Comment dit-on «t'zaguett» en espagnol ?    La démission de Sahli de l'APN toujours d'actualité    La marche des libertés violemment réprimée    5e édition du Salon international de la sous-traitance    Appel pour un fonds pour le développement de l'Afrique    L'armée reprend le contrôle sur l'ensemble de la province de Soueida    Le groupe Renault dans l'expectative    Le Sportage à l'honneur    Le dossier sur les bureaux de la CNRL    Les «Rouge et Noir» en conquérants    La déroute des Canaris «L'efficacité nous a fait défaut»    Le nombre d'accidents en baisse    Des essais d'armes chimiques français au Sahara algérien ?    Le progrès informatique au service des arts et lettres    La générale de la pièce Istirahat El mouharidjine début décembre    22 novembre 1999 : assassinat de Abdelkader Hachani, un homme de dialogue    Tizi Ouzou : 55% des foyers ont accès à l'internet    600 associations se partagent 20 milliards    Football - Ligue 1: Match à six points à Sidi Bel-Abbès, la JSK en appel à Bordj    Guitouni: Un plan d'investissements de 75 milliards de dollars d'ici 2022    Relizane: Plus de 32.000 pétards saisis    Centres de vacances, le boulodrome, des locaux commerciaux...: Des directives pour récupérer les biens communaux squattés à Aïn El Turck    Les Falaises: Deux blessés graves après une chute de plus de 40 mètres    Belgique: Le front «El-Moustakbel» en Vip politique    Israël en plein doute sur son invincibilité militaire    37.000 migrants nigériens rapatriés en 4 ans: L'Algérie dénonce les pressions internationales    Hamma Bouziane: Des logements pour les enfants des deux victimes des inondations    Mahrez dans l'équipe type de la 5e journée    Les locaux contribuent au succès de Lomé    Des tourments de l'Histoire ravivés par le Brexit    Le "Onze" gagnant de Belmadi    La formation à l'entreprenariat des jeunes, un moyen de lutte efficace    Violation des arrêts de la CJUE : La communauté internationale et l'UE interpellées    Le ministère du Commerce saisit la justice    Le terroriste abattu à Mila, identifié    Le wali Ben Touati en visite à Medroussa    L'association nationale des éleveurs d'ovins est née    La DGSN tarde à exaucer le vœu des citoyens    Education : Mme Benghabrit satisfaite de l'intérêt porté aux questions pédagogiques    Ouyahia bientôt face aux députés    11 cadres de Djezzy décrochent leurs M.B.A international à l'université Paris1 Sorbonne    Djezzy lance une promotion HAAARBA et offre 75 Go pour seulement 1500 DA    Le P-dg fait des révèlations    L'épure comme démarche artistique    Ecrivain et linguiste le plus prolifique de sa génération    Un art majeur comme mode d'expression    Deux Algériens lauréats    Opération menée par l'ANP entre Constantine et Mila: Quatre terroristes abattus et un militaire tué    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





COLLOQUE SUR LA VIE ET L��UVRE DE BAHIA FARAH
Une �toile sort de l�oubli
Publié dans Le Soir d'Algérie le 15 - 03 - 2009

�Quand on a tout perdu, il ne nous reste que la culture�� Alors commen�ons par r�habiliter nos grandes figures.
D�c�d�e en 1984, Bahia Farah, la c�l�bre chanteuse alg�rienne et kabyle n�e en 1917 dans la r�gion de Bouira, vient d��tre r�habilit�e parmi les siens gr�ce au colloque qui lui a �t� consacr� par la direction de la culture et l�association des activit�s culturelles de Bouira, au niveau de la maison de la culture, qui est en instance d�inauguration dans le chef-lieu de wilaya. Ainsi, apr�s avoir �t� frapp�e par l�oubli pr�m�dit� du syst�me de la pens�e unique, Bahia Farah, de son vrai nom Bounouar Fatma-Zohra, a �t� ressuscit�e aupr�s du public de Bouira, dont des anciens fans du pass� qui ont �t� berc�s par ses chansons � travers la radio, et la nouvelle g�n�ration �merveill�e de d�couvrir une femme qui, avec son courage et son talent, a brav� tous les interdits et contribu� activement, � l�aide de sa voix, � l�ind�pendance de son pays. Elle est devenue la vedette de la chanson de l�alg�rianit� dans toute sa splendeur. Des membres de sa famille, dont sa belle s�ur qui s�est d�plac�e d�Alger pour t�moigner sur le v�cu de la d�funte, �taient �galement pr�sents. Lors de la conf�rence anim�e mardi dernier par Abdelkader Bendameche et Kamel Hamadi sur la vie et le parcours artistique de Bahia Farah, on apprend que depuis l��ge de 14 ans, apr�s une enfance v�cue comme