Nice : Boudaoui titulaire face à Rennes. Atal encore absent    Milan : Pioli est désolé, mais...    [Vidéo] Des milliers de manifestants dans Les rues d'Alger    Real : Un accord de principe trouvé avec Sergio Ramos ?    Encore un corps repêché à El Tarf    Institut Cervantès à Alger : Communication « Alger dans la fiction théâtrale Lopesque »    Ould Kaddour dans le collimateur    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    «La pensée libre» à la barre    L'avocat de Blida libéré hier    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un clasico sans âme    Benchaïra forfait face au MCA    La double confrontation face à la Côte d'Ivoire officialisée    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément l'introduction de modifications    Hirak, quels débouchés politiques ?    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    Mascara: Une mère et son bébé sauvés in extremis à Zahana    Sans diagnostic point de remède !    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





AIN-TEMOUCHENT
Nouvelle parution El imtaa fi el ibdaa
Publié dans Le Soir d'Algérie le 07 - 05 - 2013


Un autre livre en langue arabe académique, recueil de poèmes, vient de paraître. Il est intitulé El imtaa fi el ibdaa (le plaisir dans la créativité). Son auteur est le professeur en littérature arabe Bekkaddour Ali qui s'est fait connaître à travers ses précédents ouvrages. Rencontré lors du Salon national du livre organisé dans le complexe culturel de la wilaya de Aïn Témouchent, l'auteur dédicaçait son livre. Il a accordé un bref entretien littéraire au sujet du label. Les passionnés de la langue de l'art d'El Moutanabi trouvent en ce recueil le goût de la lecture poétique et l'esthétique de la poésie. «Ce recueil contient des poésies diverses relatives à différents sujets qui ont impulsé l'auteur à exprimer tout ce qui l'entoure en évènements et actualités sur le plan humanitaire et à plus grande échelle. Tout ce qu'il ressent, touche, réagit avec attendrissement », préface l'auteur dans son livre. Du point de vue littéraire, l'auteur a démontré que pour déguster l'art, il faut opter pour la qualité dans le choix du texte, des mots, le savoir de syntaxe, le lexique linguistique. Ainsi, il a partagé son livre en quatre parties. Dans la première, il a défini la matière du poème qui est composé de trois parties essentielles, à savoir le texte ou l'idée principale autour de laquelle s'articulent les vers, la langue qui est la maison dans laquelle existe l'homme et enfin la personnalité du poète qui doit être plus proche de son environnement pour échanger ses sentiments. En deuxième partie, il déclame 20 poèmes ayant différents sujets et thèmes tels que Douroub el chiir (les sentiers du poème), Zaouia sidi Yacoub, Evènements de décembre 1960 et un autre poème de 507 vers Kawkab wahadj... (la planète brillante). Une méditation et un lot de chants respectivement dans les troisième et quatrième parties. Dans la lecture de ce recueil, on remarque le cachet pédagogique de ce poète qui oriente vers l'amour de la patrie, l'éducation morale et civique, très attaché à la trilogie Algérie-société-culture. En conclusion de l'entretien, M. Bekkadour a insufflé un espoir : «En ce temps, les gens se sont éloignés de la lecture et nous déployons des efforts pour revenir à l'origine, pour que les gens de ce temps se réconcilient avec le livre qui reste le meilleur compagnon et le plus préférable des amis.»

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.