionnelles, sans parler des dysfonctionnements qu'elle va engendrer.
Par la clarification, on ne peut plus claire, entourant les sports scolaires et universitaires en dotant les minist�res respectifs, � savoir celui de l'Education nationale et celui de l'Enseignement sup�rieur et de la Recherche scientifique de nouvelles responsabilit�s en mati�re d'organisation et de d�veloppement desdits sports, le l�gislateur a r�tr�ci le champ d'intervention du MJS dans le syst�me de l'�ducation national, en lui conf�rant le droit, celui "de seul concepteur", de la politique sportive. "Le d�sengagement" s'aper�oit �galement dans les dispositions relatives � l'institution "du sport pour tous", lequel sport est confi� � la f�d�ration du m�me nom. Cette appellation, rempla�ant celles attribu�es "aux pratiques r�cr�atives de masse" et "aux pratiques comp�titives de masse" dans les lois pr�c�dentes (89.03 et 95.09), laisse pr�sager un doute sur l'organisation ainsi que sur les objectifs assign�s � ce genre de sport. Sera-t-il organis� ? Ou sera-t-il libre ? Ou encore poss�de-t-il des paliers et des niveaux ? Aux fins de promouvoir l'�ducation physique et les sports", le l�gislateur a pr�vu des structures d'animation et d'organisation, celles-ci sont : "Les clubs sportifs amateurs, les clubs sportifs semi-professionnels, les clubs sportifs professionnels, les ligues, les f�d�rations et le comit� olympique". Le mode de constitution choisi pour chaque structure est soit celui de l'association (clubs sportifs amateurs, ligues, f�d�ration et comit� olympique, soit celui s'appliquant aux entreprises commerciales (clubs sportifs semi-professionnels et clubs sportifs professionnels). A ces structures notamment les clubs sportifs, le l�gislateur a omis de leur d�finir le genre de pratique � organiser et � d�velopper ainsi que les niveaux d'intervention de chaque entit�. Concernant les ligues, la nouvelle loi a r�gularis�, d�finitivement, "la Ligue nationale", "une structure qui vivait, dans le football et avec la b�n�diction du MJS, auparavant d'une mani�re quelque peu ill�gale, puisque les lois pr�c�dentes ne reconnaissaient que celles communales, wilayales et r�gionales, c'est donc une r�gularisation a post�riori. Faudrait-il maintenant, penser que toutes les d�cisions prises par la LNF dans un pass� r�cent �taient frapp�es du sceau de la nullit� ? Pas la peine de chercher une quelconque r�ponse, car c'est l'histoire ancienne ! Revenant plut�t au contenu de la nouvelle loi qui a introduit de nouvelles dispositions pouvant �tre assimil�es � des d�passements graves � l'endroit de la loi sur les associations ainsi que sur la loi fondamentale du pays, � savoir la Constitution : il est exig�, d�sormais, � tout club voulant se constituer de recueillir "l'avis de la f�d�ration"! Dans le m�me chapitre, le l�gislateur reconna�t aux clubs de droit de la pluridisciplinarit� alors et en guise de reproduire un questionnement innocent, voire �vident. Admettons qu'un club en voie de cr�ation, choisit d'organiser cinq disciplines sportives, football, handball, boxe, judo et karat�, aupr�s de quelle f�d�ration va-t-il demander l'avis ? D�posera-t-il ses dossiers aupr�s des f�d�rations de football, handball, boxe, judo et karat� ? Aussi, la toute r�cente loi exige des clubs et autres ligues de remettre leur comptabilit� aux f�d�rations aupr�s desquelles ils sont affili�s pour contr�le et v�rification. Ce proc�d� suscite deux interrogations, l'une est d'ordre r�glementaire et l'autre est d'ordre strictement pratique : la f�d�ration est elle-m�me, au sens de la loi une association, donc soumise au contr�le. Comment peut-on confier une mission de contr�le � une structure contr�lable ? En agissant de la sorte, le l�gislateur n'a-t-il pas dot� la f�d�ration d'un instrument tr�s r�pressif pour �touffer tout avis divergeant pouvant �maner des ligues et autres clubs ? Quant � la question strictement d'ordre pratique, le MCA, � titre d'exemple, dispose en son sein de plus d'une vingtaine de sections sportives, devra-t-il transmettre sa comptabilit� � toutes les f�d�rations aupr�s desquelles ses sections sont affili�es ? Apparemment, le l�gislateur a confondu entre la section et le club ! Car ce sont les sections sportives qui s'affilient aupr�s des f�d�rations et non pas les clubs … Sur le plan r�glementaire, "le club sportif" n'a pas de relation directe vis-�-vis de quelque f�d�ration que se soit, sa relation est indirecte, du fait de l'affiliation, pour participer � des comp�titions, de ses sections. Force est de reconna�tre que la loi telle que adopt�e, laisse appara�tre une nette volont� de la mainmise des f�d�rations sur l'ensemble des autres structures. C'est pourquoi, n'est-il pas l�gitime de s'interroger sur la r�elle volont� du l�gislateur : veut-il instaurer une nouvelle domestication des structures au seul profit de "la f�d�ration" ? Ou serait-il en voie de pr�parer un d�sengagement, � l'italienne, du MJS � l'avantage du COA, qui devint de par les nouvelles dispositions l'unique instance moralisatrice du sport ? Dans tous les cas, la p�riode d'une ann�e arr�t�e par le l�gislateur pour permettre la publication des textes d'application pourrait, aussi, constituer une occasion pour s'apercevoir des lacunes apparentes dans la nouvelle loi, surtout que M. Ziari n'a pas eu le temps n�cessaire, entre sa nomination � la t�te du secteur et la pr�sentation de la loi devant le Parlement, de bien cerner tous ses contours. Politiquement, il n'est pas comptable … Alors, il n'est pas, encore trop tard, pour rendre au MJS et � la loi leur autorit�. C'est une question de survie. Salim In�s

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.