La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    Beda sur le front    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Echauffourées à Bab-el-Oued    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Le cancer de la thyroïde, le troisième cancer féminin en Algérie    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Blida : Réalisation future de locaux commerciaux pour les jeunes    Ornières et nids-de-poule à Aïn Beïda    L'ornière de la violence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    Nouvelles d'Oran    Blida : Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs anticipe la célébration du Mawlid Ennabaoui Charif    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    La folie des sénatoriales    Des témoins gênants que Ryad va promptement éliminer    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Le projet de la loi de finances adopté par l'APN    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Oran: Un cadavre de migrant rejeté par la mer    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    Ould Abbès dégagé ?    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    Enigme et interrogations    Consolidation de la démocratie participative    92 commerces fermés    L'Onu lève ses sanctions    Partenaires pour un hommage à Alloula    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    En bref…    Tout un programme pour l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





COLLOQUE SUR LA VIE ET L��UVRE DE AMAR SAID BOULIFA
Le pr�curseur berb�risant
Publié dans Le Soir d'Algérie le 28 - 02 - 2006

�Pour sa langue, il semble avoir fait le premier un effort d�analyse rationnelle avec les moyens et les m�thodes de son temps�, disait J. M. Dallet � propos de Amar Sa�d Boulifa, le pr�curseur de la qu�te identitaire, th�me g�n�rique du colloque organis� � la Maison de la culture � l�initiative de l�association Issegh de Souama.
Boulifa a trac� la voie de l�histoire, de l�anthropologie, de la s�miologie. L�un des premiers d�fenseurs de la langue et la culture berb�re � structurer l�enseignement de tamazight. Boulifa a consacr� toute sa vie � la recherche dans la langue berb�re, l�histoire, l�arch�ologie et la sociologie. Les historiens le pr�sentent comme un brillant p�dagogue. Amar Sa�d Boulifa serait n� en 1861 � Adeni dans la r�gion de Larba� Nath Iraten. Sa famille At Belkacem U Amar est de souche maraboutique. Il d�couvre tr�s vite l�enseignement coranique avant de fr�quenter l�une des premi�res �coles fran�aises ouvertes dans cette r�gion en 1875, o� il obtient un certificat d�aptitude aux travaux manuels, un dipl�me d�enseignement en langue fran�aise qui l�oriente directement vers la carri�re d�instituteur. Sa�d Boulifa, de par ses comp�tences en litt�rature fran�aise, est propuls� comme r�p�titeur de berb�re � l��cole normale depuis 1890, puis � la facult� des lettres d�Alger, o� il se pr�sente comme professeur de berb�re, jusqu�en 1929, ann�e o� il prend sa retraite, d�apr�s son testament du 20 octobre 1914. Mis � part ses notes de voyages, notamment au Maroc, et quelques documents administratifs, il n�existe aucune trace, encore moins d�archives, sur les qualit�s et les titres de celui qui est consid�r� comme le pr�curseur berb�risant. Que devient ce monument ? Aujourd�hui, la nouvelle g�n�ration a-t-elle une id�e sur ce grand homme de lettre ? �Les intellectuels contemporains ne se sont pas int�ress�s � Boulifa ou � Jean Amrouche. Pour eux, la culture et la langue berb�re �taient l��uvre uniquement de Mouloud Mammeri�, disait Abdennour Abdeslam, lors de la conf�rence qu�il avait anim�e durant le colloque. Dans son discours autour de Boulifa, Abdeslam a longuement dissert� sur la �gu�guerre� po�tique engag�e entre Boulifa et Hannotau et leur divergence sur la condition f�minine en Kabylie. La lecture du livre les chants populaires du Djurdjura de Hannotau �tait � l�origine, selon Abdennour Abdeslam, de cette gu�guerre qui a fait germer en lui un combat contestataire. �Boulifa est l�un des premiers auteurs qui ont suivi les rares cours de berb�re depuis au moins 1891, ann�e o� fut cr�� le brevet de langue kabyle�, rappelle Sa�d Chemakh, dans sa conf�rence sur l��uvre de Sa�d Boulifa, une production � plusieurs facettes. Pour le conf�rencier, la conscience identitaire a constitu� une motivation sociale pour cette g�n�ration d�hommes de lettres.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.