Benhadid : «La solution est politique»    5 exercices bénéfiques pour les muscles de votre dos    Crise libyenne : L'armée de Haftar au bord de l'enlisement    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Affaires Sonatrach et Autoroute Est-Ouest: Les dossiers de Chakib Khelil et Amar Ghoul transmis à la Cour suprême    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Sécurisation des marches citoyennes: Gaïd Salah annonce l'arrestation d'individus soupçonnés de fomenter des troubles    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    Coupe d'Algérie - 1/2 finale-retour: JSMB - ESS, aujourd'hui à 17 h 00: Un âpre duel en vue    Football - Violence et arrangements: Des résultats complètement faussés    Division nationale Amateur - Ouest: Cinq clubs dans la tourmente    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Restitution des projets financés par l'UE pour la sauvegarde du patrimoine : 5 associations oranaises présentent leurs bilans    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    La Chine célèbre en grande pompe les 70 ans de sa marine nationale Xi Jinping propose de construire une communauté de destin maritime    "L'armée ne doit pas imposer son agenda"    Le prix du baril pourrait flamber    Justice : Deux dossiers de poursuites contre Chakib Khelil et ses complices transmis à la Cour suprême    Le temps des décomptes    Van de Beek, ça coûte cher    Renato Sanches veut vraiment partir    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Championnat d'Afrique de lutte : Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    Comédie burlesque à l'algérienne    "Laissez la justice faire son travail"    Le long métrage "Abou Leïla" en compétition à la Semaine de la critique à Cannes    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    Sidi Bel-Abbés.. Saisie de kif et de psychotropes    Actions de solidarité durant le mois sacré.. Le mouvement associatif tend la main aux démunis    La Casbah pleure ses victimes dans le recueillement    APRES AVOIR COMMIS NEUF VOLS CONSECUTIFS : Trois dangereux voleurs, sous les verrous à Mascara    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





COLLOQUE SUR LA VIE ET L��UVRE DE BAHIA FARAH
Une �toile sort de l�oubli
Publié dans Le Soir d'Algérie le 15 - 03 - 2009

�Quand on a tout perdu, il ne nous reste que la culture�� Alors commen�ons par r�habiliter nos grandes figures.
D�c�d�e en 1984, Bahia Farah, la c�l�bre chanteuse alg�rienne et kabyle n�e en 1917 dans la r�gion de Bouira, vient d��tre r�habilit�e parmi les siens gr�ce au colloque qui lui a �t� consacr� par la direction de la culture et l�association des activit�s culturelles de Bouira, au niveau de la maison de la culture, qui est en instance d�inauguration dans le chef-lieu de wilaya. Ainsi, apr�s avoir �t� frapp�e par l�oubli pr�m�dit� du syst�me de la pens�e unique, Bahia Farah, de son vrai nom Bounouar Fatma-Zohra, a �t� ressuscit�e aupr�s du public de Bouira, dont des anciens fans du pass� qui ont �t� berc�s par ses chansons � travers la radio, et la nouvelle g�n�ration �merveill�e de d�couvrir une femme qui, avec son courage et son talent, a brav� tous les interdits et contribu� activement, � l�aide de sa voix, � l�ind�pendance de son pays. Elle est devenue la vedette de la chanson de l�alg�rianit� dans toute sa splendeur. Des membres de sa famille, dont sa belle s�ur qui s�est d�plac�e d�Alger pour t�moigner sur le v�cu de la d�funte, �taient �galement pr�sents. Lors de la conf�rence anim�e mardi dernier par Abdelkader Bendameche et Kamel Hamadi sur la vie et le parcours artistique de Bahia Farah, on apprend que depuis l��ge de 14 ans, apr�s une enfance v�cue comme orpheline, Bahia s�est envol�e en France avec son oncle, o� elle a fait ses d�buts comme danseuse puis choriste avant de devenir chanteuse interpr�te en c�toyant les grandes figures du monde de la chanson et de la musique de l��poque, dont Mohamed El- Jamoussi (Tunisien), Hocine Slaoui (Marocain) et Mohamed El- Kamel, ainsi que les vedettes de la chanson kabyle et alg�rienne comme Slimane Azem, Allaoua Zerrouki, Salah Sadaoui et Akli Yahiat�ne, ainsi que Kamal Hamadi qui lui fut d�un grand apport et qui dira d�elle : �Bahia a interpr�t� quelques-unes de mes chansons et par la suite, elle interpr�tera d�autres chansons �crites par elle-m�me, par Missoum, et son �poux Mohamed Temmam, le c�l�bre peintre miniaturiste et musicien alg�rien.