31e semaine de manifestation pacifique : Un vendredi particulier    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    Moussa Benhamadi sous mandat de dépôt    "Le retour à la planche à billets sera inévitable"    Des céréaliers refusent de vendre de l'orge aux brasseurs    Un potentiel à l'export inexploité    Le risque d'un Brexit sans accord reste "très réel"    Sanchez demande aux électeurs "une majorité confortable"    Tractations diplomatiques pour une sortie de crise    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    Tliba et le fils Ould-Abbès s'accusent mutuellement    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    Un tour puis s'en va pour le CSC    Le logo et la mascotte de la 19e édition dévoilés    «Les Algériens ont peur de nous…»    L'affaire Chenihi resurgit    Man City : Mahrez en Ligue des Champions, c'est du costaud !    "C'est Carlos Queiroz qui a insisté pour affronter l'Algérie"    La harga en famille revient    La Protection civile lance une campagne de sensibilisation    ACTUCULT    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Dieu dans l'imaginaire de l'islam politique    Confessions de Tayeb Abdelli    Mexico réclame à Paris l'annulation d'une vente aux enchères    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    L'Algérie parmi les quatre derniers    Mode d'action du hirak : La mobilisation enfle à Béjaïa    Mohamed Charfi se veut rassurant quant à la «sincérité» du scrutin    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    LA BEA appelée à la rescousse    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Menace écologique sur le barrage de Taksebt    Incendies de forêt… acte prémédité ou phénomène saisonnier ? Démêler le vrai du faux    Alger: Rassemblement de solidarité avec les détenus    Gaïd Salah donne des instructions à la Gendarmerie: Nouveau tour de vis pour accéder à Alger    La surenchère est contreproductive pour les élections    Béchar: Il perd la vie après avoir sauvé ses deux enfants de la noyade    Skikda: 10 ans de prison pour trafic de psychotropes    Souk-Ahras: Plus de 16.000 comprimés psychotropes saisis    17e édition du Festival national d'astronomie populaire: «Sous un seul ciel» du 3 au 5 octobre    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Bourses: Les places mondiales prudentes en attendant la Fed    "Hélicoptère Draghi": La BCE ressort la sulfateuse à liquidités    LG: Technologie 8K au service des téléviseurs OLED & NANOCELL    Une nouvelle amnistie générale décretée    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CONSENSUS NATIONAL
Les préalables de l'ANR
Publié dans Le Soir d'Algérie le 01 - 11 - 2014

Le secrétaire général de l'ANR fait, ces derniers temps, de la Coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique (CNLTD) sa cible privilégiée, ne ratant aucune occasion pour lui lancer des fléchettes acerbes.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - Hier vendredi, mettant à profit son intervention à l'ouverture d'une rencontre célébrant le 60e anniversaire de la glorieuse Révolution de Novembre 1954, Belkacem Sahli a encore «sévi» contre cette «partie de l'opposition», comme il la désigne. Qualifiant de «dangereuse» la démarche de la CNLTD, le premier responsable de l'ANR s'est, néanmoins, montré réceptif aux autres initiatives politiques lancées ici et là, dont celle du FFS portant une conférence sur le consensus national. Et Sahli de reprocher à cette partie de l'opposition son «refus de la volonté populaire» qui s'est, selon lui, «clairement exprimée» le 17 avril écoulé, soit l'élection présidentielle ayant reconduit le président de la République pour un quatrième mandat de suite. Une élection dont, pour rappel, la régularité et la transparence ont été contestées et continuent à l'être par bien d'acteurs politiques et autres personnalités nationales.
Le secrétaire général de l'ANR reprend le même étendard de la légitimité des institutions, notamment celle de la présidence de la République pour le brandir comme «préalable qui n'admet pas de discussion», à l'initiative du FFS avant même qu'il ne soit invité aux concertations y afférentes. Soit l'exact contraire de ce que préconise le vieux front de l'opposition qui parle de feuille blanche qu'il propose à ses partenaires parmi les partis politiques, les personnalités nationales et les acteurs syndicaux et associatifs. Estimant que l'approche de la CNLTD est «exclusive et monopoliste», Sahli défend l'option d'un «consensus à construire à partir de ce qui est déjà en place», plaidant pour la poursuite des consultations autour du projet de révision constitutionnelle à même de consacrer davantage la réconciliation nationale et le consensus national.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.