Procès Khaled Drareni au tribunal de Sidi M'hamed : «Je n'ai fait que mon métier de journaliste»    Football : la LFP propose de baptiser le stade de Saïda au nom de Saïd Amara    Le général Gouasmia nouveau commandant de la gendarmerie nationale    LE SOIR D'ALGERIE FÊTE SES 30 ANS    La chambre d'accusation statuera demain    Les travailleurs de l'Enad de Sour-el-Ghozlane en colère    Effacement des pénalités et rééchelonnement des dettes    El Mou'amara !    L'Assemblée générale extraordinaire du GS Pétroliers mercredi...    Mandi, un autre Algérien en Premier League ?    Révision du calendrier des demi-finales    Marche des supporters de l'ES Sétif    10 000 da d'amende pour les 40 participants à une excursion en mer    Ce qui pousse des citoyens à braver l'interdit !    Réouverture progressive des mosquées et des plages    8 décès et 507 nouveaux cas en 24 heures    Accident de la route : 23 morts et 1311 blessés en une semaine    Stéréotypes stériles ou regard objectif    Un hommage aux musulmans morts pendant les deux guerres mondiales : «Leur sacrifice nous engage tous»    US Tébessa : Le club victime de son propre entourage    Artisan de la réconciliation en Irlande du Nord : John Hume est mort    Barrage éthiopien sur le Nil: le Soudan, l'Egypte et l'Ethiopie reprennent leurs pourparlers    Covid-19 et Toufik-34    Nouvelles de Tiaret    Marché des assurances : Marco Cuneo, nommé CEO d'AXA en Algérie    Sidi Bel Abbès : Perturbation de l'alimentation en eau durant l'Aïd    Circonscription administrative de Rouiba : Plus de 13 000 peaux de mouton collectées    Relations franco-algériennes : Confrontation des mémoires    Les obsèques de Gisèle Halimi célébrées le 6 août à Paris : «Je veux crier fort pour ces voix qui se sont tues et celles que l'on ne veut pas entendre»    Nouvel Ouvrage de Ammara Bekkouche édité par le CRASC : Une réflexion originale sur comment cultiver l'urbain à Oran    Lancement du concours de lecture créative par l'ONUDC : Le conteur Mahi Seddik parmi le jury de sélection des lauréats    Décès du Dr Cherifi Mohamed, un des fondateurs de l'ONEC    Boulevard «Emir Abdelkader»: Un immeuble menaçant ruine suspend un arrêt du tramway    FAF - Après l'arrêt du championnat: Des dirigeants de clubs montent au créneau    Chlef: Le nouveau chef de la sûreté de wilaya installé    Rachat et matières essentielles: Le ministère de l'Education dément les rumeurs sur le bac    Des départs plus grands !    DECOMPTE ET ANNIHILATION    Djerad parle d'"actions préméditées"    Le Liban s'enferre dans une crise multiforme    Pour un élargissement des domaines de compétences    Le périmètre irrigable a augmenté à Souk Ahras    Draoui, Bouguelmouna et Ferhani partants    Ankara dénonce un contrat pétrolier américano-kurde en Syrie    Verdict pour quatre suspects    "La pensée d'Albert Memmi est sans compromission"    L'émergence du monothéisme en Afrique du Nord    18 civils tués dans une attaque du groupe terroriste Boko Haram    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LE D�FI DES CINQ COMMUNES DE BOUDOUAOU
R�ussir la transition vers le progr�s ou devenir une simple favela d'Alger
Publié dans Le Soir d'Algérie le 02 - 04 - 2008

La da�ra de Boudouaou, qui comprend 5 communes, Boudouaou, Boudouaou-El-Bahri, Keddara, Kherrouba et Ouled-Heddadj, est en quelque sorte le prolongement de la Basse-Kabylie puisque sur le pi�mont du fameux massif de Bouzegza dans les communes de Kherrouba et Keddara les populations utilisent la langue tamazight.
Cette r�gion du nord-ouest de la wilaya de Boumerd�s est autant la porte d�entr�e du territoire de la capitale. Cette position strat�gique a ses avantages au plan de la mobilit� humaine et de la circulation des marchandises mais si la gestion des collectivit�s n�est pas ma�tris�e des probl�mes majeurs se poseront aux communes de cette da�ra particuli�rement Ouled-Heddadj, Boudouaou et Boudouaou-El-Bahri. Tout le monde en convient, la capitale �touffe et sur le moyen et le long terme ce sont moult probl�mes qui se r�percuteront sans aucun doute sur la partie ouest de la wilaya de Boumerd�s. Pour preuve, � la sortie de Boudouaou, pour rejoindre la ville limitrophe de R�gha�a, un immense bidonville est implant�. A l�heure actuelle, la situation politique des collectivit�s territoriales de cette da�ra n�est pas brillante. L�Etat a d� intervenir par le biais de ses repr�sentants locaux pour stabiliser le climat social et r�sorber temporairement les remous n�s du scrutin du 29 novembre. �Il est n�cessaire que les citoyens de ces municipalit�s prennent conscience que le d�veloppement de leurs communes ne viendra que d�eux. Nous autres commis de l�Etat nous n�avons que des missions limit�es dans le temps et nous ne faisons que passer�, avoue M. Zouak, chef de la da�ra. Ce responsable, qui ma�trise parfaitement son sujet et qui est derri�re plusieurs grands projets en direction de cette da�ra, nous a longuement entretenu des probl�mes et des perspectives des cinq communes dont il a la charge. Il ressort, � l�issue de cet entretien, qu�un d�fi majeur se pr�sente � la soci�t� politique locale et la soci�t� civile de la r�gion : r�ussir la transition vers le progr�s social ou devenir � long terme une simple favela de la capitale.