� Pour sa part, M. A. Bendameche a indiqu� que l�essentiel du r�pertoire de Bahia Farah tourne autour de l�exil, de l�amour et du patriotisme du fait que pendant la p�riode de la r�volution alg�rienne, elle fut charg�e par le FLN de la sensibilisation au profit de la cause nationale. Pour ce faire, elle monta la c�l�bre troupe artistique du FLN compos�e de 24 membres dont Mustapha Sahnoun et Mohamed Boudia, toujours en vie. Pour la journ�e du mercredi, une seconde conf�rence a �t� anim�e par Abdenour Abdesslam et Ramdane Lesheb sous le th�me �Le chant f�minin de la guerre de Lib�ration� o� les qualit�s de femme militante, courageuse et d�artiste hors pair de Bahia Farah ont �t� mises en exergue. Devant sa belle-s�ur qui venait de d�couvrir pour la premi�re fois l�autre facette de la vie de la d�funte, les conf�renciers ont salu� l�initiative de la direction de la culture � rendre hommage � cette c�l�bre femme qui �tait anim�e de grandes qualit�s artistiques, et d�une g�n�rosit� exemplaire. �Parler de Bahia aujourd�hui et la pr�senter pour les jeunes, c�est un devoir historique et c�est le meilleur geste pour sauver la culture�, dira l�un des intervenants, tout en d�plorant le fait qu�elle fut marginalis�e et oubli�e apr�s sa mort par des responsables qui ont tent� dans les ann�es 1980 d�effacer de la m�moire collective alg�rienne de nombreuses grandes figures de la culture alg�rienne.
Amine Han �
UNE CL�TURE EN APOTH�OSE
Ils �taient tous l�, ses amis, sa famille�
C�r�monie grandiose que cette cl�ture du colloque d�di� � l�artiste Bahia Farah. Des amis de la d�funte, ceux qui l�avaient c�toy�e comme Kamal Hamadi et Abdelkader Bendameche (ces deux artistes �taient absents jeudi o� ils devaient animer une �mission sur la d�funte sur Canal Alg�rie, mais ils avaient t�moign� lors des premi�re et deuxi�me journ�es du colloque qui a dur� trois jours ), Akli Yahiat�ne qui a �gay� le public avec son inoubliable chanson Ya lmanfi ou encore Lghorba Touw�r; Salima, l�animatrice de la Chaine II ; Taleb Rabah qui n�a pu chanter � cause de son �ge avanc� ; Djamel Allam qui a chant� Uretsru a thamgharth; Ldjida Thamechtouhth ; Anissa, (Djamila et Nna Chrifa n�ont pas pu faire le d�placement pour cause de sant� ), ou simplement connu comme Chabha qui a chant� en duo avec Hassen la chanson que la d�funte avait chant� avec Slimane Azem, l�autre monument de la chanson kabyle Atas Issevreghou encore Dalila Brahmi qui a chant� la chanson avec laquelle tout le monde avait d�couvert Bahia Farah dans les ann�es 1960, Yeqsiyi Wezrem. Tous ces amis �taient l� pour t�moigner du talent hors pair de Bahia Farah, cette belle femme qui alliait beaut� et voix m�lodieuse et ber�ante. D�autres artistes qui figuraient dans son antique troupe artistique du FLN que la d�funte avait elle-m�me mont�e en 1957 pour faire part de la voix et du combat du FLN � travers plusieurs pays �taient pr�sents comme Mustapha Sahraoui et Mohamed Boudia. D�autres anonymes qui aimaient la d�funte, il y en a eu des centaines ce jeudi dans la majestueuse salle de spectacles de la Maison de la culture de Bouira. La famille de Bahia Farah �tait tout simplement �mue ne pouvant d�crire avec les mots la joie et la fiert� de se revendiquer de cette grande dame. La direction de la culture de la wilaya de Bouira, � sa t�te Aomar Reghal, a r�ussi le pari de ressusciter la culture avec des hommages dignes de notre pays, apr�s celui d�di� � Djamel Amrani. Des cadeaux ont �t� remis � la famille de la d�funte et � tous les artistes qui ont effectu� le d�placement � Bouira pour assister � cet hommage.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.