Le clan Tliba en perte de vitesse    Présidentielle : il y aura de l'ambiance !    Les experts pointent les insuffisances et contraintes du secteur    Les parlementaires s'y intéressent    Le Front Polisario saisira de nouveau la justice européenne    Plus de Prozac dans la soupe, peut-être ?    Que de derbies !    Une finale avant la lettre entre les plus titrés    Le NAHD voit désormais grand    «Nous avons été poussés à la contestation»    Médecins, l'autre harga    Le photographe de presse Benhlima Abdelkrim porté disparu en mer    Au royaume des poètes arabes    Des écrivaines qui valent leur pesant de poudre    Vers la création d'un orchestre symphonique amazigh    Lutte contre la criminalité : Près de 40 kg de cannabis saisis en décembre dernier    Présidence tournante en Union européenne: La Roumanie veut une Europe de cohésion    L'opposition piégée ?    Tizi Ouzou: Un homme tué par le monoxyde de carbone    Urgences du CHUO: Près de 14.000 consultations et 1.900 admissions en 1 mois    Saisie de 100 kilos de kif    EN - En prévision de la CAN-2019: Belmadi dégrossit la liste élargie de 45 joueurs    Fin du suspense mais un emballement politique relatif    Extension du port de Skikda: Sonatrach signe un contrat avec les Chinois    Le rêve et la chaloupe    Victoire de Ouarghi de l'OFAC    Le GS Pétroliers évoluera dans le groupe D    Italie: Déception et colère après la sanction maintenue contre Koulibaly    Salon national de l'emploi et de la formation La 13ème édition du 29 au 31 janvier à Alger    Forum économique de Davos : Messahel représente le président de la République    Journal officiel : La date du 18 janvier décrétée Journée nationale de la commune    Renault : Une semaine décisive pour l'après-Ghosn    Madagascar : Andry Rajoelina s'engage à rattraper dans cinq ans le retard du développement du pays    Guerre commerciale : Les USA veulent des contrôles réguliers du commerce chinois    Nomination des magistrats et prérogatives pour la HIISE    En attendant les 1ères Assises nationales sur l'économie circulaire : Le volume des déchets en Algérie peut créer 100 000 postes d'emploi    L'économie administrée est en échec    Bourses : Wall Street se réjouit de la montée en flèche des actions des compagnies américaines    Transfert des eaux de Beni-Ounif vers cinq communes (Bechar) : Le projet hydraulique sera réceptionné et mis en service en avril prochain    La fédération satisfaite de la participation algérienne    Film Juba II : Faire connaitre l'Histoire profonde de l'Algérie    Bedoui lance le débat    Raids aériens massifs de la Coalition arabe contre les Houthis    GMI livre 50 bus scolaires Au profitdes collectivités locales    Cinq partis politiques et six personnalités procèdent au retrait des formulaires de candidature    Les chrétiens sont "très persécutés" en Algérie    Avant-première du documentaire «Juba II»    Plusieurs réserves levées    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





COLLOQUE SUR LA VIE ET L��UVRE DE BAHIA FARAH
Une �toile sort de l�oubli
Publié dans Le Soir d'Algérie le 15 - 03 - 2009

�Quand on a tout perdu, il ne nous reste que la culture�� Alors commen�ons par r�habiliter nos grandes figures.
D�c�d�e en 1984, Bahia Farah, la c�l�bre chanteuse alg�rienne et kabyle n�e en 1917 dans la r�gion de Bouira, vient d��tre r�habilit�e parmi les siens gr�ce au colloque qui lui a �t� consacr� par la direction de la culture et l�association des activit�s culturelles de Bouira, au niveau de la maison de la culture, qui est en instance d�inauguration dans le chef-lieu de wilaya. Ainsi, apr�s avoir �t� frapp�e par l�oubli pr�m�dit� du syst�me de la pens�e unique, Bahia Farah, de son vrai nom Bounouar Fatma-Zohra, a �t� ressuscit�e aupr�s du public de Bouira, dont des anciens fans du pass� qui ont �t� berc�s par ses chansons � travers la radio, et la nouvelle g�n�ration �merveill�e de d�couvrir une femme qui, avec son courage et son talent, a brav� tous les interdits et contribu� activement, � l�aide de sa voix, � l�ind�pendance de son pays. Elle est devenue la vedette de la chanson de l�alg�rianit� dans toute sa splendeur. Des membres de sa famille, dont sa belle s�ur qui s�est d�plac�e d�Alger pour t�moigner sur le v�cu de la d�funte, �taient �galement pr�sents. Lors de la conf�rence anim�e mardi dernier par Abdelkader Bendameche et Kamel Hamadi sur la vie et le parcours artistique de Bahia Farah, on apprend que