Réunion du gouvernement: examen du projet d'extension du port de Djen-Djen    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques sur les sites des forces marocaines aux secteurs de Mahbes et El Farsya    Algérie-Italie: des relations économiques en constante évolution    Judo: le parc sportif d'Oran est en mesure d'accueillir le championnat du monde    Incendies de forêts: un dispositif opérationnel de mobilisation générale et d'alerte maximale    MDN: Chanegriha supervise un exercice tactique dans la 2ème RM    Tizi Ouzou: ouverture du 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni    Saïda: décès du président de l'APC de Youb    Ligue 1/WAT-ESS: les Sétifiens en quête de rachat    Affaire GB Pharma: Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal condamnés à 3 ans de prison ferme    Journée mondiale de l'Afrique: face aux défis de la paix, santé et agroalimentaire    Sahara occidental: une délégation US arrêtée par les autorités marocaines à l'aéroport de Laâyoune occupée    OMS : la transmission de la variole du singe peut être stoppée dans les pays non endémiques    Industrie: Zeghdar reçoit le président du Médef    Lutte contre la spéculation illicite: 53 délits enregistrés durant les quatre premiers mois 2022    Présentation à Alger du bilan du projet des parcs culturels    Real : Valverde n'a pas apprécié les déclarations de Salah    Tlemcen: Le changement climatique fait sa formation    Des mentalités à formater    Météo: Des températures «au-dessus des moyennes saisonnières»    Non, l'ennemi de l'homme n'est pas le singe !    Agression du domaine public et forestier: Des instructions pour intensifier la lutte contre les constructions illicites    MC Oran: Le Mouloudia pas encore sauvé    USM Khenchela: Un retour au premier plan    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    La première règle de l'investissement    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Les directeurs des CEM se rebellent    La société civile en question    Des nouveautés en attendant le 5 Juillet...    Les dernières retouches    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Un réseau de prévention mis en place    L'armée s'engage    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



GESTION IMMOBILI�RE
Les banques sollicit�es pour des cr�dits aux copropri�taires
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 06 - 2008

Les travaux de la deuxi�me journ�e du s�minaire international sur la gestion immobili�re se sont d�roul�s hier en ateliers pour permettre aux experts de d�battre des diff�rents aspects li�s � la gestion immobili�re qui sont relatifs � la gestion de la copropri�t�, la pr�servation du patrimoine immobilier, le financement de la gestion immobili�re et enfin �taler les textes l�gislatifs et r�glementaires existants pour les r�actualiser et les adapter aux nouvelles donn�es du march� de l�immobilier.
Rosa Mansouri - Alger (Le Soir) - La probl�matique du recouvrement des charges de la gestion des immeubles par les locataires et copropri�taires des logements est � l�origine de l��mergence, hier au cours des d�bats dans l�atelier sur le financement de la gestion immobili�re, de l�id�e de solliciter les banques et les inciter � r�fl�chir sur les possibilit�s d�octroi de cr�dits aux copropri�taires des immeubles, pour la r�alisation des travaux de r�novation et de r�fection des biens immobiliers partag�s, comme les fa�ades, l��tanch�it�, la plomberie et autres. Les banques ont �t� aussi invit�es � prendre connaissance des besoins en mati�re de gestion immobili�re. Une r�flexion a m�me �t� approfondie concernant la cr�ation des soci�t�s de gestion urbaines, qui seront des prestataires pour tous les travaux recens�s et seront g�n�ratrices d�emplois. Certains participants � l�atelier ont sugg�r� de creuser la question, avec les banques et int�grer ce genre de projet dans le cadre du dispositif de l�emploi de jeunes. N�anmoins, la pr�occupation majeure des intervenants reste celle de trouver les meilleurs m�canismes juridiques et administratifs pour convaincre les citoyens � participer � la gestion de leur environnement ext�rieur, notamment et imp�rativement par le payement des charges li�es � la gestion des immeubles. �Il faut mettre en place un dispositif s�v�re et une farouche d�termination des pouvoirs publics pour obliger les locataires et copropri�taires � payer leurs charges�, souligne-t-on, sans oublier de proposer la cr�ation des chambres sp�cialis�es dans les tribunaux pour mieux appliquer les r�solutions et les d�cisions administratives. Mais ne se voilant pas la face, certains intervenants ont rappel� la d�mission des pouvoirs publics durant toutes ces ann�es, en assistant les citoyens, m�me dans les t�ches qui ne sont pas de leurs priorit�s mais bel et bien de celles de ces citoyens, en tant qu�acteurs dans leur environnement. Sans l�implication des int�ress�s, la gestion immobili�re ne sera pas celle esp�r�e aujourd�hui par les pouvoirs publics. Et l�exemple est �difiant.
Les OPGI asphyxi�s
La situation de d�gradation des cit�s appartenant � l�OPGI caract�rise cette d�mission des locataires et copropri�taires. Selon le directeur de l�OPGI de Hussein-Dey, M. Raha�mia, les taux de loyers appliqu�s � ce jour par son organisme, qui est investi dans une mission de service public, est nettement en de�� des co�ts r�els de l�entretien et de la gestion immobili�re. Les prix de 900 DA administr�s par les pouvoirs publics, comme charges d�entretien, sont faits sur des bases sociales et non pas �conomiques. Car, explique-t-il, �la valeur exacte de ces co�ts est de 4200 DA�. �L�Etat devait payer la diff�rence pour les OPGI mais cela ne s�est jamais fait et c�est la raison pour laquelle les cit�s se trouvent dans une situation de d�gradation lamentable�, a signal� M. Raha�mia, ajoutant que m�me le payement des charges administr�es n�est pas respect�. Devant cet �tat de fait, notre interlocuteur interpelle les pouvoirs publics pour abandonner cette politique sociale et r��valuer les co�ts � leur juste valeur �conomique. Il est pr�conis� aussi de cr�er des m�canismes ad�quats et correspondants aux diff�rentes couches sociales. �L�Etat doit r�fl�chir � instaurer une aide � la location, pour les personnes aux revenus bas et moyen. Il n�est plus possible que les gens riches payent au m�me titre que les pauvres�, dit-il avec regret. Il est � signaler que dans la wilaya d�Oran par exemple, les redevances de locataires envers l�OPGI sont de l�ordre de 400 millions de dinars.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.