Situation organique de trois communes fragiles
Le monde m�diatique de la wilaya de Boumerd�s a suivi et suit toujours les p�rip�ties survenues dans les communes de Boudouaou, Boudouaou-El-Bahri et surtout Ouled Heddadj, apr�s les �lections du 29 novembre 2007, r�v�lant ainsi que l�archa�sme a de beaux jours devant lui. Le P/APC FLNiste, M. Louriachi, de Boudouaou-El-Bahri, aid� par le chef de da�ra qui est intervenu plusieurs fois, a fait tout de m�me bon usage de ses comp�tences pour calmer les ardeurs d�une opposition qui s�est montr�e particuli�rement acerbe � son endroit. Finalement, le bon sens l�a emport�. Dans la plus importante commune, M. Mahsas, �galement du FLN, a r�ussi � asseoir une majorit� autour de la liste du FLN mais reste fragilis� par des tiraillements n�s dans le sillage de la constitution des clans. L�importance de Boudouaou ouvre des vis�es �conomiques et financi�res inavou�es. Par contre, l�APC d�Ouled Heddadj est compl�tement paralys�e. Depuis novembre l�opposition tient en haleine les administr�s. Apr�s avoir r�cus� le P/APC, au motif qu�il est poursuivi par la justice, cette opposition se voit pousser des ailes. Elle est all�e jusqu�� exiger, contrairement au code communal, que le P/APC soit �lu par le collectif de l�assembl�e. Les opposants, au nombre de 5 sur 9, posent en outre des conditions draconiennes visant � d�pouiller le FLN, vainqueur du scrutin du 29 novembre, de toutes les pr�rogatives que lui conf�re cette victoire. �Apr�s plusieurs tentatives, des accords et des revirements de derni�re minute, nous pensons qu�il est temps de remettre les pendules � l�heure pour ne pas bloquer la machine administrative et le d�veloppement de la localit�, estime le chef de da�ra, qui pr�cise que le wali signera un document lui attribuant les pr�rogatives de P/APC de Ouled -Heddadj. Selon lui, � cause de certaines forces de nuisance qui agissent dans l�ombre, cette assembl�e court vers la dissolution. Seules les communes de Keddara et Kherrouba �chappent � ce climat de suspicion politique. Il est vrai qu�elles sont pauvres et loin du centre d�int�r�t. Des 9 chefs de da�ra que compte la wilaya de Boumerd�s, c�est celle de Boudouaou qui est la plus difficile � g�rer sur le plan politique.
Sortir de la gestion de l'apr�s-s�isme pour relancer le d�veloppement
�Nous avons termin� la gestion des retomb�es li�es au s�isme. C�est un volet qui a un caract�re social, donc tr�s sensible. Il a accapar� 80% de nos activit�s et bloqu� le d�veloppement. Fort heureusement, nous avons r�sorb� � 90% nos probl�mes. Ce dossier sera d�finitivement clos d�ici le mois de juin�, nous a dit M. Zouak. Sur ce, le commis de l�Etat, nous brosse un tableau sur les efforts de l�Etat en direction des populations des 5 communes de la da�ra touch�es par la catastrophe du 21 mai 2003. Ainsi 977 familles sinistr�es ont �t� recens�es. 292 d�entre elles ont opt� pour la reconstruction, 916 familles et 191 autres venant des coop�ratives ont �t� relog�es par l�Etat. Pour rappel, les coop�rateurs avaient, selon M. Zouak pris au d�part option pour la reconstruction collective. Cependant, devant le surco�t que pourrait engendrer la reconstruction de ces coop�ratives d� essentiellement � la nature du terrain mar�cageux, elles ont fini par demander le relogement par l�Etat. �Nous leur avons laiss� leurs terrains qui sont leurs propri�t�s. Elles en feront ce qu�elles voudront, � la condition que les projets soient conformes aux r�gles de l�urbanisme�, dit-il. Il ressort d�un bilan succinct que la da�ra a b�n�fici� d�un programme d�urgence de 1 100 logements. En plus 916 familles qui ont relog�es d�finitivement, 192 autres familles, qui avaient opt� pour cette formule, auront toutes leurs logements en juin prochain, sinon avant ao�t 2008, assure le chef de da�ra. Le quota des logements non attribu�s sera r�parti entre certaines familles sinistr�es venant des communes des Issers, Th�nia, Baghlia, Dellys� En plus des difficult�s de recasement des familles sinistr�es qui ont perdu leurs habitations en 2003, la da�ra �tait confront�e aussi, d�apr�s son responsable, aux probl�mes des familles nombreuses dont les F4 et F3 conventionnels ne pouvaient pas contenir. Il a fallu donc � M. Zouak et aux P/APC de r�soudre cet �cueil. A la fin de chaque op�ration de relogement, certaines familles se montrent r�ticentes pour restituer les chalets. 811 habitations en pr�fabriqu� ont �t� tout de m�me r�cup�r�es et distribu�es dans le cadre social. �Une dizaine de citoyens persistent dans cette position d�obstruction mais force est � la loi�, estime notre interlocuteur. Au volet logement social, et selon le plan de charge de la da�ra, il n�y actuellement que 162 � Keddara en construction et 30 � Ouled- Heddadj. Par contre, selon M. Zouak, sa circonscription table sur un programme massif du LSP. 900 unit�s seront lanc�es incessamment au niveau de Hala�mia et 200 dans le village de Benmerzouga, deux agglom�rations de la commune de Boudouaou.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.