Installation du nouveau président de la Cour d'Alger    BNA: lancement de la Finance Islamique dans deux autres agences à Alger    la FAF autorise les présidents de Ligues nationales à poursuivre leur mission jusqu'à l'AGE    Accidents de la circulation : 32 morts et 1462 blessés en une semaine    Cauchemar    Ah ! La fine équipe !    Un rassemblement de soutien à l'activiste Rabah Ziani réprimé    Drareni condamné à 3 ans de prison ferme    Tebboune met la pression sur les ministres    Alger veut une réévaluation    La lutte contre le crime organisé sur la table    L'UGCAA de Tizi Ouzou demande la prolongation des délais    La "carte de journaliste", l'arme fatale des autorités    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    L'histoire, dernier adversaire de Lewandowski    "Le Hirak a beaucoup accompli, il reste l'essentiel"    Incompréhension et réserves de la communauté universitaire    1 349 interventions enregistrées par la Sûreté de wilaya    Reprise à la Pêcherie    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    La mosquée Sidi-Ghanem de Mila n'a subi aucun dégât    Le comédien Bachir Benmohamed n'est plus    Ce n'est pas moi qui le dis !    Le moudjahid Hamana Boulaaras n'est plus    Mila: logements et aides financières pour les sinistrés des deux tremblements de terre    Hong Kong : Pékin sanctionne à son tour 11 responsables américains    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au Niger    Tiaret : Le réseau d'alimentation en eau potable sera réhabilité    Encore un scandale à l'ESSTS de Dely Brahim : Quatre plaintes pour harcèlement contre le directeur    On vous le dit    PUB' : LE GRAND « FAITOUT »    Les habitants de Guentour protestent contre le manque d'eau    Le président de la forem: «On a fabriqué un clientélisme au sein des associations»    LA SACRALITE DEBONNAIRE DE L'ANSEJ    Tébessa: Autre temps, autres gens...    Ankara envoie un navire de recherche d'hydrocarbures    Le gouvernement Diab démissionne    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Moussaoui, la priorité du Chabab    "Benchaïra a encore une bonne marge de progression"    La composition des deux groupes connue    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    L'affaire Khaled_Drareni, la fin du mirage de «l'Algérie nouvelle »    Reconstruction de Beyrouth: les donateurs conditionnent l'aide à une palette de réformes    WSRW demande au français Voltalia de s'abstenir de toute activité à Laâyoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CONSENSUS NATIONAL
Les préalables de l'ANR
Publié dans Le Soir d'Algérie le 01 - 11 - 2014

Le secrétaire général de l'ANR fait, ces derniers temps, de la Coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique (CNLTD) sa cible privilégiée, ne ratant aucune occasion pour lui lancer des fléchettes acerbes.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - Hier vendredi, mettant à profit son intervention à l'ouverture d'une rencontre célébrant le 60e anniversaire de la glorieuse Révolution de Novembre 1954, Belkacem Sahli a encore «sévi» contre cette «partie de l'opposition», comme il la désigne. Qualifiant de «dangereuse» la démarche de la CNLTD, le premier responsable de l'ANR s'est, néanmoins, montré réceptif aux autres initiatives politiques lancées ici et là, dont celle du FFS portant une conférence sur le consensus national. Et Sahli de reprocher à cette partie de l'opposition son «refus de la volonté populaire» qui s'est, selon lui, «clairement exprimée» le 17 avril écoulé, soit l'élection présidentielle ayant reconduit le président de la République pour un quatrième mandat de suite. Une élection dont, pour rappel, la régularité et la transparence ont été contestées et continuent à l'être par bien d'acteurs politiques et autres personnalités nationales.
Le secrétaire général de l'ANR reprend le même étendard de la légitimité des institutions, notamment celle de la présidence de la République pour le brandir comme «préalable qui n'admet pas de discussion», à l'initiative du FFS avant même qu'il ne soit invité aux concertations y afférentes. Soit l'exact contraire de ce que préconise le vieux front de l'opposition qui parle de feuille blanche qu'il propose à ses partenaires parmi les partis politiques, les personnalités nationales et les acteurs syndicaux et associatifs. Estimant que l'approche de la CNLTD est «exclusive et monopoliste», Sahli défend l'option d'un «consensus à construire à partir de ce qui est déjà en place», plaidant pour la poursuite des consultations autour du projet de révision constitutionnelle à même de consacrer davantage la réconciliation nationale et le consensus national.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.