L'enjeu des locales et la survie des partis    Fraude électorale: la justice frappe fort    Une ambition en sursis    La connexion électrique    Les mesures phares mises en exergue    Les ressources humaines en point de mire    Les élections en ligne de mire    Chanegriha à Moscou    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    La belle leçon d'italien du professeur Mancini    Brèves    Fin de saison pour Frioui?    L'auteur condamné à 3 ans de prison ferme    5 Tentatives de suicide en deux jours    Un téléphérique, dites-vous!    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Urban Jungle» expo à l'USBA    «Les planches me manquent!»    34 ans de négociations et toujours pas d'accords !    Qu'en est-il pour les visas ?    366 nouveaux cas et 10 décès    4 ans de prison ferme contre Kamel Chikhi    Qui succédera à Chenine ?    Lavagne met en garde ses joueurs    Suppression officielle début juillet    Le ministère des Moudjahidine rejette toute tentative d'atteinte aux symboles nationaux    Le secteur réfléchit à la relance du projet du film sur l'Emir Abdelkader    Baccalauréat: les candidats mitigés sur l'épreuve de mathématiques    Suspension des programmes de la chaîne "El Hayat TV" pour une semaine à partir de mercredi    Le Président Tebboune félicite Guterres pour sa réélection à la tête de l'ONU    Mali: L'application de l'accord de paix est "poussive", regrette le CMA    À quoi joue Haftar ?    Les Béjaouis décrochent !    L'ESS ne fait pas de cadeau !    4 personnes carbonisées suite à un accident    Les mesures de confinement reconduites dans 14 wilaya    Le Soudan qualifié    Pétrole algérien, les barils de la peur, lecture prospectiviste de l'ouvrage du Dr M. S. Beghoul    Les acteurs politiques en attente des tractations    Relance cherche finances    Actuculte    L'enseignement à distance en débat    APLS: Poursuite des attaques contre les positions des forces d'occupation marocaines    Ligue des champions : Option pour Al Ahly et Kaiser Chiefs    Carnet de voyages - Lettre des états-Unis d'Amérique : Le putschisme carnavalesque    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?!    Tiaret: Hommage au producteur radiophonique Hadjarab    Liste des 851 produits    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LETTRE DE PROVINCE
Hanoune, du militantisme au d�lire verbal
Publié dans Le Soir d'Algérie le 30 - 03 - 2013


[email protected]
Plors que la sc�ne partisane se vide de ses bateleurs politiques qui l�avaient longtemps anim�e par leur harangue, seule Louisa Hanoune continue � faire hebdomadairement son �one-woman-show�.
Sans tout � fait changer de style oratoire, gr�ce auquel elle est devenue d�ailleurs une bonne cliente de la presse, la voici d�sormais dans le r�le de �sniper�. Tirant sur tout ce qui bouge, elle accuse sans nuance la contestation sociale des populations du Sud de r�cup�ration dangereuse et antinationale. Et comme elle vient de d�cr�ter que �plus patriote qu�elle tu meurs�, elle d�cide de clouer au pilori les hommes et les partis politiques qui, selon elle, soit applaudissent � l�embrasement soit l�alimentent en jouant aux agitateurs dans ces contr�es. Du proc�s ad hominem concernant Benbitour aux allusions in�l�gantes d�signant le FFS, elle d�veloppe un discours de chasseresse de sorci�res qui ne peut que plaire � un pouvoir, h�sitant sur son avenir et de surcro�t en manque d�avocats, apr�s avoir sold� � la hussarde l�alliance pr�torienne qui lui avait servi de bouclier dans l�espace partisan. Ainsi, apr�s avoir �t� longtemps identifi� comme un courant d�opposition, le PT se retrouve, gr�ce � la v�h�mence de sa porteparole, dans la fonction de censeur attitr� pour le compte du r�gime. Alors que celui-ci n�en demandait pas tant, � la veille des derniers mois cruciaux, le voici restaur� et m�me absous du chaos rampant qui affecte l�Etat. Or, doit on-parler de rapprochement tactique avec El Mouradia � partir de la seule appr�ciation des propos de Madame Hanoune