Le Conseil de la monnaie et du crédit décide de doubler le capital minimum des banques    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    Beda sur le front    La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Echauffourées à Bab-el-Oued    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Le cancer de la thyroïde, le troisième cancer féminin en Algérie    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Blida : Réalisation future de locaux commerciaux pour les jeunes    Ornières et nids-de-poule à Aïn Beïda    L'ornière de la violence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    Nouvelles d'Oran    Blida : Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs anticipe la célébration du Mawlid Ennabaoui Charif    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    La folie des sénatoriales    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Oran: Un cadavre de migrant rejeté par la mer    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    Ould Abbès dégagé ?    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    Des témoins gênants que Ryad va promptement éliminer    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    Enigme et interrogations    Consolidation de la démocratie participative    92 commerces fermés    L'Onu lève ses sanctions    Partenaires pour un hommage à Alloula    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    En bref…    Tout un programme pour l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





HASSAN HATTAB
Quelles enqu�tes pour un sanguinaire ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 11 - 2007

Le ministre de l�Int�rieur et des Collectivit�s locales affirme la repentance de Hassan Hattab, ex-�mir du Groupe salafiste pour la pr�dication et le combat (GSPC).
Noureddine-Yazid Zerhouni �tait tr�s � l�aise avant-hier en d�clarant � la presse que �des enqu�tes pr�liminaires sur ce terroriste sont actuellement en cours et n�ont pas encore abouti afin de le pr�senter devant la justice�. Le ministre s�abstient, cependant, d�indiquer l�endroit o� est incarc�r� le chef terroriste depuis sa reddition. Celle-ci, intervenant apr�s l�expiration des d�lais fix�s par les textes de loi portant Charte pour la paix et la r�conciliation nationale, l�Etat se trouve devant une situation embarrassante. Quel sort r�server � ce dangereux terroriste dont les mains sont tach�es du sang de milliers d�Alg�riens et qui se rend en retard ? Si l�affaire est trait�e par la justice alg�rienne comme se d�roulent actuellement les affaires li�es au terrorisme devant les diff�rentes juridictions, la r�ponse serait tr�s �vidente, � savoir que la r�conciliation ne peut pas toucher un sanguinaire dont voici le parcours :
- Hassan Hattab est n� le 14 janvier 1967 � Rouiba, � une dizaine de kilom�tres � l�est d�Alger. A l��ge de 18 ans, il passe son service militaire � l�Ecole des troupes a�roport�es de Biskra. C�est l� qu�il rencontre Amari Sa�fi et Abbi Abdelaziz, qui d�sertent l�arm�e en 1991 et rejoignent les premiers groupes arm�s. Ils sont connus respectivement sous les noms de guerre �Abderezak El Para� et �Okacha El-Para�.
- 1991, Hassan Hattab adh�re � l�ex-parti islamiste, le FIS.
- 1992, il prend le maquis et rejoint ses ex-lieutenants, les �paras� o� il s�inscrit officiellement dans les rangs des Groupes islamistes arm�s (GIA).
- 1994, il tue son oncle Abdelkader Hattab, �galement terroriste, sous les ordres de l���mir� Abou Abdallah qui le nomme suite � cette �preuve, chef terroriste de la zone 2 (la Kabylie)
- Ses �exploits� lui permettent une promotion en tant que membre permanent du majliss �choura du GIA.
- 1996-1997, Hassan Hattab s�affiche parmi les plus sanguinaires. Il est l�un des commanditaires et ex�cutants des massacres collectifs (Er- Ra�s, Bentelha, Ramka et A�n-Defla). A la fin 1997, la sauvagerie avec laquelle agit le GIA envers les populations freine son action et les divergences avec la base du GIA sont ressenties, notamment avec l���mir� Antar Zouabri
- 1998, il annonce son retrait du GIA et cr�e le GSPC, avec un r�glement int�rieur annonciateur d�un nouveau combat bas� sur les attentats cibl�s. Il monte un r�seau terroriste des plus redoutables, fort en mat�riel et nanti d�une structure organisationnelle. Il r�partit ses �l�ments dans le centre, � l�est, � l�ouest et au sud du pays. L�appel a �t� donn� pour l��limination des �l�ments des services s�curitaires (policiers, gendarmes, militaires).
- 1999-2001, la pr�sident Bouteflika tend la main � Hattab, en promulguant une loi portant la concorde civile. Celui-ci ne r�pond pas � l�appel et continue ses assassinats cibl�s en Kabylie.
- 2003, le GSPC fait un forcing au Sud alg�rien par la prise d�otages d�un groupe de 32 touristes allemands.
- 2004, apr�s des diff�rends sur la gestion de l�organisation et son refus de se rallier � l�organisation internationale Al Qa�da, Hattab a �t� �vinc� de la direction du GSPC et a �t� remplac� par Abdelmalek Droukdel, alias Abou Moussab Abdelwadoud. Depuis cette date, le sort de Hattab a �t� livr� � toutes sortes de sp�culations. Certains parlaient de reddition et d�autres de son �limination par ses adversaires.
- 2006, Hattab affiche sa volont� de se rendre et de b�n�ficier des dispositions de la Charte pour la paix et la r�conciliation nationale, apr�s la fameuse phrase du pr�sident Bouteflika �Monsieur Hattab�.
- 2007, les autorit�s politiques annoncent officiellement la reddition du chef terroriste et son proc�s a �t� programm� � la session criminelle du 4 novembre. Hattab ne se pr�sente pas devant le tribunal.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.