orpheline, Bahia s�est envol�e en France avec son oncle, o� elle a fait ses d�buts comme danseuse puis choriste avant de devenir chanteuse interpr�te en c�toyant les grandes figures du monde de la chanson et de la musique de l��poque, dont Mohamed El- Jamoussi (Tunisien), Hocine Slaoui (Marocain) et Mohamed El- Kamel, ainsi que les vedettes de la chanson kabyle et alg�rienne comme Slimane Azem, Allaoua Zerrouki, Salah Sadaoui et Akli Yahiat�ne, ainsi que Kamal Hamadi qui lui fut d�un grand apport et qui dira d�elle : �Bahia a interpr�t� quelques-unes de mes chansons et par la suite, elle interpr�tera d�autres chansons �crites par elle-m�me, par Missoum, et son �poux Mohamed Temmam, le c�l�bre peintre miniaturiste et musicien alg�rien.� Pour sa part, M. A. Bendameche a indiqu� que l�essentiel du r�pertoire de Bahia Farah tourne autour de l�exil, de l�amour et du patriotisme du fait que pendant la p�riode de la r�volution alg�rienne, elle fut charg�e par le FLN de la sensibilisation au profit de la cause nationale. Pour ce faire, elle monta la c�l�bre troupe artistique du FLN compos�e de 24 membres dont Mustapha Sahnoun et Mohamed Boudia, toujours en vie. Pour la journ�e du mercredi, une seconde conf�rence a �t� anim�e par Abdenour Abdesslam et Ramdane Lesheb sous le th�me �Le chant f�minin de la guerre de Lib�ration� o� les qualit�s de femme militante, courageuse et d�artiste hors pair de Bahia Farah ont �t� mises en exergue. Devant sa belle-s�ur qui venait de d�couvrir pour la premi�re fois l�autre facette de la vie de la d�funte, les conf�renciers ont salu� l�initiative de la direction de la culture � rendre hommage � cette c�l�bre femme qui �tait anim�e de grandes qualit�s artistiques, et d�une g�n�rosit� exemplaire. �Parler de Bahia aujourd�hui et la pr�senter pour les jeunes, c�est un devoir historique et c�est le meilleur geste pour sauver la culture�, dira l�un des intervenants, tout en d�plorant le fait qu�elle fut marginalis�e et oubli�e apr�s sa mort par des responsables qui ont tent� dans les ann�es 1980 d�effacer de la m�moire collective alg�rienne de nombreuses grandes figures de la culture alg�rienne.
Amine Han �
UNE CL�TURE EN APOTH�OSE
Ils �taient tous l�, ses amis, sa famille�
C�r�monie grandiose que cette cl�ture du colloque d�di� � l�artiste Bahia Farah. Des amis de la d�funte, ceux qui l�avaient c�toy�e comme Kamal Hamadi et Abdelkader Bendameche (ces deux artistes �taient absents jeudi o� ils devaient animer une �mission sur la d�funte sur Canal Alg�rie, mais ils avaient t�moign� lors des premi�re et deuxi�me journ�es du colloque qui a dur� trois jours ), Akli Yahiat�ne qui a �gay� le public avec son inoubliable chanson Ya lmanfi ou encore Lghorba Touw�r; Salima, l�animatrice de la Chaine II ; Taleb Rabah qui n�a pu chanter � cause de son �ge avanc� ; Djamel Allam qui a chant� Uretsru a thamgharth; Ldjida Thamechtouhth ; Anissa, (Djamila et Nna Chrifa n�ont pas pu faire le d�placement pour cause de sant� ), ou simplement connu comme Chabha qui a chant� en duo avec Hassen la chanson que la d�funte avait chant� avec Slimane Azem, l�autre monument de la chanson kabyle Atas Issevreghou encore Dalila Brahmi qui a chant� la chanson avec laquelle tout le monde avait d�couvert Bahia Farah dans les ann�es 1960, Yeqsiyi Wezrem. Tous ces amis �taient l� pour t�moigner du talent hors pair de Bahia Farah, cette belle femme qui alliait beaut� et voix m�lodieuse et ber�ante. D�autres artistes qui figuraient dans son antique troupe artistique du FLN que la d�funte avait elle-m�me mont�e en 1957 pour faire part de la voix et du combat du FLN � travers plusieurs pays �taient pr�sents comme Mustapha Sahraoui et Mohamed Boudia. D�autres anonymes qui aimaient la d�funte, il y en a eu des centaines ce jeudi dans la majestueuse salle de spectacles de la Maison de la culture de Bouira. La famille de Bahia Farah �tait tout simplement �mue ne pouvant d�crire avec les mots la joie et la fiert� de se revendiquer de cette grande dame. La direction de la culture de la wilaya de Bouira, � sa t�te Aomar Reghal, a r�ussi le pari de ressusciter la culture avec des hommages dignes de notre pays, apr�s celui d�di� � Djamel Amrani. Des cadeaux ont �t� remis � la famille de la d�funte et � tous les artistes qui ont effectu� le d�placement � Bouira pour assister � cet hommage.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.