depuis l��ge de 14 ans, apr�s une enfance v�cue comme orpheline, Bahia s�est envol�e en France avec son oncle, o� elle a fait ses d�buts comme danseuse puis choriste avant de devenir chanteuse interpr�te en c�toyant les grandes figures du monde de la chanson et de la musique de l��poque, dont Mohamed El- Jamoussi (Tunisien), Hocine Slaoui (Marocain) et Mohamed El- Kamel, ainsi que les vedettes de la chanson kabyle et alg�rienne comme Slimane Azem, Allaoua Zerrouki, Salah Sadaoui et Akli Yahiat�ne, ainsi que Kamal Hamadi qui lui fut d�un grand apport et qui dira d�elle : �Bahia a interpr�t� quelques-unes de mes chansons et par la suite, elle interpr�tera d�autres chansons �crites par elle-m�me, par Missoum, et son �poux Mohamed Temmam, le c�l�bre peintre miniaturiste et musicien alg�rien.� Pour sa part, M. A. Bendameche a indiqu� que l�essentiel du r�pertoire de Bahia Farah tourne autour de l�exil, de l�amour et du patriotisme du fait que pendant la p�riode de la r�volution alg�rienne, elle fut charg�e par le FLN de la sensibilisation au profit de la cause nationale. Pour ce faire, elle monta la c�l�bre troupe artistique du FLN compos�e de 24 membres dont Mustapha Sahnoun et Mohamed Boudia, toujours en vie. Pour la journ�e du mercredi, une seconde conf�rence a �t� anim�e par Abdenour Abdesslam et Ramdane Lesheb sous le th�me �Le chant f�minin de la guerre de Lib�ration� o� les qualit�s de femme militante, courageuse et d�artiste hors pair de Bahia Farah ont �t� mises en exergue. Devant sa belle-s�ur qui venait de d�couvrir pour la premi�re fois l�autre facette de la vie de la d�funte, les conf�renciers ont salu� l�initiative de la direction de la culture � rendre hommage � cette c�l�bre femme qui �tait anim�e de grandes qualit�s artistiques, et d�une g�n�rosit� exemplaire. �Parler de Bahia aujourd�hui et la pr�senter pour les jeunes, c�est un devoir historique et c�est le meilleur geste pour sauver la culture�, dira l�un des intervenants, tout en d�plorant le fait qu�elle fut marginalis�e et oubli�e apr�s sa mort par des responsables qui ont tent� dans les ann�es 1980 d�effacer de la m�moire collective alg�rienne de nombreuses grandes figures de la culture alg�rienne.
Amine Han �
UNE CL�TURE EN APOTH�OSE
Ils �taient tous l�, ses amis, sa famille�
C�r�monie grandiose que cette cl�ture du colloque d�di� � l�artiste Bahia Farah. Des amis de la d�funte, ceux qui l�avaient c�toy�e comme Kamal Hamadi et Abdelkader Bendameche (ces deux artistes �taient absents jeudi o� ils devaient animer une �mission sur la d�funte sur Canal Alg�rie, mais ils avaient t�moign� lors des premi�re et deuxi�me journ�es du colloque qui a dur� trois jours ), Akli Yahiat�ne qui a �gay� le public avec son inoubliable chanson Ya lmanfi ou encore Lghorba Touw�r; Salima, l�animatrice de la Chaine II ; Taleb Rabah qui n�a pu chanter � cause de son �ge avanc� ; Djamel Allam qui a chant� Uretsru a thamgharth; Ldjida Thamechtouhth ; Anissa, (Djamila et Nna Chrifa n�ont pas pu faire le d�placement pour cause de sant� ), ou simplement connu comme Chabha qui a chant� en duo avec Hassen la chanson que la d�funte avait chant� avec Slimane Azem, l�autre monument de la chanson kabyle Atas Issevreghou encore Dalila Brahmi qui a chant� la chanson avec laquelle tout le monde avait d�couvert Bahia Farah dans les ann�es 1960, Yeqsiyi Wezrem. Tous ces amis �taient l� pour t�moigner du talent hors pair de Bahia Farah, cette belle femme qui alliait beaut� et voix m�lodieuse et ber�ante. D�autres artistes qui figuraient dans son antique troupe artistique du FLN que la d�funte avait elle-m�me mont�e en 1957 pour faire part de la voix et du combat du FLN � travers plusieurs pays �taient pr�sents comme Mustapha Sahraoui et Mohamed Boudia. D�autres anonymes qui aimaient la d�funte, il y en a eu des centaines ce jeudi dans la majestueuse salle de spectacles de la Maison de la culture de Bouira. La famille de Bahia Farah �tait tout simplement �mue ne pouvant d�crire avec les mots la joie et la fiert� de se revendiquer de cette grande dame. La direction de la culture de la wilaya de Bouira, � sa t�te Aomar Reghal, a r�ussi le pari de ressusciter la culture avec des hommages dignes de notre pays, apr�s celui d�di� � Djamel Amrani. Des cadeaux ont �t� remis � la famille de la d�funte et � tous les artistes qui ont effectu� le d�placement � Bouira pour assister � cet hommage.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.