ou, au contraire, r�examiner simplement l�itin�raire de ce courant pour comprendre ses positionnements actuels ? Pour peu que l�on s�efforce d�illustrer son radicalisme vis-�-vis du pouvoir au cours de ces 14 ann�es, l�on s�aper�oit que cette posture se r�v�le d�une �tonnante raret�. Rarement le leader du PT s�est, en effet, �vertu� � critiquer directement le chef de l�Etat et au pire ne s�est attaqu� qu�� quelques ministres dans leur gestion sectorielle. Ce qui en soit �pargne, en toute logique, le grand arbitre. C�est dire que si, cette fois-ci elle a chang� d�artillerie et de cible, Louisa Hanoune n�a ni d�rap� en tant que personnalit� par rapport aux bonnes m�urs politiques, ni d�vi� de la ligne de son parti. Le PT, tel qu�en lui-m�me tout au long d�un quart de si�cle, avait toujours cultiv� cette ambigu�t� doctrinale lui ayant permis de s�installer durablement dans le �rondpoint � du champ politique et dont les �passages clout�s et les lignes rouges� lui �taient ais�ment d�chiffrables. L�aisance avec laquelle un club de pens�e marginal est devenu un appareil d�influence ne s�est jamais justifi�e par la comp�tition des urnes mais plut�t par la captation de la m�t�o des pouvoirs. A partir de 1999 Louisa Hanoune capitalisera, en termes de visibilit� institutionnelle s�entend, ce choix tactique originel. La convergence formelle avec la vision de Bouteflika, n�ayant pas tard� � se muer en connivence tactique, ne devint-elle pas la �candidate � r�guli�re du pr�sident lors de la validation de ses r��lections ? Il est vrai que Louisa Hanoune avait de solides raisons doctrinales pour ne pas trop g�ner Bouteflika. Car sur plusieurs points, le programme de ce dernier reprenait certains v�ux du PT. Aussi bien sur la question nodale de l�Islamisme politique et sa r�sorption que sur la philosophie de l�Etat central leurs r�ponses s�accordaient. Objectivement, l�empathie politique qui en d�coula � partir de 2004 pouvait-elle se priver de quelques passerelles pour se soutenir et se renvoyer l�ascenseur ? Pass� le temps du d�voilement politique, El Mouradia et le PT s�accord�rent sur un gentleman�s agreement qui permit alors � la porte-parole du PT d�avoir des �lus dans toutes les institutions en contrepartie de certaines besognes. Et parmi ces derni�res, celui de torpiller syst�matiquement les vell�it�s, d�o� qu�elles �manent, du moindre projet de cr�ation d�un bloc de l�opposition au r�gime. Camp� sur la cr�te de la d�nonciation et de la division, le PT avait rarement h�sit� avant de qualifier injustement le RCD, le FFS et m�me le MDS de conjur�s agissant contre l�int�r�t national. Des mots durs prononc�s en 2003 et pour lesquels El Hachemi Cherif eut en son temps le commentaire ironique suivant : �Ce pr�tendu courant d�une gauche nationalo-populiste, �crivait-il, n�est en v�rit� que le joker du Bouteflikisme qu�il gardera toujours au chaud dans la sph�re formelle de l�opposition. � Bien des ann�es plus tard, c'est-�-dire apr�s 2005, la d�marche confirmera ce genre de suspicion. En fine dialecticienne, sa porte-parole n�eut de cesse de cultiver, lors de ses interventions, un distinguo subtil entre les orientations majeures relevant du pr� carr� pr�sidentiel et les choix �conomiques des minist�res, qu�elle feint de ne pas partager. En somme, Madame Hanoune ne fut jamais que la discr�te opposante � l�intendance du pays. Voil� pourquoi elle vient de concocter de toutes pi�ces un faux t�moignage sur l�action de Benbitour( qui ne fut Premier ministre que quelques mois afin d�attenter � sa notoire probit�. Une pol�mique de caniveau qui brise d�finitivement l�image qu�elle projetait dans l�opinion. Une douloureuse �m�nopause� politique pour celle qui ne s�aimait tant qu�en repr�sentation politique.
B. H.
(1) Pr�cisons que Benbitour, nomm� chef du gouvernement en d�cembre 1999 ayant remis au chef de l�Etat sa d�mission volontaire � l��t� 2000, n�occupa donc cette fonction que 9 mois !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.