Journée internationale de la femme: Message du Président de la République    La réunion du GST-Mali, une opportunité pour faire le point sur le processus d'Alger    USMA: Zeghdoud nouvel entraineur    Des expériences féminines en matière "d'entrepreneuriat culturel" présentées à Alger    Sonelgaz: un indicateur de veille pour recenser les cas de discrimination hommes/femmes au travail    Lutte contre la Covid-19 : Une plateforme pour assurer la «vaccinovigilance» à l'EHU d'Oran    Crue de l'Oued Meknassa: le corps sans vie d'une huitième victime, retrouvé    Cyberciminalité: l'Algérie candidate à la présidence du Comité internationale    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Les modifications et les instructions de Tebboune    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    L'historien Maati Monjib, en grève de la faim    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    "Nous reprenons confiance"    La FIFA officialise l'accord de Rabat    La commission interministérielle tranchera le cas de la FAF    La sélection algérienne à la 2e place    Les Algériennes Ouallal et Asselah précocement éliminées    Tendances instables    Les think tanks et l'universitaire dans la sphère de l'économie de la connaissance    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    Au cinquième jour de fermeture de la RN 24, l'arbitrage de l'administration persiste    Des citoyens en attente d'un logement depuis 40 ans !    Petits beignets    "Pour endiguer le féminicide, il faut en finir avec le patriarcat"    Les attributaires du périmètre «Maâder» se plaignent du manque d'électricité    Un texte d'un «autre temps»    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    Environnement hostile    Les partis politiques s'y préparent    C'était un certain 08 mars 2007    Une campagne prématurée    Le vieux rêve prend forme    Les armes de la cyberguerre    La fabrique des mensonges!    Le président Tebboune présente ses condoléances    Le MCO rejoint l'ESS en tête    Benlamri buteur et Slimani passeur    Cinq personnes tuées dans une embuscade au nord du pays    L'Iran appelle les Européens à éviter «toute menace ou pression» sur le nucléaire    La Dgsn célèbre la Journée internationale de la femme    «Les femmes ont joué un rôle décisif dans l'histoire de l'Algérie»    Le double combat de la femme algérienne    Ces audacieuses qui façonnent la République    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





IRAN
Rafsandjani, conservateur pragmatique et ennemi jur� d'Ahmadinejad
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 07 - 2009

Figure politique centrale de la R�publique islamique depuis sa fondation il y a trente ans, Akbar Hashemi Rafsandjani est un conservateur pragmatique et aussi l'un des ennemis jur�s du pr�sident iranien Mahmoud Ahmadinejad.
Deux fois pr�sident lui-m�me, cet homme de 75 ans s'est peu exprim� depuis la r��lection controvers�e de M. Ahmadinejad, un ultraconservateur, le mois dernier et son intervention hier lors de la pri�re hebdomadaire � l'Universit� de T�h�ran �tait d'autant plus attendue. Lors de la campagne, il a soutenu la candidature de Mir Hossein Moussavi qui a accus� le pouvoir de fraude et est devenu le chef d'un mouvement de contestation qui a �branl� le r�gime avant d'�tre �touff� par les forces de l'ordre. M. Rafsandjani dirige deux institutions cl�s de l'Iran, le Conseil de discernement, organe d'arbitrage politique, et l'Assembl�e des experts, habilit�e � d�signer, superviser et �ventuellement d�mettre le guide supr�me iranien, l'ayatollah Ali Khamenei. Pr�sident de la R�publique entre 1989 et 1997, il avait subi une d�faite humiliante face � M. Ahmadinejad, alors maire de T�h�ran, � la pr�sidentielle de 2005. Mais en d�cembre de l'ann�e suivante, il entame son retour en distan�ant largement � T�h�ran ses rivaux � l'�lection des membres de l'Assembl�e des experts et est �lu � sa t�te en septembre 2007. R�volutionnaire historique, chef des arm�es durant la guerre contre l'Irak (1980-1988), puis pr�sident-reconstructeur (1989-1997) apr�s la mort de l'ayatollah Rouhollah Khomeiny, fondateur du r�gime, il s'�tait repr�sent� en 2005 en rempart contre les ultraconservateurs. Son �chec avait marqu� pour beaucoup le d�but de son retrait de la vie politique. Mais l'�lectorat r�formateur, qui lui avait fait d�faut � l'�poque, l'avait pl�biscit� fin 2006 quand r�formateurs et conservateurs mod�r�s avaient d�cid� de s'unir face � M. Ahmadinejad. Fid�le du fondateur de la R�publique islamique, l'ayatollah Khomeiny, ce simple �tudiant en th�ologie, s'�tait lanc� en politique en 1963 au moment de l'arrestation de Khomeiny � Qom (centre) par la police du Chah. Sa pr�sidence a �t� marqu�e par la reconstruction et l'ouverture � l'�tranger, mais aussi les violations des droits de l'Homme, une inflation et un endettement �normes, et des tentatives avort�es de rapprochement avec les Etats-Unis. A la fin de son mandat, en 1997, M. Rafsandjani et ses amis politiques ont jou� un r�le d�terminant dans l'�lection du r�formateur Mohammad Khatami. Il veut incarner l'opposition � une vision r�trograde de l'islam, le soutien au d�veloppement politique et �conomique et � l'ouverture vers l'ext�rieur, ce qui ne l'emp�che pas de critiquer r�guli�rement la politique am�ricaine. Partisan d'une �conomie libre, il n'a pas h�sit� � affirmer que �la cr�ation de richesse est une valeur�. Mais la source de la richesse de sa propre famille a suscit� des interrogations et M. Ahmadinejad n'a pas h�sit�, lors de la campagne � la pr�sidentielle du 12 juin, � lancer des accusations de corruption contre les Rafsandjani en plein d�bat t�l�vis�. Sa fille Faezeh Hachemi, qui soutenait M. Moussavi et a particip� � plusieurs manifestations contre les r�sultats de la pr�sidentielle, a �t� bri�vement interpell�e apr�s le scrutin. M. Rafsandjani a aussi marqu� son opposition implicite au style de M. Ahmadinejad, en pr�nant la mod�ration dans les d�clarations de l'Iran sur son dossier nucl�aire ou la situation en Irak.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.